Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le directeur du «Devoir» plaide pour une subvention aux médias écrits

    26 août 2016 18h43 |Pierre Saint-Arnaud - La Presse canadienne | Médias
    Le directeur du «Devoir», Brian Myles, demande notamment au gouvernement de reconnaître le rôle des médias dans la politique culturelle.
    Photo: Annik MH De Carufel Archives Le Devoir Le directeur du «Devoir», Brian Myles, demande notamment au gouvernement de reconnaître le rôle des médias dans la politique culturelle.

    Le quotidien Le Devoir revient à la charge avec sa demande de soutien de l’État aux médias écrits. Invoquant une « urgence d’agir » pour préserver les médias nationaux du Québec, le directeur du Devoir, Brian Myles, a présenté vendredi une série de neuf recommandations au ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, en marge des consultations publiques sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec.

     

    Les demandes du Devoir rejoignent en grande partie celles initialement proposées par la Fédération nationale des communications de la CSN et reprises par Groupe Capitales Médias, Hebdos Québec et TC Médias, en plus du quotidien de la rue Bleury.

     
    Cependant, sa première recommandation se distingue des autres afin de s’inscrire dans le mandat des consultations du ministre Fortin.
     

    Le Devoir demande ainsi au gouvernement de reconnaître le rôle des médias dans la politique culturelle et d’accorder un soutien à ceux qui investissent dans la couverture de la culture au même titre qu’il le fait pour l’industrie cinématographique et télévisuelle.

    « Les médias permettent la rencontre des créateurs avec leur public par la couverture factuelle et critique qu’on fait de la culture », a indiqué Brian Myles en entrevue avec La Presse canadienne.

    « S’il n’y a plus de médias nationaux, le rayonnement et la diffusion de notre culture vont en souffrir », a-t-il ajouté.
     

    Programme de subvention

     

    Plus concrètement, le directeur du Devoir réclame un programme de subvention ou de crédit d’impôt sur la masse salariale des entreprises de presse écrite couvrant la moitié des coûts de production de l’information et un autre programme similaire pour couvrir la moitié des investissements numériques.

    « Il faut y aller en fonction de données mesurables : la part de marché, le tirage, la masse salariale, le nombre d’employés, les budgets consacrés au virage numérique, des choses mesurables qui vont permettre de faire des programmes taillés sur mesure pour ceux qui en ont le plus besoin », fait valoir le directeur du Devoir.

    Il suggère aussi d’abolir la TVQ sur les journaux, de créer un crédit d’impôt pour la distribution rurale et les frais d’envois postaux et, surtout, d’exempter les médias imprimés de la taxe de recyclage, une demande de longue date.
     

    « C’est une taxe inique qui pénalise les plus petits médias, nommément Le Devoir qui a une part de marché relativement modeste, les hebdos en région et même les quotidiens régionaux », explique M. Myles.

    Comme le font les médias imprimés depuis plusieurs années, il demande aussi d’exempter ceux-ci de la taxe de recyclage, d’abolir la TVQ sur les journaux et de créer un crédit d’impôt pour la distribution rurale et les frais d’envois postaux.

     

    Publicités de l’État

     

    Le mémoire recommande par ailleurs à l’État d’augmenter significativement ses placements publicitaires dans les journaux québécois et de créer un registre public des dépenses publicitaires globales des ministères, organismes et sociétés d’État, notant que de plus en plus d’argent publicitaire public est redirigé vers des entreprises sur le web, telles que Google, Facebook ou Amazon.

    « La publicité gouvernementale, c’est l’argent des taxes et impôts des Québécois qu’on transforme en budgets de placement ; ce n’est pas normal que ça échappe à nos médias nationaux pour se retrouver dans Silicon Valley », peste Brian Myles.
     

    Enfin, Le Devoir, qui a souvent réussi à survivre grâce à la générosité de donateurs privés, demande la création d’un crédit d’impôt aux particuliers pour les dons aux entreprises de presse indépendantes.

     

    Le directeur du Devoir invoque la réalité — bien connue dans l’ensemble des médias — de la perte croissante de revenus publicitaires dans l’imprimé et des revenus numériques insuffisants pour compenser.

     
    Aide à la presse


    Cependant, il avertit que l’intervention de l’État ne doit en aucun cas être vue comme une façon de donner à ce dernier « un droit de regard ou de l’influence sur les contenus, mais de donner un peu d’oxygène aux médias d’information qui cherchent à compléter leur virage numérique ».

    Il fait valoir que la plupart des pays industrialisés soutiennent leur presse, les plus généreux à hauteur de 92 $ par année par habitant (l’Islande).

    « L’aide à la presse au Québec, c’est le parent pauvre parmi d’autres nations industrialisées ; le Québec donne la moitié moins d’aide à la presse que les États-Unis, qui sont le pays par excellence de la non-intervention étatique », dit-il.

    « On pourrait améliorer notre petit 3 $ par habitant et augmenter un peu l’aide à la presse », fait-il valoir.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.