Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    In media stat virtus…

    Une étude révèle les hauts et les bas de l’indépendance journalistique

    24 mars 2014 |Stéphane Baillargeon | Médias
    Chez les médias de Gesca (La Presse, Le Soleil, etc.), à peine un journaliste sur dix (10 %) affirme que les propriétaires,?les dirigeants du média non affecté à l’information ou le personnel des ventes publicitaires interviennent « régulièrement » ou « souvent » dans les décisions de la salle de rédaction. À Radio-Canada, la proportion baisse à 5 %. Dans les médias de Québecor, la part ombragée gonfle à 20 %.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Chez les médias de Gesca (La Presse, Le Soleil, etc.), à peine un journaliste sur dix (10 %) affirme que les propriétaires,?les dirigeants du média non affecté à l’information ou le personnel des ventes publicitaires interviennent « régulièrement » ou « souvent » dans les décisions de la salle de rédaction. À Radio-Canada, la proportion baisse à 5 %. Dans les médias de Québecor, la part ombragée gonfle à 20 %.

    Sept journalistes sur dix au Québec jugent que des contraintes d’ordre économique (publicitaires, commerciales ou corporatives) « ont déjà généré de la pression » sur leur travail. C’est déjà beaucoup. Seulement, il y a pression et pression.

     

    Chez les médias de Gesca (La Presse, Le Soleil, etc.), à peine un journaliste sur dix (10 %) affirme que les propriétaires, les dirigeants du média non affecté à l’information ou le personnel des ventes publicitaires interviennent « régulièrement » ou « souvent » dans les décisions de la salle de rédaction. À Radio-Canada, la proportion baisse à 5 %.

     

    Dans les médias de Québecor, la part ombragée gonfle à 20 %. Chez TC Média, l’impression d’un manque d’étanchéité frise les 30 %.

     

    Il faut dire que TC Média possède beaucoup d’hebdomadaires régionaux, et encore plus depuis l’achat de 73 hebdos de Québecor en décembre dernier. Ces publications ont la réputation de favoriser les rapprochements dans le politique, l’économique et le médiatique.

     

    Étude inédite

     

    Ces données se trouvent dans une étude sur l’indépendance journalistique dont Le Devoir a obtenu copie. L’enquête inédite datée de février vient d’être déposée au Conseil de presse du Québec (CPQ), qui l’a commandée. Le CPQ est le tribunal d’honneur de la profession journalistique.

     

    Les révélations sur l’intervention des propriétaires et des têtes dirigeantes dans le contenu rédactionnel ont leur importance en soi. Elles en gagnent dans le contexte de l’entrée en politique active de Pierre Karl Péladeau, propriétaire de Québecor, maintenant candidat pour le PQ dans Saint-Jérôme dans le cadre de la présente campagne électorale. La question constitutionnelle à plusieurs milliards devient toute simple : quel genre de pression les médias de M. Péladeau pourraient-ils continuer à subir de l’ancien baron de la presse et de ses hommes liges ?

     

    39 questions, 7 grades

     

    Le Rapport d’analyse de l’enquête quantitative sur l’indépendance journalistique a été rédigé par le professeur Marc-François Bernier, titulaire de la Chaire de recherche en éthique du journalisme de l’Université d’Ottawa. Le travail a été réalisé en collaboration avec le Conseil de presse du Québec. Ce mandat complète une étude qualitative précédente ayant révélé « bon nombre d’inquiétudes reliées à des facteurs pouvant fragiliser l’indépendance des journalistes ». Le nouveau volet quantitatif vérifie « dans quelle mesure ces inquiétudes [sont] partagées », selon la présentation du document.

     

    Les 39 questions et propositions testaient les niveaux d’accord ou de désaccord des répondants sur une échelle de 7 grades. La position neutre se situe au niveau 4.

     

    Voici d’autres faits saillants de l’enquête :

     

    Principes. Le concept de la loyauté à l’entreprise est perçu comme très important (à 5 sur 7) par l’ensemble des répondants. Par contre, pour le quart, il y a des contraintes à produire des informations qui nuisent aux intérêts du propriétaire de leurs médias. À ce sujet, les employés de Radio-Canada se sentent les plus libres (4,47 sur 7), ceux de Québecor le moins (3,04). L’âge et l’expérience semblent influer sur l’opinion à ce sujet, les plus vieux se sentant moins coincés. Finalement, la syndicalisation est vue comme un facteur de protection dans ce rapport de force et d’intérêt, avec un score moyen de 5,7.

