Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettres - J'aime moins la télé publique qu'avant

    10 avril 2012 | Luc Le Blanc - Montréal, le 5 avril 2012 | Médias
    Étant un fervent amateur de télévision publique, de journalisme d'enquête et d'analyse, et non abonné au câble ou au satellite, les compressions du gouvernement Harper à l'endroit de Radio-Canada devraient normalement me désoler.

    Mais devant ce qu'est devenue ma télé publique, je suis moins triste, le deuil ayant déjà été fait. Tous les jours à la radio de Radio-Canada on m'annonce le programme de Grands reportages à RDI. Mais ma télé publique hertzienne et gratuite me propose plutôt des émissions légères, quiz, variétés et talk-shows. Les beaux dimanches, lieu de création artistique, ont fait place à une mégaplogue de variétés qui s'offre le luxe de tasser le téléjournal. Au moment où les conservateurs annoncent leur budget, Radio-Canada prépare un nouveau talk-show.

    Ces coupes seront-elles l'occasion pour Radio-Canada de se recentrer sur sa mission, ou de sabrer tout ce qui coûte de l'argent et de l'intelligence pour se replier sur des émissions de variétés comme la télé privée en produit déjà, elle aussi bien souvent à même les fonds publics et autres crédits d'impôt à l'insignifiance?

    ***

    Luc Le Blanc - Montréal, le 5 avril 2012
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel