Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    L’édifice de Radio-Canada vendu pour 42 millions

    La société d’État louera sa nouvelle Maison à partir de 2020 au prix de 21 millions par an

    29 juillet 2017 |Valérian Mazataud | Médias
    La société d’État louera le bâtiment durant les 30 prochaines années, au coût de 21 millions par an, soit une somme équivalente aux actuels frais d’entretien de la tour.
    Photo: David Afriat Le Devoir La société d’État louera le bâtiment durant les 30 prochaines années, au coût de 21 millions par an, soit une somme équivalente aux actuels frais d’entretien de la tour.

    La Société Radio-Canada (SRC) a annoncé vendredi la signature définitive des deux ententes pour vendre l’actuelle tour et construire son nouvel édifice.

     

    Comme précédemment annoncé, la partie est du terrain, à l’angle du boulevard René-Lévesque et de l’avenue Papineau, sera vendue au Groupe Broccolini, pour un dollar symbolique, afin qu’il y construise la nouvelle Maison de Radio-Canada. Les travaux commenceront au retour des vacances de la construction, dès le 7 août. Les 3000 employés de la SRC devraient y emménager dès 2020.

     

    La société d’État louera le bâtiment durant les 30 prochaines années, au coût de 21 millions par an, soit une somme équivalente aux actuels frais d’entretien de la tour.

     

    La tour et la partie ouest du terrain seront vendues, pour 42 millions, au Groupe Mach qui a pour projet d’y construire des édifices de logements et de bureaux dès 2020.

     

    « En raison de la présence d’amiante et des technologies désuètes dans beaucoup de studios, ça nous aurait coûté 170 millions pour mettre la tour au goût du jour, alors que là on réussit à avoir un nouveau lieu de production sans qu’il y ait besoin d’investissement de la part du gouvernement ou des contribuables », explique Michel Bissonnette, vice-président de la SRC.

     

    Pour sa part, Kamel Bouzeboudjen, responsable des communications pour le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC), dénonce surtout « la symbolique d’un bâtiment historique du patrimoine canadien qui est vendu à des intérêts privés » et s’inquiète de « la conséquence de la réduction de la surface de la maison, qui risque d’entraîner encore une fois une réduction du nombre d’employés ».

     

    Le nouvel édifice aura une superficie de 418 000 pieds carrés, contre 1,3 million de pieds carrés actuellement. M. Bissonnette affirme qu’il n’y aura pas de nouvelles abolitions de postes, mais qu’« on va être plus près les uns des autres ».

     

    Les méthodes de travail ont évolué, souligne-t-il. « Une part importante de la tour est inoccupée. […] Il fut une époque où les bureaux des différents directeurs étaient vastes. La nouvelle maison est à aire ouverte, c’est un espace plus collaboratif, lumineux et plus propice à la création. »

     

    « Il est dit que ça sera un lieu de production et de création incomparable, alors qu’il n’y a quasiment plus de productions internes à Radio-Canada, s’étonne cependant M. Bouzeboudjen. Donc, on demande à voir. Juste en matière de surface, est-ce que la nouvelle bâtisse offre les conditions pour la production dont parle le communiqué ? »

     

    Bien que le nombre de studios soit divisé par quatre, M. Bissonnette estime que cela correspond mieux à la réalité des productions numériques actuelles et au fait que les productions dramatiques sont maintenant plus réalisées en décors naturels.

     

    Le Conseil du trésor du Canada avait donné son accord aux transactions en avril dernier.

     

    Cette annonce survient au moment où la Brasserie Molson est elle-même à la recherche d’un nouveau site pour déménager son usine voisine, deux événements qui devraient transformer le paysage urbain du quartier Centre-Sud de Montréal.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.