Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    L’offre patronale est acceptée à 64 % au Journal de Montréal

    La rédaction perd plus de la moitié de ses effectifs

    1 mars 2011 18h48 |Stéphane Baillargeon | Médias
    Pour le président du syndicat, Reynald Leblanc, il s'agit d'un jour de deuil. <br />
    Photo: Jacques Nadeau -Le Devoir Pour le président du syndicat, Reynald Leblanc, il s'agit d'un jour de deuil.
    Au terme d'une assemblée qui a duré toute la journée, les employés en lock-out du Journal de Montréal ont accepté, le coeur lourd, la dernière offre patronale, à 64%. Le président du syndicat Reynald Leblanc a parlé d’un «jour de deuil», y compris pour le mouvement syndical.

    Et il a suffi d’un tweet pour enflammer une partie de l’assemblée syndicale déjà surchauffée.

    Environ 200 syndiqués du Journal de Montréal attendaient à huis clos le résultat du vote au Palais des Congrès de Montréal, ce soir, quand RDI a vendu la mèche sur le média social Twitter. Quelques secondes auparavant une conseillère de la CSN avait donné en exclusivité, aux journalistes faisant le pied de grue à l’extérieur de la salle, le résultat du vote en faveur de l’entente de principe à 64,1%.

    Un collègue a donc vite, vite relayé l’info sur le média social. Des syndiqués abonnés au site ont reçu l’info cruciale avant même l’annonce officielle à la tribune de l’assemblée. Quand ils sont sortis de la réunion, certains étaient donc en beau fusil.

    «On a appris le résultat du vote par les médias! C’est vraiment une drôle de situation», a commenté la journaliste Pascale Lévesque en quittant de la salle. Une autre employée a carrément parlé d’«une honte pour la CSN».

    En tout cas, quelle méchante ironie que les nouvelles technologies, au cœur de ce conflit de 765 jours, aient en plus perturbé l'ultime moment décisif.

    Il y a plus de deux ans, avant même le lock-out, les négociations achoppaient en partie en raison des demandes patronales de mutation du travail vers les nouvelles plates-formes dématérialisées.

    Une fois déclenché, le lock-out imposé le 24 janvier 2009 a été maintenu parce que les cadres bénéficiaient du télétravail des «employés de substitution», selon l’euphémisme patronal.

    Retrouver leur vie


    «Aujourd’hui, après une longue assemblée générale, les 253 travailleurs du Journal de Montréal ont décidé de retrouver leur vie à 64,1%», a déclaré en point de presse Raynald Leblanc, président du Syndicat des travailleurs de l’information du Journal de Montréal (STIJM). «Après 25 mois de luttes acharnées pour retrouver et garantir des conditions de travail et des conditions de départ adéquates, décentes et respectueuses, ces gens ont décidé de retourner à une vie normale.»

    La direction syndicale a recommandé l’acceptation de l’entente négociée avec le propriétaire, Groupe Quebecor, devant Jean Poirier, médiateur nommé par le ministère du Travail, qui a participé à l’assemblée générale. «On l’a recommandée parce qu’on a frappé un mur, a précisé M. Leblanc. On ne voit pas comment on pourrait aller chercher plus. La seule façon de se sortir de ce conflit, c’était de recommander l’acceptation de l’entente pour que nos membres arrêtent de se promener en rond en piquetant autour d’un petit parc.»

    Sauver un poste sur quatre

    L’entente, datée du vendredi 25 février, bonifie l’offre rejetée à près de 90% en octobre dernier. L’employeur voulait alors conserver 49 employés (plus trois postes temporaires). Ils seront finalement 62 (plus un temporaire). Le gain affecte surtout la salle des nouvelles, qui passe de 32 à 42 postes.

    N’empêche, au total, plus des trois quarts des emplois passent à la trappe. La rédaction perd plus de la moitié de ses effectifs. L’entente maintient 20 millions $ pour les indemnités de départ et d’autres mesures d’aide aux licenciés. Comme les membres du STIJM ne sont plus qu’environ 230 (sur 253 au départ), 170 personnes licenciées recevront, en moyenne, plus de 100 000 $ d’indemnités de départ.

    Les syndiqués ont arraché deux concessions importantes. D’abord, la nouvelle convention ne comprend pas de clause de non-concurrence. En octobre, le patron voulait interdire aux journalistes licenciés d’aller travailler pour La Presse.

    Ensuite, l’entente ne prévoit pas la fermeture du média syndical RueFrontenac, tel qu’exigé à l’automne. Le site et sa version papier ont été mis en place comme moyen de pression et comme lieu de maintien de la pratique et de la dignité professionnelles.

    Une clause particulière concernant Rue Frontenac a cependant été longuement débattue hier en assemblée. La mesure approuvée par le médiateur prévoyait que Quebecor imprime et distribue la version papier du journal, dont la propriété aurait été transférée du syndicat vers une coopérative.

    La proposition impliquait même des «crédits» d’impression et de distribution hebdomadaire de 2000 $ par fonction, soit environ 200 000 $ par année. En clair, Quebecor aurait imprimé et diffusé le journal qu’il voulait fermer il y a à peine quatre mois! La proposition a été rejetée, les futurs employés-propriétaires de RueFrontenac préférant se débrouiller seuls, sans leur ancien employeur.

    Une défaite

    Le protocole de retour au travail reste à négocier. Le président du STIJM Reynald Leblanc a parlé d’un «jour de deuil». Son prédécesseur à la tête du syndicat, Martin Leclerc, en sortant de la salle, a déclaré la mort dans l’âme : «Je tiens à m’excuser auprès des syndicats qui nous ont soutenu».

    Un autre représentant syndical a plutôt rappelé le manque de solidarité de la population dans le conflit.

    «C’est clair que pour nous, ce n’est pas une victoire, a dit André Fortin, conseiller à la CSN, la centrale syndicale à laquelle est associé le STIJM. On s’est battu mais il y a des éléments qui font qu’on a pas pu renverser les demandes de l’empire Quebecor.»

    M. Fortin a insisté sur deux facteurs fondamentaux à ses yeux. «Première chose, la loi anti-scab. Nous avons fait des représentations pour la modifier parce que, présentement, avec le trou dans cette loi, c’est impossible de se battre contre un empire. Le rapport de force manquait au syndicat.»

    Le deuxième point concerne à ses yeux le soutien de la population, particulièrement des lecteurs du Journal de Montréal. «Le conflit a deux ans, a noté M. Fortin. Ça fait deux ans que le syndicat est sur toutes les tribunes pour demander à la population de les aider. Or, le lectorat du journal a augmenté pendant le conflit. Ce manque de solidarité de la population a eu une répercussion directe sur le vote de l’assemblée syndicale.»

    Le président Raynald Leblanc est revenu alors une dernière fois sur le sentiment d’avoir perdu la bataille menée depuis plus de deux ans, dont le résultat a été court-circuité par Twitter. Sa déclaration verbale faisait 140 caractères et pas un de plus, comme le veut la règle de ce média social:  «La défaite à un moment donné il faut l’accepter et vivre avec. Le mot défaite, ce n’est pas un bon mot. C’est un mot qu’on aime pas, mais il faut mettre fin à la souffrance.»
    Pour le président du syndicat, Reynald Leblanc, il s'agit d'un jour de deuil. <br />
Jessica Nadeau et Gabrielle Deschaine, du Journal de Montréal. <br />
L'émotion était palpable au terme de l'assemblée. <br />
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel