Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Conflit étudiant: le Conseil de presse multiplie les décisions

    Dix plaintes sur douze traitées visent des médias de Québecor

    17 octobre 2012 |Stéphane Baillargeon | Médias
    Les plaintes contre des médias ont été déposées au Conseil de presse du Québec par des citoyens différents, à chaud pendant le conflit, au fur et à mesure de la diffusion des émissions et des chroniques, le lendemain ou le surlendemain de leur apparition.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les plaintes contre des médias ont été déposées au Conseil de presse du Québec par des citoyens différents, à chaud pendant le conflit, au fur et à mesure de la diffusion des émissions et des chroniques, le lendemain ou le surlendemain de leur apparition.
    Le dévoilement simultané d’une douzaine de décisions du Conseil de presse du Québec (CPQ) au sujet de la couverture du conflit étudiant permet de reprendre la mesure des tensions médiatiques qui ont accompagné l’agitation sociale du printemps. Dix des douze jugements concernent les principaux médias de Québecor (Groupe TVA, LCN, Le Journal de Québec (JdeQ) et Le Journal de Montréal (JdeM), 24 heures). Les deux autres décisions concernent des radios, CHOI FM Radio X de Québec (blâmée) et FM 93 (exonérée).

    Le CPQ retient en totalité ou en partie cinq des douze plaintes, dont quatre concernant les filiales de Québecor. Le chroniqueur vedette Richard Martineau est visé trois fois dans les plaintes, soit dans le quart des cas, et son collègue Éric Duhaime deux fois. Le premier est condamné deux fois, le second s’en tire à tout coup.


    Les jugements se concentrent autour de deux types de fautes présumées, soit les jugements de faits, et les jugements de valeurs. Beaucoup de dossiers ouverts concernent le traitement accordé dans les reportages ou les chroniques à la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) et son porte-parole le plus visible pendant le conflit, Gabriel Nadeau-Dubois, devenu la bête noire d’un certain journalisme d’opinion.


    Voici les décisions présentées dans l’ordre chronologique de la diffusion des propos jugés, entre le 1er mars et le 12 mai :


    Le 1er mars, Denis Gravel et Jérôme Landry, animateurs du Show du matin de CHOI FM Radio X 98,1, reçoivent Gabriel Nadeau-Dubois en entrevue et lui passent un savon. Le Conseil retient la plainte pour « ton et propos irrespectueux et méprisants » tout en rejetant les griefs de partialité et d’incitation à la violence.


    Le 14 avril, Richard Martineau publie dans le JdeQ une chronique intitulée « Enseignants : enseignez ! » dans laquelle il reproche à tous les professeurs d’avoir de la difficulté à enseigner aux élèves la lecture, l’écriture et les maths. Le Conseil reçoit le grief pour « généralisation abusive » sans retenir celui pour propos méprisants et irrespectueux.


    Le 17 avril, l’émission Denis Lévesque reçoit le professeur Christian Dufour, également chroniqueur au JdeM, et les plaignants trouvent ses propos irrespectueux et méprisants, surtout quand M. Dufour compare Gabriel Nadeau-Dubois à un batteur de femme. Le Conseil juge que le commentateur est « resté dans les limites raisonnables d’un débat ». Le grief pour sensationnalisme est également rejeté.


    Le 18 avril, l’animateur Sylvain Bouchard de la station FM 93 utilise les expressions « j’m’en crisse » et « fuck les injonctions » en ondes. Le Conseil ne se prononce pas sur le grief de propos grossiers, tout en invitant les animateurs des « radios d’opinion » à « rehausser le niveau de leur langage ».


    Le 21 avril, la journaliste Julie Couture de l’émission Salut Bonjour week-end demande à la co-porte-parole de la CLASSE Jeanne Reynolds : « Alors, ce matin, est-ce que vous êtes du côté des casseurs ? » Le grief pour partialité est rejeté.


    Le 21 avril, dans le JdeQ, sous le titre « Les Soviets de salon », Dominic Maurais publie des informations jugées « inexactes » par le tribunal d’honneur. Le chroniqueur accuse alors la CLASSE d’être associée à l’Union communiste libertaire.


    Le 24 avril, dans sa chronique du JdeM, Richard Martineau invente par ironie des propos pro-violence qu’il attribue à la CLASSE. Le Conseil retient tout de même le grief pour « information inexacte, propos discriminatoires et préjugés ». Cette décision du CPQ a déjà été médiatisée la semaine dernière.


    Le 1er mai, le collaborateur Éric Duhaime et l’animateur de l’émission Franchement Martineau de LCN échangent autour de l’implication de certains enseignants dans le conflit. Le Conseil rejette toutes les accusations pour « informations inexactes, propos méprisants, irrespectueux, haineux et offensants empreints de préjugés », y compris quand Richard Martineau et Éric Duhaime ont qualifié de « débiles légers » les profs qui auraient incité les étudiants à voter pour la grève.


    Le 5 mai, LCN diffuse la même entrevue diffusée dans deux émissions différentes, à quelques heures d’intervalle. Le plaignant dénonce « une mise en scène trompeuse » puisqu’au deuxième passage, la première conversation entre le journaliste et l’animateur a fait l’objet d’un montage pour la faire passer pour une nouvelle conversation en direct. La plainte est retenue, mais elle ne concerne qu’indirectement le traitement du conflit étudiant, le sujet de la conversation.


    Le 9 mai, 24 heures titre « Conflit étudiant - Québec prêt à revoir l’entente », tandis que son concurrent gratuit Métro annonce « Beauchamp n’a pas l’intention de rouvrir l’entente ». Une plainte reproche au premier de donner au gouvernement le beau rôle. Le grief pour titre inexact est rejeté.


    Le 12 mai, dans le JdeQ, sous le titre « Balade antiterroriste en métro », le chroniqueur Éric Duhaime écrit qu’« une méfiance de la part d’un nombre grandissant de citoyens s’installe vis-à-vis les carrés rouges. On associe maintenant, à tort ou à raison, ce symbole à la violence, voire même au terrorisme ». Le même jour, sur son compte Twitter, Éric Duhaime en rajoute ainsi : « Se promener avec un carré rouge dans le métro de Montréal aujourd’hui, c’est comme porter une burka dans un avion au lendemain du 11-Septembre. Ça rend les gens autour de vous très nerveux et suspicieux. » Les juges ne relèvent dans ces textes « aucun abus de la liberté d’expression ni de manquement déontologique ». Les deux griefs, l’un pour propos haineux et méprisants, l’autre pour commentaire raciste, sont donc rejetés.


    Les plaintes ont été déposées par des citoyens différents, à chaud pendant le conflit, au fur et à mesure de la diffusion des émissions et des chroniques, le lendemain ou le surlendemain de leur apparition. Le Conseil de presse du Québec (conseildepresse.qc.ca) traite les dossiers par l’intermédiaire d’un comité composé de huit membres du conseil d’administration issus du public, des entreprises de presse et des journalistes.


    Québecor s’est retirée du CPQ, et ses médias comme ses journalistes ne participent donc plus au processus. CHOI FM boycotte aussi les travaux du tribunal d’honneur. En clair, ils ne répondent pas aux arguments des plaignants, ce qui peut évidemment nuire à l’équilibre de l’examen. Les jugements reposent sur des codes de déontologie et n’ont pas de portée juridique.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel