Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Lettre

    De la radio poubelle dans les autobus scolaires

    13 février 2017 | Bruno Fortin Trondheim, le 10 février 2017 | Médias

    Ainsi, la Commission scolaire de la Capitale a décidé de faire marche arrière et de permettre à ses chauffeurs d’autobus d’écouter les radios poubelles en présence d’élèves. Permettez-moi de m’étouffer dans mon café.

     

    Que des chauffeurs d’autobus n’aient pas la jugeote d’éviter aux enfants d’être exposés aux radios poubelles, ça peut laisser perplexe. Que le caquiste Éric Caire en profite pour défendre sa radio préférée en agitant l’épouvantail de la censure, ça étonne moins. Mais qu’un ministre de l’Éducation et une commission scolaire ne voient pas de problèmes à ce que les aboiements des animateurs de ces radios puissent se faire entendre jusque dans les autobus, c’est inquiétant.

     

    Ce n’est pas une question de censure, ce n’est même pas la question de savoir si oui ou non, ou de quelle manière les radios poubelles ont pu jouer un rôle dans le massacre de la grande mosquée.

     

    Il faut plutôt se demander en quoi ces radios ont leur place dans un contexte scolaire. Ce ton intimidateur, ces faits déformés, cette logique argumentaire déficiente, cette haine des autres… N’envoie-t-on pas nos enfants à l’école justement pour les équiper contre ces grossièretés ?

     

    Ce n’est pas un appel à la censure, mais à la responsabilité des écoles. D’ailleurs, des extraits de radio poubelle devraient peut-être servir d’objet pédagogique en classe. En compagnie d’un adulte qui puisse fournir aux élèves une grille d’analyse adéquate, ceux-ci auraient l’occasion de réfléchir à la différence entre l’opinion et la mauvaise foi, l’intimidation, le mensonge, le faux raisonnement et la haine.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.