Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    PPM radio

    Tous champions!

    10 juin 2016 |Stéphane Baillargeon | Médias
    Les parts de marché servent notamment aux radios privées à établir les tarifs des ventes publicitaires.
    Photo: Simmi Simons / Getty Images Les parts de marché servent notamment aux radios privées à établir les tarifs des ventes publicitaires.

    C’est le temps des statistiques sur l’écoute de la radio et, encore une fois, tous les réseaux de la grande région métropolitaine ou presque y trouvent leurs bons comptes.

     

    Ces vantardises cachent des mouvements de fond. Un des plus évidents concerne la remontée en force des radios musicales au détriment des radios parlées.

     

    Le 98,5 FM de Montréal peut se flatter encore une fois d’être le numéro 1 au Canada et son animateur mégavedette Paul Arcand, de piloter l’émission matinale la plus écoutée au pays avec tout près de 30 % des parts de marché.

     

    ICI Radio-Canada Première (95,1) se félicite de voir certaines de ses parts de marché augmenter.

     

    CKOI (96,9 FM) se déclare très fière de devancer « sa rivale Énergie pour un 4e sondage consécutif dans le groupe prisé des 25-54 ans », comme l’annonce son communiqué.

     

    Ces réalités affirmées se basent sur les données PPM recueillies du 29 février au 29 mai 2016. L’organisme Numeris, qui réalise les sondages, a publié les résultats globaux jeudi. Ces statistiques s’avèrent d’une importance capitale pour l’industrie radiophonique.

     

    Les parts de marché servent notamment aux radios privées à établir les tarifs des ventes publicitaires, qui totalisent environ 100 millions de dollars dans la grande région métropolitaine. En gros, une part de marché équivaut à des revenus annuels d’un million de dollars. Le problème ne se pose évidemment pas en ces termes pour la radio publique, sans publicités.

     

    Voici d’autres constats des données.

     

    Le 98,5 FM totalise 21,1 % des heures d’écoute sur le marché francophone de Montréal, mais 15,6 % des parts de marché dans la tranche d’âge de 25 à 54 ans, réputée la plus payante pour la vente publicitaire. À ce compte, Rythme le devance avec 17,6 % des parts. Les places suivantes, toujours en fonction des portions du marché dans cette tranche d’âge profitable, appartiennent à Rouge (11,2 %), CKOI (11,1 %), Énergie (7,9 %), ICI Première (7,6 %) et ICI Musique (2 %). La nouvelle radio des classiques tire vers elle 1,3 % de ces auditeurs. Ce qui fait qu’au total le groupe Cogeco accapare la moitié (44,5 %) de l’ensemble et l’empire Bell, 19,1 %.

     

    Les plus jeunes francophones (18-34 ans) bouleversent les résultats. Ils se tournent de plus en plus vers CKOI qui a vu augmenter ses résultats de 11,8 à 16 % en un an dans cette tranche d’âge. ICI Première ne plaît qu’à 5 % de ce groupe, un net recul par rapport aux 8,4 % du printemps 2015.

     

    Rythme FM arrive en tête avec plusieurs premières places (dont Le party musical, et Rythme au travail) dans le palmarès des émissions les plus écoutées par les 25-54 ans. La cinquième place est à Puisqu’il faut se lever de Paul Arcand, puis Rythme positionne quatre autres de ses émissions. Il faut attendre la 13e place pour trouver une émission de RC Première, La soirée est encore jeune. Il s’agit en fait de la seule proposition de la radio publique se positionnant dans le top 20.

     

    ICI RC Première prend acte du recul de son antenne principale dans la grande région de Montréal tout en l’attribuant en partie aux nombreuses mutations récentes de sa grille. Ainsi, Gravel le matin perd 2 parts. « Le recul est aussi vrai pour les autres stations parlées, dit Patricia Pleszczynska, directrice générale, Radio, Audio Grand Montréal. Pour notre part, nous avons apporté d’importants changements dans notre grille au cours de la dernière année, particulièrement dans les émissions du matin, du midi et d’un retour à la maison. » Elle souligne aussi que de nouveaux changements seront apportés pour la soirée à l’automne, notamment pour éviter les reprises des émissions du jour.

     

    Le 98,5 se maintient effectivement malgré tout. Les animateurs Benoît Dutrizac (le midi) et Paul Houde (en fin d’après-midi) occupent toujours la première place dans leur créneau, toutes stations confondues. Isabelle Maréchal se positionne aussi très bien avec un peu plus d’un cinquième des cotes d’écoute en fin de matinée. La station se dit aussi satisfaite des résultats de l’émission Les amateurs de sport en soirée. Elle totalise 11,7 % de la tarte entre 18 h 30 et 20 h 30 « malgré la saison décevante des Canadiens de Montréal ». Par contre, à partir de 20 h 30, Ron Fournier s’en sort très bien avec 22,3 % des sélections à la barre de Bonsoir les sportifs. La nuit, Jacques Fabi attire plus d’un auditeur sur trois.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.