Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La nomination du p.-d.g. de Radio-Canada reportée

    Ottawa a élu cinq nouveaux membres au conseil d’administration du diffuseur public

    21 décembre 2017 |Philippe Papineau | Médias
    Le mandat de l’actuel président-directeur général de Radio-Canada, Hubert T. Lacroix, devait se terminer le 31 décembre.
    Photo: Chris Young La Presse canadienne Le mandat de l’actuel président-directeur général de Radio-Canada, Hubert T. Lacroix, devait se terminer le 31 décembre.

    Alors qu’Ottawa a choisi mardi cinq nouveaux membres du conseil d’administration de Radio-Canada dans la liste de candidats proposée par le comité chargé de ces nominations, le choix du futur président-directeur général du diffuseur public a quant à lui été reportée.

     

    Le mandat de l’actuel p.-d.g. de Radio-Canada, Hubert T. Lacroix, devait se terminer le 31 décembre qui vient, mais « à la demande » du comité consultatif indépendant des nominations au conseil d’administration de CBC/Radio-Canada, « le processus de sélection se poursuit », explique un communiqué de Patrimoine canadien.

     

    « Afin de permettre au comité de poursuivre son travail de sélection et selon la Loi sur la radiodiffusion, l’actuel président-directeur général continuera à assumer ses fonctions jusqu’à la nomination de son remplaçant », y ajoute-t-on.

     

    Le comité, qui se veut non-partisan, a été formé le 20 juin dernier par Ottawa et a pour rôle de proposer au ministère une liste de candidats pour les postes clés à pourvoir à Radio-Canada. Il est présidé par l’ancien journaliste Tom Clark et est composé de huit autres membres, dont les Québécois Monique Savoie et Marc Beaudet, et le comédien d’origine ontarienne Colm Feore.

     

    Chez Patrimoine canadien, l’attaché de presse de Mélanie Joly, Simon Ross, a dit au Devoir que le ministère laissait le comité faire « son travail de recherche et d’analyse pour trouver les meilleures candidatures ».

     

    Aucun délai précis n’a été imposé par l’équipe de Mélanie Joly. « Mais c’est un poste très important, le radiodiffuseur public est très important pour nous, on l’a démontré avec nos investissements aussi, a expliqué M. Ross. De toute évidence, on ne veut pas que ça s’étire non plus. »

     

    En entrevue à Radio-Canada Vancouver lors d’une « tournée d’adieu », Hubert T. Lacroix a parié que ce sera « la première femme probablement dans l’histoire de l’entreprise qui prendra [sa] place ».

     

    Des conseillers nommés

     

    La ministre Mélanie Joly a par ailleurs procédé mardi après-midi à la nomination de cinq nouveaux membres au conseil d’administration de Radio-Canada, qui comptera 11 membres sur les 12 prévus à partir de février 2018.

     

    En juin, le gouvernement avait dû prolonger le mandat de certains des membres, car il ne restait que six administrateurs en poste, soit tout juste le quorum.

     

    Ottawa a donc nommé cinq nouveaux membres, soit trois hommes et deux femmes — dont une autochtone —, issus de cinq provinces différentes. Leurs mandats seront de cinq ans.

     

    Il s’agit de Harley Finkelstein, avocat et entrepreneur ontarien qui a été l’un des « dragons » à l’émission Next Gen Den de CBC, de René Légère du Centre culturel Aberdeen à Moncton, de la sous-ministre au ministère des Familles du Manitoba Jennifer Moore Rattray, du gestionnaire québécois et ancien de Québecor François R. Roy et de Marie Wilson, une ancienne journaliste de la CBC ayant siégé à la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

     

    M. Roy et Mme Moore Rattray entreront en fonction le 5 février, alors que le mandat des trois autres est déjà en vigueur.

     

    « Ces professionnels aux origines et aux points de vue variés qui reflètent la diversité du Canada possèdent une connaissance approfondie du secteur culturel, de la radiodiffusion et des technologies numériques, laquelle aidera CBC/Radio-Canada à relever les défis de l’heure », a déclaré la ministre Joly par voie de communiqué.

     

    Le diffuseur public, quant à lui, s’est dit « impatient de travailler avec les personnes nouvellement nommées alors que nous continuons de moderniser nos services et de renforcer nos liens avec les Canadiens à l’ère du numérique ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.