Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le Devoir de philo - John Dewey s’opposerait à une intervention militaire en Syrie

    Le philosophe américain reprochait au droit international de faire de la guerre un moyen légitime de résoudre un conflit

    21 septembre 2013 |Dominique Trudel | Le Devoir de philo
    Selon le penseur John Dewey (1859-1952), presque toutes les guerres sont menées sous le prétexte vaseux de la « défense ». L’opinion publique devrait chercher à cerner les causes réelles de la guerre qui se cachent derrière les intentions bienveillantes. L’enjeu n’est certainement pas le bien-être des Syriens et l’emploi d’armes chimiques.
    Photo: International portrait gallery Selon le penseur John Dewey (1859-1952), presque toutes les guerres sont menées sous le prétexte vaseux de la « défense ». L’opinion publique devrait chercher à cerner les causes réelles de la guerre qui se cachent derrière les intentions bienveillantes. L’enjeu n’est certainement pas le bien-être des Syriens et l’emploi d’armes chimiques.
    Deux fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés de philosophie, d’histoire et d’histoire des idées le défi de décrypter une question d’actualité à partir des thèses...
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
    Selon le penseur John Dewey (1859-1952), presque toutes les guerres sont menées sous le prétexte vaseux de la « défense ». L’opinion publique devrait chercher à cerner les causes réelles de la guerre qui se cachent derrière les intentions bienveillantes. L’enjeu n’est certainement pas le bien-être des Syriens et l’emploi d’armes chimiques. Dominique Trudel : «La guerre n’entraîne jamais la paix, sinon une paix contenant les germes d’une guerre prochaine.»
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel