Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    À voir à la télévision le samedi 24 mars - Carré d'as

    24 mars 2007 |Paul Cauchon | Médias
    Céline Dion et René Angelil sont de tels mythes au Québec qu'on a tendance à oublier qu'Angelil a eu une vie avant la diva. En choisissant de consacrer une grande biographie, non pas à la chanteuse, mais à son gérant, MusiMax a eu une excellente idée.

    Cette musicographie lève donc une partie du voile sur un homme complexe et exceptionnel. Né dans le quartier Villeray à Montréal d'un père d'origine syrienne et d'une mère québécoise d'origine libanaise, le jeune Angelil était un leader, un premier de classe et un sportif, admirateur de Maurice Richard... et de Jerry Lewis!

    Un étonnant mélange de culture: racines montréalaises francophones, fascination pour l'Amérique, mais racines arabes aussi, avec un père qui jouait du oud à la maison. C'était une famille très aimante, qui passait ses soirées

    à jouer aux cartes. Et toute sa vie, Angelil a été joueur. Lorsqu'il connaissait des revers de fortune, il avait l'habitude de se «refaire» dans les casinos, explique l'émission.

    Alors qu'il voulait d'abord s'inscrire à l'École des hautes études commerciales, sa fascination pour le showbiz le fait bifurquer vers cette carrière, au grand dam de son père. Il forme un groupe fort populaire dans les années 60, Les Baronets. Puis, à partir de 1972, il travaille pour les Productions Guy Cloutier, où il apprendra tous les rouages du métier en gérant les tournées du jeune René Simard. Rupture avec Cloutier, et tentative de faire de Ginette Reno une star internationale. Rupture avec Reno et, à 39 ans, avec trois enfants, sans le sou, il songe à tout abandonner et à retourner à l'école, jusqu'à ce que la cassette d'une jeune inconnue arrive sur son bureau et qu'il décide de tout miser, sa vie, sa réputation, sa maison, sur cette adolescente du nom de Céline Dion. Fascinant.

    Musicographie / René Angelil Musimax, 20h
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel