Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Départ du directeur de «Vanity Fair», une des cibles de Trump

    8 septembre 2017 |Agence France-Presse | Médias

    Photo: Charles Sykes / Invision / Associated Press Graydon Carter

    New York — Le très influent directeur de Vanity Fair, Graydon Carter, est sur le point de passer la main après 25 ans à la tête du magazine, et après avoir battu des records d’abonnement à la suite des attaques de Donald Trump. « Je veux m’en aller alors que le magazine est au sommet », a confié Carter, 68 ans, au New York Times. « Je veux partir tant qu’il est dans une forme éclatante, à la fois dans le domaine du numérique et du papier », a-t-il ajouté, alors que le magazine du groupe Condé Nast est pris lui aussi dans les bouleversements qui secouent le secteur de la presse. En décembre 2016, le magazine, qui combine couverture des célébrités, journalisme d’investigation et portraits de personnalités, avait battu le record du nombre d’abonnements en 24 heures après un tweet vengeur de Donald Trump contre lui. « Quelqu’un a-t-il vu les mauvais chiffres de ventes de Vanity Fair ? » avait alors tweeté le président des États-Unis, dont la presse est l’une des cibles favorites. « Forte baisse, gros soucis, mort ! Graydon Carter, aucun talent, va se faire sortir ! » avait-il ajouté. Trump réagissait à un article au vitriol sur le Trump Grill, un des restaurants de la Trump Tower. Graydon Carter a indiqué au New York Times qu’il avait songé à partir en début d’année, mais que l’arrivée de Trump l’avait fait rester un peu plus longtemps. Il devrait quitter le magazine pour de bon en décembre, non sans avoir suggéré des noms pour le remplacer à l’un des postes les plus convoités de la presse magazine. Carter avait succédé à Tina Brown, lorsque cette dernière était partie au très prestigieux New Yorker.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.