Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Résonance et «bromance»

    À propos de la couverture du passage d’Obama à Montréal

    L'attention des médias a surtout été captée par le souper entre Barack Obama et Justin Trudeau après la conférence de mardi, dans un restaurant montréalais.
    Photo: Adam Scotti / Bureau du premier ministre / Agence France-Presse L'attention des médias a surtout été captée par le souper entre Barack Obama et Justin Trudeau après la conférence de mardi, dans un restaurant montréalais.

    Barack Obama était à Montréal mardi soir, et ses hôtes espéraient que le monde entier suive sa réception. Le souper avec Justin Trudeau a finalement attiré autant, sinon plus d’attention.

     

    En le présentant aux quelque 6000 personnes réunies pour l’entendre au Palais des congrès, le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, qui organisait la rencontre, a affiché son assurance : « Pour ceux qui l’ignorent, nous sommes en diffusion directe sur quatre chaînes canadiennes, sur CNN : cet événement-là va donner lieu à une manchette sur tous les médias de la planète et ça va devenir : “Today, president Obama was giving a speech in Montreal”. »

     

    Et alors ? La prédiction s’est-elle avérée ?

     

    Oui et non. Les médias locaux et nationaux ont mis le paquet en dépêchant une centaine de représentants. Un concurrent du Devoir était à lui seul représenté par une dizaine d’employés, dont au moins quatre chroniqueurs.

     

    CNN a effectivement couvert la conférence en direct, mais sur son compte Facebook (comme Le Devoir) plutôt que sur sa plateforme télé traditionnelle. Un article synthèse a ensuite été publié sur CNN.com.

     

    Plusieurs autres grands médias américains (New York Times, Washington Post, Los Angeles Times…) ont repris le texte que l’agence Associated Press proposait. En Grande-Bretagne, la conférence a été à peine mentionnée. Sauf erreur, il n’en existe qu’une seule trace dans les médias de langue espagnole.

     

    L’événement passe complètement sous le radar en Europe francophone. Comme dans les médias allemands, d’ailleurs. Ces derniers, comme bien d’autres, se passionnent plus pour le Grand Prix de Formule 1 de Montréal.

     

    La traversée au pas de charge de certains médias du monde permet finalement de comprendre que leur attention a surtout été captée par le souper entre Barack Obama et Justin Trudeau après la conférence, dans un restaurant montréalais. Le discours au Palais des congrès de l’ex-président a été cité dans 62 documents américains (dont plusieurs doublons) recensés par Eureka.cc. Le dîner des chefs a reçu 26 mentions, et pas des moindres médias (ABC, Newsweek, USA Today, etc.).

     

    L’intérêt pour la « bromance » (l’amitié homosociale forte) diplomatique a été stimulé par la très belle photo officielle diffusée sur les médias sociaux puis relayée par les traditionnels. On y voit les deux hommes en bras de chemise, assis de part et d’autre d’une table sur des banquettes, sous une enseigne indiquant qu’il s’agit d’un restaurant. La Obama Fondation a ensuite expliqué sur son compte que les deux hommes avaient discuté de moyens pour développer la prochaine génération de leaders.


    «Mr President»? Pourquoi les présentateurs de Barack Obama et son intervieweuse Sophie Brochu lui ont-ils tous donné du « President Obama » mardi soir à Montréal, alors qu’il ne l’est plus ? Tout simplement parce que les ex-présidents des États-Unis conservent ce titre par convention, tout comme les sénateurs, mais pas les gouverneurs, par ailleurs.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.