Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le groupe Penske Media rachète le magazine «Rolling Stone»

    22 décembre 2017 |Agence France-Presse | Médias
    C’est une institution qu’acquiert PMC, l’une des marques les plus fortes de la presse américaine, créée en 1967.
    Photo: Justin Sullivan / Getty Images / Agence France-Presse C’est une institution qu’acquiert PMC, l’une des marques les plus fortes de la presse américaine, créée en 1967.

    New York — Le groupe Penske Media a pris une « participation stratégique » dans la holding qui contrôle le magazine culturel américain Rolling Stone, selon un communiqué publié mercredi.

     

    Selon plusieurs médias américains, il s’agirait d’une participation majoritaire, dont le prix d’acquisition valoriserait le titre à 100 millions de dollars.

     

    Sollicité par l’AFP pour confirmer le niveau de sa participation et le montant de la transaction, Penske Media Corporation (PMC) n’y a pas donné suite.

     

    Fondé en 2003 par Jay Penske, fils du patron d’écurie de course automobile Roger Penske, PMC possède déjà un portefeuille de titres et de sites conséquent. Il contrôle notamment le site Deadline et le magazine Variety, tous deux spécialisés dans l’actualité d’Hollywood, ainsi que le site de référence de l’actualité de la mode, Women’s Wear Daily. PMC a indiqué que Jann Wenner, le fondateur et actionnaire majoritaire jusqu’ici, resterait aux commandes de Rolling Stone, de même que son fils Gus.

     

    Magazine iconique

     

    C’est une institution qu’acquiert PMC, l’une des marques les plus fortes de la presse américaine, créée en 1967 par Jann Wenner qui était alors étudiant à l’Université de Berkeley.

     

    À mesure qu’il documentait l’évolution d’un mouvement, le rock’n’roll, Rolling Stone est rapidement devenu le titre le plus influent de la scène musicale moderne.

     

    Il incarnait la nouveauté, la tendance, mais aussi l’audace, avec ses unes parfois surprenantes et ses prises de risque journalistiques qui bousculaient les codes du genre.

     

    Outre Jann Wenner, personne n’incarnait mieux le magazine que Hunter S. Thompson, journaliste et écrivain iconoclaste, qui a inventé le style « gonzo » marqué par la subjectivité et les drogues. Mais si le mensuel se vendait encore à 1,45 million d’exemplaires en moyenne en 2016, selon Kantar Media, il s’est essoufflé au cours des années 1990 et plus encore dans les années 2000.

     

    Sa réputation a également été affectée par un article publié en 2014 sur un viol présumé sur le campus de l’Université de Virginie, lequel n’avait en réalité jamais eu lieu. Le magazine s’est officiellement rétracté, mais n’en a pas moins été assigné en justice pour diffamation. Il a finalement conclu des accords à l’amiable qui lui ont coûté plusieurs millions de dollars.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.