Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Médias

    Les sept piliers capitaux

    21 novembre 2015 |Stéphane Baillargeon | Médias
    La comète a frappé et depuis longtemps pour les journaux, ces «dinosaures» médiatiques. 
    Photo: Louis Robayo Agence France-Presse La comète a frappé et depuis longtemps pour les journaux, ces «dinosaures» médiatiques. 

    Les journaux sont des dinosaures de l’info et la production de la nouvelle est en danger. La télé et la radio comptent encore, mais moins. Les infos, vraies ou fausses, se transmettent de plus en plus par les plateformes numériques, les médias sociaux et les émissions comiques, surtout pour les jeunes. Ainsi va la grande transformation qui perturbe l’écosystème de l’information aujourd’hui.

     

    Ces observations centrales sont explicitées dans un rapport de la prestigieuse Brookings Institution de Washington intitulé « The News Today : 7 Trends in Old and New Media ». Le constat rédigé par la professeure de Harvard Elaine C. Kamarck veut alimenter le débat autour des conséquences de la grande transformation de l’information sur la vie démocratique.

     

    Sa synthèse pourra éclairer les producteurs et les commentateurs de nouvelles qui se réunissent ce week-end au Château Frontenac dans le cadre du congrès annuel de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Le congrès se déroulera autour du thème « le virage numérique et après ? ».

     

    Le diagnostic en sept points de la Brookings répond à cette question à sa manière, en s’appuyant sur des exemples américains.

     

    1. Le journal disparaît

     

    La comète a frappé et depuis longtemps pour les journaux, ces « dinosaures » médiatiques. L’âge d’or de ce pilier de l’information date du temps de la fondation du Devoir, avant la Première Guerre mondiale. À la fin de la Deuxième, plus de 35 % des foyers américains recevaient un des 1750 quotidiens du pays, par rapport à moins de 15 % abonnés maintenant à un des 1330 journaux.

     

    Si encore les lecteurs transféraient en ligne, sur les sites des médias restants. La moyenne est à moins de cinq minutes de consultation pour le site du New York Times, pourtant champion du secteur pour l’attention retenue !

     

    Au Québec, il reste 14 quotidiens publiés en version papier, dont 2 gratuits distribués dans le métro de Montréal. Selon le Centre d’études sur les médias (CEM) de l’Université Laval, les journaux payants distribuent maintenant deux fois moins d’exemplaires (et souvent gratuitement ou au rabais) par tranche de 1000 personnes âgées de plus de 20 ans par rapport au milieu des années 1960.

     

    2. La nouvelle se meurt

     

    Produire de l’info de base (« hard news ») coûte cher et le modèle d’affaires de beaucoup de médias est cassé. Les revenus de l’imprimé ont chuté de moitié aux États-Unis en dix ans sans que les plateformes numériques compensent. Il y avait 43 000 journalistes américains professionnels en 1978. Ils sont maintenant moins de 33 000, dans une population en croissance.

     

    Au Québec, presque tous les grands groupes médiatiques ont comprimé leurs salles de rédaction. Après le conflit de travail (2009-2011), les trois quarts des journalistes du Journal de Montréal ont perdu leur poste, tandis qu’explosait le nombre de chroniqueurs, qui ne produisent aucune nouvelle. Radio-Canada a éliminé plus de 1500 postes en six ans, dont plusieurs dizaines directement liés à la production de l’info. Cette semaine, TVA Publications a fermé six magazines et mis à pied 25 employés, ce qui touche également des dizaines de pigistes.

     

    3. La télé forte, la nouvelle télé faible

     

    Les gens regardent encore beaucoup la télévision (environ 30 heures par semaine), mais moins pour s’informer. Une enquête du Bureau de la télévision du Canada dévoilée vendredi établit que les jeunes de 18 à 34 ans passent chaque semaine 7,6 fois plus de temps devant la télé que sur YouTube (19 heures par rapport à 2,5). Ils y consacrent aussi 19 fois plus de temps qu’à Netflix.

     

    Par contre, les bulletins de fin de soirée voient fondre leur public aux États-Unis comme ici. Le rapport américain note que les chefs d’antenne ne sont même plus connus par la population, alors qu’ils ont dominé la profession journalistique pendant des décennies. Le vendredi 13 novembre, jour des attentats à Paris, le Téléjournal de 22 h d’ICI Radio-Canada a rassemblé 331 000 téléspectateurs, et celui de TVA 366 000 personnes. À la fin du siècle dernier, les éditions du bulletin de TVA passaient la barre du million de fidèles.

     

    4. La radio parle

     

    La force persistante des réseaux radiophoniques s’explique en partie par l’autophilie du continent nord-américain. La radio parlée gagne en force. Elle commente l’info de base souvent produite ailleurs.

     

    Le modèle tient ici aussi. Le nombre de stations demeure stable (autour de la centaine) et leurs bénéfices annuels se maintiennent au-dessus des 70 millions depuis 2009. Ils ont triplé depuis 2007, selon l’Institut de la statistique du Québec.

     

    Six Québécois sur dix (61 %) disent s’informer par la radio, selon le CEM. Le 98,5 FM de Montréal, navire amiral de Cogeco, accapare le tiers des parts de marché. La salle de nouvelles de Cogeco, qui alimente 13 stations de radio (CKOI, The Beat, etc.), compte neuf permanents, six surnuméraires et onze recherchistes qui s’allient à deux correspondants parlementaires, un à Québec et un à Ottawa. Ce qui fait deux préposés à l’info en moyenne par station.

     

    5. Le Web informe

     

    La nouvelle migre-t-elle des vieux médias vers les nouveaux ? C’est le noeud de l’affaire du point de vue des transformations qui affectent la circulation de l’information « utile » en démocratie. Plus de la moitié de la population américaine s’alimente quotidiennement à des sites.

     

    Le Québec fait encore mieux. En 2014 déjà, près des deux tiers des Québécois disaient consulter l’actualité en ligne, et 40 % à partir d’un mobile selon le Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO). On connaît le pari de La Presse +, qui mise son va-tout sur les tablettes. Le Centre de l’information de Radio-Canada diffuse maintenant ses scoops à midi sur sa plateforme Web et ses alertes pour petits écrans mobiles, non plus aux téléjournaux de soirée.

     

    6. Les médias sociaux répercutent

     

    Le rapport du Brookings en cite un autre du Pew Research Center, qui a sondé les internautes américains pour savoir d’où ils tirent leurs infos. La télé locale (49 %) et Facebook (48 %) arrivent à égalité, suivis par CNN (44 %) et Fox News (39 %). Les réseaux sociaux s’imposent donc de plus en plus comme outil de dissémination, mais aussi de discussion des informations vraies ou fausses comme des nouvelles validées par les journalistes. Au Québec, trois adultes sur quatre et neuf sur dix de 18 à 44 ans sont présents sur les réseaux sociaux, Facebook en tête.

     

    7. L’humour renseigne

     

    En 2012, une enquête a révélé que la plus grande proportion des jeunes Américains (18 à 30 ans) tire ses informations de deux émissions de télé humoristiques de fin de soirée, The Colbert Report (43 % des répondants), animé jusqu’en décembre 2014 par Stephen Colbert, et The Daily Show (39 %).

     

    Ici, Infoman (Radio-Canada) occupe ce créneau depuis plus d’une décennie.


    Des questions

     

    « Deux grandes questions surgissent de ces tendances, conclut le rapport. Est-ce que le rôle traditionnel des médias comme contrepoids au pouvoir gouvernemental s’érode parce que moins de gens sont engagés dans la collecte de nouvelles de base ? À une époque où tout le monde peut donner son opinion et répéter de soi-disant “ faits ” (qu’ils soient vrais ou pas), que peuvent croire les citoyens et comment peuvent-ils réagir ? »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.