     

    Autocensure. En gros, cette notion est définie comme le fait de taire exprès une information ou de déformer sciemment les faits pour ne pas nuire à des intérêts puissants et se protéger soi-même. La majorité (57,5 %) des journalistes rejette l’idée que « certains de leurs collègues se sont autocensurés ces derniers mois ». Un quart pense le contraire. De même, pour la majorité des répondants, l’autocensure n’est pas clairement considérée comme un facteur favorisant la promotion ou des avantages professionnels dans leur propre média. Par contre, ceux qui identifient le phénomène chez des collègues sont les mêmes à y dénicher des avantages.

     

    Autonomie. Un petit tiers (30 %) estime que les contraintes d’ordre économique (publicitaires, commerciales, corporatives) n’ont jamais généré de pression sur leur travail. Un petit quart (23 %) dit que ces pressions se produisent « régulièrement » ou « souvent ». Une petite moitié (46 %) les juge rares. Bref, comme on le disait au début de l’article, 70 % des journalistes avouent l’existence de ces contraintes. Aucun média n’y échappe, mais les reporters des médias commerciaux sentent un peu plus la pression et ceux de la presse régionale, encore plus. Là, les journalistes rapportent que le contenu de leur média est influencé par les relations avec les gens d’affaires, les décideurs politiques ou les acteurs de la communauté.

     

    Indépendance. Près du tiers des répondants (32 %) est d’avis que les revenus publicitaires influencent le contenu journalistique de leur média, surtout en presse écrite quotidienne et hebdomadaire « où les mutations du modèle économique traditionnel se font plus sentir », note l’étude. Ce pourrait être un éditeur en chantage de pub pour obtenir plus de couverture, mettons. D’ailleurs, le tiers (34 %) des participants perçoit une certaine mutation de leur entreprise vers des contenus plus commerciaux. Par contre, 70 % des répondants jugent claire et étanche la distinction entre la publicité et l’information.

     

    Autopromotion. Une forte majorité (78 %) observe que les journalistes eux-mêmes sont transformés en marques associées à du contenu publicitaire ou commandité. Moins de 15 % d’entre eux sont « plutôt favorables » à cette pratique.

     

    Intégrité. L’enquête révèle aussi l’existence de pressions intermédiatiques. Environ 30 % des reporters de RC disent que souvent ou régulièrement leur média refuse de couvrir un événement lié à un média concurrent. L’étude ne donne pas d’exemple, mais on peut penser à une chronique culturelle de Radio-Canada qui refuserait sciemment de parler de l’émission La voix de TVA, par exemple. Dans les médias de Québecor, la proportion des refus gonfle à 48 %.

     

    Balises. L’enquête a finalement demandé aux journalistes de hiérarchiser des facteurs pouvant influer sur la pression et la résistance à la pression dans leur travail. La faiblesse de la rémunération est considérée comme l’élément le plus important, suivi de près par la précarité de l’emploi. Suivent ensuite la convergence des médias, la proximité avec la communauté, la méconnaissance des normes déontologiques et les principes éthiques chez les dirigeants qui ne travaillent pas dans la salle de rédaction ou le personnel des ventes. La concurrence et la dépendance aux revenus publicitaires ferment la liste.

    ***

    Portrait de groupe

    L’échantillon de départ de l’étude comprenait 2129 répondants potentiels, y compris des indépendants. Au bout du processus d’appel, en décembre 2013, 397 d’entre eux ont rempli le questionnaire garantissant l’anonymat. Dans ce domaine et selon cette méthode de recherche, un taux de réponse de 10 % est jugé satisfaisant. La majorité des participants à l’enquête ont plus de 11 ans de métier, le tiers plus de 21 ans d’expérience. Tous les grands groupes de presse y sont représentés, Radio-Canada fournissant 31 % des répondants, Gesca le quart, TC Média 15 %, Québecor 12 %, et les indépendants et « autres » (Cogeco, Bell, Presse canadienne, etc.) le reste. Par ailleurs, un répondant sur neuf exerce ou a exercé un emploi de cadre, et un sur neuf est diplômé universitaire. Les deux tiers sont syndiqués.

     

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel