Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le sportnographe quitte la Première Chaîne de Radio-Canada

    L’émission Le sportnographe va accrocher ses patins après trois périodes annuelles d’excellents et joyeux services décapants sur les ondes de Radio-Canada. L’annonce de l’autosabordage est apparue dans un texte publié hier sur le blogue de l’émission.

    L’adieu aux ondes précise que l’aventure se terminera à la fin du mois prochain. Deux émissions spéciales seront diffusées à cette triste occasion, les 15 et 22 juin.


    Le sportnographe est diffusé sur la Première Chaîne, les vendredis soir, depuis 2009. Elle prolonge un site créé cinq ans plus tôt pour poser un regard humoristique et décapant sur le monde du sport et encore plus souvent sur la médiatisation débridée du Canadien de Montréal.


    « Au fil du temps, l’émission a tranquillement délaissé la parodie et la critique du monde du sport pour se concentrer sur les travers des médias en général, sur la désinformation et sur la montée récente des extrémistes de l’opinion que nous avons regroupés sous le vocable de jambons », explique l’équipe. Nous considérons maintenant avoir fait le tour du jardin et nous sommes prêts à relever de nouveaux défis, « comme qu’on dit ».


    Le trio composé de Jean-Philippe Wauthier, Jean- Philippe Pleau et Olivier Niquet dirige l’attaque radiophonique hebdomadaire. M. Wauthier, déjà plus médiatisé que ses deux collègues, aura son propre talk-show à Radio-Canada cet été. Il reviendra à la barre du jeu-questionnaire La une qui tue à Télé-Québec l’automne prochain.


    Le sportnographe continuera cependant d’évoluer par la chronique publiée dans le journal gratuit Métro et sur Internet. Les deux plateformes prendront donc encore et toujours un malin plaisir à relayer et à décortiquer les citations loufoques des sportifs et des journalistes du sport.


    Un des derniers ajouts du sportnographe.radio-canada.ca cite l’ex-joueur Benoît Brunet devenu commentateur qui a récemment déclaré publiquement : « Tu les fais pas jouer dans le match numéro quatre, mais tu les fais jouer dans le match numéro cinq quand t’es accolé au pied du mur, moi j’étais pas d’accord avec cette décision-là. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.