Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Radio-Canada perdra le quart de sa main-d’oeuvre d’ici 2020

    26 juin 2014 17h28 |Mélanie Marquis - La Presse canadienne | Médias

    De nouvelles compressions de l'ordre de 100 millions sur cinq ans mèneront à l'élimination de quelque 1500 emplois d'ici cinq ans à Radio-Canada. En d'autres mots, la société d'État perdra environ 25 % de sa main-d'oeuvre actuelle d'ici 2020.

    Les suppressions d'emplois annoncées jeudi s'ajoutent à celles qui ont été annoncées en avril — Radio-Canada compose actuellement avec des coupes de 130 millions, ce qui entraînera l'élimination de l'équivalent de 657 postes à temps plein au cours des deux prochaines années.

    Mais cette fois, il ne s’agit pas de couper simplement pour équilibrer un budget: il est plutôt question de poursuivre une «vision», une «destination», a plaidé le président et chef de la direction, Hubert Lacroix.

    «Ça va amener, en l’an 2020, à une entreprise qui va être moderne, mobile, qui va pouvoir s’ajuster aux environnements changeants et qui va avoir un financement plus solide, plus durable, plus viable», a-t-il exposé jeudi après-midi en conférence téléphonique.

     

    La direction avait présenté quelques heures auparavant à ses employés son plan stratégique intitulé «Un espace pour nous tous», dans lequel elle détaille sa conception d’une transition «du statut de radiodiffuseur public à celui d’entreprise publique de médias».


    En ce sens, Radio-Canada aspire à «renouveler» son offre en donnant la priorité aux services mobiles et à «se transformer» en revisitant certaines émissions qui sont dans la grille «depuis plusieurs années» — près de 40 % d’entre elles sont à l’antenne depuis plus de cinq ans, selon les informations contenues dans le document. En somme, l’offre télévisuelle ira en décroissant: on mise maintenant d’abord et avant tout sur les plateformes interactives.


    Pour réaliser des économies — en plus de mettre à pied des centaines d’employés —, la société d’État a également l’intention de réduire de moitié les espaces de bureaux dans l’ensemble du Canada, soit environ deux millions de pieds carrés, disant préférer investir «dans le contenu» que dans la brique.

    Il se pourrait que la direction mette la clé sous la porte de plusieurs studios de production à l’interne: Radio-Canada mettra «l’accent sur les possibilités de partenariats» et diminuera les productions maison, peut-on lire dans le plan stratégique.

     

    «On a tendance encore à faire une référence que la production télévisuelle doit absolument se faire dans les studios. Ce n’est plus le cas», a résumé le vice-président principal des services français, Louis Lalande.


    «Complètement démoli»

    Le président du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC), Alex Levasseur, est sorti atterré de sa rencontre avec les hauts dirigeants du diffuseur public, jeudi matin.


    «Je suis complètement démoli. C’est dramatique. Radio-Canada tourne le dos à son mandat et se retourne vers la privatisation, vers la réduction de ce qu’est le diffuseur public. On va rapetisser le diffuseur public pour qu’on n’ait plus à se questionner à chaque année sur les compressions budgétaires qui pourraient venir», a-t-il déploré.


    Il a en outre accusé la direction d’avoir «baissé les bras» en accentuant un virage déjà entamé vers une privatisation croissante de ses services.


    «Les conservateurs ont accentué les difficultés financières de Radio-Canada. La haute direction, pour compenser, s’est tournée vers des revenus publicitaires, donc a cherché à devenir de plus en plus une télévision privée. Et là, on accentue le virage vers le privé, on veut se situer dans le marché, mais ce n’est pas ça le mandat de Radio-Canada», a dénoncé M. Levasseur.

    Alex Levasseur se dit préoccupé par le sort qui attend les jeunes talents de la boîte et ceux qui sont actuellement sur les bancs d’école en rêvant de poursuivre une carrière dans le domaine des communications ou du journalisme.

    «Moi, je vois moins d’avenir pour Radio-Canada. (...) Si j’étais un jeune, je pense que je me poserais des questions sur ma carrière dans ce monde-là», a-t-il soupiré.

    Le grand patron est d’avis contraire: selon lui, le virage proposé par la direction est enthousiasmant pour la relève.

    «Dans le contexte de l’annonce de notre vision, si tu es un jeune, tu devrais être très content de voir que l’entreprise a une vision numérique importante, et une vision qui va faire appel au talent que tu as», a lancé Hubert Lacroix à l’autre bout du fil.


    Nombreuses réactions politiques

    Mais compte tenu que CBC/Radio-Canada «reçoit des contribuables des fonds importants, soit plus d’un milliard de dollars par an», le gouvernement Harper «juge qu’elle peut et doit le faire dans les limites existantes de son budget», a plaidé dans un communiqué la ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, Shelly Glover.


    «Comme société d’État indépendante, CBC/Radio-Canada est responsable de son propre fonctionnement, ce qui comprend une planification stratégique comme celle-là. Comme nous [le gouvernement] le faisons pour l’ensemble des sociétés d’État et des organismes gouvernementaux, nous l’encourageons à tirer parti de moyens nouveaux et plus efficients pour mener ses activités», a déclaré la députée manitobaine.


    Le député libéral Stéphane Dion voit les choses d’un autre oeil: le diffuseur public doit s’adapter, certes, mais il doit avoir les moyens de le faire. Et le gouvernement, comme bailleur de fonds, a la responsabilité de l’épauler dans cette transformation, a-t-il suggéré en entrevue à La Presse canadienne, jeudi.


    Ce manque d’appui «traduit l’indifférence du gouvernement canadien envers la mission publique de Radio-Canada», son «acharnement irresponsable», voire de son «hostilité idéologique», a martelé l’ancien chef libéral.


    S’il est élu, le Parti libéral du Canada compte-t-il revoir à la hausse son financement public? À l’heure actuelle, chaque Canadien paie 29 $ par année pour l’ensemble des services offerts par CBC/Radio-Canada. La moyenne internationale est de 82 $ par habitant.


    «Il y a toutes sortes de façons d’y arriver, mais c’est certain qu’à 29 $, on demande un peu l’impossible à notre institution. Il faut tenir compte de ça», s’est contenté de répondre M. Dion, disant ne pas vouloir «écrire le premier budget du gouvernement libéral».


    La nouvelle a eu des échos jusqu’à l’Assemblée nationale, où certains députés se penchaient jeudi sur l’étude des crédits budgétaires du ministère de la Culture.

    La députée péquiste Véronique Hivon a exhorté la titulaire du ministère, Hélène David, à «rencontrer sa vis-à-vis fédérale (Shelly Glover) pour lui faire part du caractère tout à fait inacceptable et excessivement grave d’une telle décision au Québec».

    Mme David s’est montrée prudente en rappelant que la gestion de Radio-Canada était de compétence fédérale et en signalant que son collègue aux Affaires intergouvernementales, Jean-Marc Fournier, avait déjà «manifesté son inquiétude» face à la situation.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel