Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Médias - Wikipoche

    17 janvier 2011 |Stéphane Baillargeon | Médias
    Sur Wikipédia, l'encyclopédie libre en ligne, la biographie du plus grand dramaturge contemporain du Québec commence ainsi: «Né à Montréal en 1942, Michel Tremblay passe une partie de son enfance dans un appartement commun. Il vit dans ce logement de la rue Fabre, où s'entassent trois familles de douze personnes.»

    Il est ensuite décrit comme «un adolescent boutonneux». L'article propose de bien piètres commentaires sur ses pièces et sur le contexte de leur production. Il n'est jamais question du Plateau Mont-Royal. En plus, le style est lourd, poussif, bancal, avec des temps de verbe désaccordés.

    Bref, c'est médiocre. C'est même wikipoche. Et il faut le dire bien franchement, c'est le lot d'une très large part de la production sur le Québec de cette somme du savoir universel célébrant son dixième anniversaire ces jours-ci. En gros, ce qui s'y trouve déçoit parfois et ce qui y manque fait cruellement défaut.

    Un autre exemple: l'entrée sur la chanteuse Michèle Richard dépasse largement celle sur le philosophe Charles Taylor. Un autre cas étonnant: le yéyé Paolo Noël a son article, mais pas le peintre et romancier Marc Séguin.

    La Wiki qui s'améliore constamment demeure donc éminemment perfectible. Le réseau complet des articles en français compte plus d'un million d'articles, un peu plus de 1 056 000 en date d'hier. Cet Himalaya virtuel rassemble 4,3 millions de pages modifiées 65 millions de fois depuis la création de l'encyclopédie il y a dix ans. De ce lot, moins de 800 (797 précisément) sont jugés de qualité par les encyclopédistes francophones eux-mêmes. Il y en a 3140 (sur 3,6 millions d'articles) en anglais et 945 (sur 700 000) en espagnol.

    Peu d'étoiles


    Ces productions exceptionnelles et admirables ont leur signe distinctif: une petite étoile jaune placée en haut à droite de la page. Deux entrées et deux seulement sur le Québec, jugées d'«importance maximum», ont leurs étoiles, soit celles traitant de la capitale «Québec» et de la métropole «Montréal».

    Tous les articles de la Wiki sont regroupés de façon thématique en bouquets, en «portails». Il n'existe que 26 portails de qualité en français, reconnaissables aussi à l'étoile jaune. Comme l'exige la tradition de cette grande maison dématérialisée, c'est une communauté de contributeurs enregistrés qui attribue cette distinction.

    Le portail sur l'Aquitaine est du lot, comme ceux traitant de New York, du Japon, de la Suisse et de la Tunisie, du cinéma et des mathématiques. Pas celui du Québec, qui unifie près de 18 000 articles.

    En fait, le seul portail un tant soit peu lié au Québec traite du «hockey sur glace». Et encore, ses articles ont fait l'objet d'innombrables disputes langagières, les Québécois n'ayant pas partout réussi à imposer leurs néologismes. Dans ce portail de qualité, le «bâton de hockey» et la «rondelle» n'ont pas leurs entrées autonomes: ils sont traités sous «crosse» et «palet». Et tant pis pour René Lecavalier...

    Évidemment, à la longue, à long et même très long terme, ce monument collectif atteindra certainement la perfection dans plusieurs milliers de pages sur le Québec. Néanmoins, étant donné son importance intellectuelle et globale, on ne peut que s'étonner du peu d'intérêt que portent les décideurs et les fournisseurs de contenus intellectuels à cette formidable entreprise du monde mondialisé.

    Rêver à une corvée de nettoyage

    On se plaît à rêver que les collèges et les universités du Québec lancent une grande corvée de nettoyage du portail Québec. L'exercice de vérification et de rédaction serait même très formateur pour les étudiants. On peut aussi s'étonner du manque d'intérêt évident affiché par les dirigeants de tous les secteurs pour ce formidable outil publicitaire. Le gouvernement allemand a décidé de libérer de droits des dizaines de milliers d'images pour illustrer les articles de la Wikipédia sur l'Allemagne. Wunderbar! Parce que quand un étranger va en ligne pour se renseigner sur Berlin ou sur Québec pour y étudier ou y immigrer il finit immanquablement sur des pages de l'encyclopédie en ligne.

    Un dernier contre-exemple alors. La photo illustrant l'article sur René Lévesque montre sa statue sur le site de l'Assemblée nationale parce qu'aucune autre n'est libre de droits de reproduction...
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel