Le capitalisme: déconstruire son emprise pour reconstruire le sens

«[...] Il y a effectivement autre chose que le capitalisme — au départ un simple système économique — parvient à obscurcir», écrit Alexandre Tari.
Photo: Tiffet «[...] Il y a effectivement autre chose que le capitalisme — au départ un simple système économique — parvient à obscurcir», écrit Alexandre Tari.

Dans la rubrique «Le Devoir de philo», nous publions annuellement un extrait du texte gagnant du concours Philosopher qui se tient dans le réseau collégial.

Emmanuel Levinas (1906-1995), après avoir parcouru presque tout le XXe siècle, note avec sagesse dans Éthique et infini que « toute pensée philosophique repose sur des intuitions pré-philosophiques » (Éthique et infini, p. 14). Celle dont nous voulons traiter ici, poignante, nous fait régulièrement sentir que « quelque chose cloche » dans le discours du capitalisme, justifiant de facto ses logiques, son mode d’action sociale et la « réalité » qui en découle. Trois fois rien, mais des distorsions s’accumulent et nous déconcertent dans cet ensemble idéologique défendant, par exemple, la hausse illimitée du niveau de vie, l’impératif de croissance à tout prix, voire la notion même de « capital humain ». Or, comment articuler philosophiquement cet inconfort grandissant alors que le capitalisme demeure si désarmant, englobant, nous invitant à croire en sa nécessité inéluctable ? Comment qualifier le capitalisme ? L’existence et les buts de l’humanité sont-ils véritablement réductibles à ce qu’il nous propose ?

Photo: Bracha L. Ettinger / CC Emmanuel Levinas (1906-1995), après avoir parcouru presque tout le XXe siècle, note avec sagesse dans «Éthique et infini» que «toute pensée philosophique repose sur des intuitions pré-philosophiques».

Généralement, les définitions du capitalisme admettent trois dénominateurs communs : la propriété privée des moyens de production, le libre marché et la compétition entre acteurs économiques. Pour les économistes classiques, ce sont en effet ces trois éléments qui, mis en interaction, permettent l’allocation la plus efficace des ressources, l’innovation, la maximisation de la production et donc, en bout de course, le progrès des sociétés. Il apparaît cependant que ces dynamiques ne peuvent être mises en branle sans un élément central, étant au capitalisme ce que l’essence est au moteur : la course au profit.

La théorie de la rationalité instrumentale, développée par Thomas Hobbes (1588-1679), expliquant que l’humain est un être cherchant fondamentalement son propre intérêt, la philosophie capitaliste soutient qu’il faut justement permettre à chacun de le faire librement. C’est en effet seulement ainsi, par le biais de ce que ses premiers promoteurs appellent l’harmonie naturelle des intérêts, que la société entière pourrait prospérer. L’être humain ayant besoin d’incitatifs pour accomplir quoi que ce soit, le capitalisme érige le profit individuel comme incitation cardinale, universelle, et organise en conséquence la société entière autour de celui-ci. Le profit, servant essentiellement à rémunérer le capital, devient ainsi à la fois sa clef de voûte et, simultanément, un véritable vecteur d’innovation, de développement et de productivité.

Certains cependant, pour contrer toute critique du capitalisme, iront plus loin et affirmeront que ce dernier est le système de production « naturel », voire inné, des sociétés. Cette thèse est réfutée par nombre d’intellectuels, dont Karl Polanyi (1886-1964). En effet, celui-ci indique, dans La grande transformation, que, si des marchés et le négoce existaient déjà avant l’ère industrielle, l’existence d’un marché unique, coordonné et autorégulateur, de même que le critère du profit comme mobile des échanges commerciaux, est loin d’être une constante historique. Polanyi rappelle que l’économie était auparavant « encastrée » dans les relations sociales, limitant par le fait même l’expansion de ses logiques. La contribution de Max Weber (1864-1920) permet ainsi de situer précisément la cause de ce « désencastrement » dans l’éthique protestante du travail, la première à justifier, de manière théologique et morale, l’idée du « travail pour le travail », l’ardeur au travail étant définie comme la confirmation du salut personnel. Pour Weber, en rendant caducs les schèmes sociaux et théologiques antérieurs où la poursuite du profit était contraire aux idéaux de salut et de charité, l’éthique protestante favorisa le grand déploiement des logiques utilitaristes et instrumentales. Bref, l’idée selon laquelle le capitalisme est « naturel » ne serait, avant tout, qu’une construction sociohistorique.

Ce qui importe désormais est d’avoir un bon emploi, le plus de plaisirs possible, le moins de tracas possible et un dividende maximisé pour les actionnaires

 

Idée irrésistible

Malgré tout, avec le temps, devant l’efficacité réelle du marché et de la course au profit pour améliorer les conditions matérielles de tous, la tentation de les laisser s’implanter dans un nombre croissant de sphères est devenue irrésistible. Aujourd’hui, en effet, il nous est presque impossible d’empêcher l’expansion tous azimuts des logiques du marché, que ce soit dans la culture, l’éducation ou la recherche, lesquelles deviennent conséquemment de plus en plus centrées sur la rentabilité. Or, cela est-il sans problème ? Y perdrions-nous au passage une dimension essentielle de notre existence et de notre travail productif ?

Photo: Domaine public Pour Max Weber (1864-1920), en rendant caducs les schèmes sociaux et théologiques antérieurs où la poursuite du profit était contraire aux idéaux de salut et de charité, l’éthique protestante favorisa le grand déploiement des logiques utilitaristes et instrumentales.

D’entrée de jeu, que cette expansion paraisse de prime abord acceptable implique qu’il y ait eu modification importante de notre conception de l’activité humaine, laquelle ne devient plus qu’un simple instrument générateur de profit. Comment en effet s’indigner devant les impératifs de rentabilité imposés, par exemple, aux artistes et aux chercheurs si la valeur que nous dérivons de leur production demeure strictement quantitative ?

Attardons-nous aux remarques de Claude Lévi-Strauss (1908-2009). Celui-ci souligne en effet comment, dans d’autres sociétés, « le travail ne sert pas uniquement à faire unprofit […], mais aussi à acquérir du prestige et à contribuer au bien de la communauté » (L’anthropologie face aux problèmes du monde moderne, p. 76). L’anthropologue ajoute que le travail revêt ainsi une fonction technique, culturelle, sociale et même religieuse, avant même d’être économique. Or, sous les objectifs de rentabilité, les satisfactions et significations que nous procure ce type de travail sont de plus en plus absentes, voire annihilées. De manière à pallier ces manques, l’industrie culturelle capitaliste offre de lier ces grands absents à de simples objets de consommation, permettant aux consommateurs d’en « faire l’expérience » par l’entremise du consumérisme. Un exemple à la fois simple et révélateur serait le slogan de Coca-Cola : « Open Happiness. » Or, par cette boucle — les producteurs consomment leur propre production tout en générant un profit retournant au capital —, non seulement le capitalisme s’autoalimente très efficacement, mais avec le temps il transforme profondément la société, phagocytant les autres dimensions de l’existence et déguisant le monde vécu lui-même en marchandise.


Parallèlement, l’impératif de rentabilité provoque l’intégration par le marché — ou l’exclusion progressive — des activités ou productions dont le rôle, la raison d’être, ne sont justement pas réductibles à leurs fonctions instrumentales. Au Québec, le rapport Demers (2013) qui propose de rendre optionnel le cours de philosophie au collégial (si dérangeant !), le Japon qui supprime progressivement ses facultés de sciences humaines, un bref survol de l’univers culturel, maintenant à vocation commerciale et divertissante, en sont des exemples éclatants. Or, accorder, par une logique d’auto-renforcement, une place de plus en plus grande à cette rationalité instrumentale et technique conduit, selon Bernard Stiegler, « à l’absorption de toute la sphère de l’otium dans celle du negotium » (« La crise à rebonds du capitalisme », Le Nouvel Observateur, 2007). L’otium étant la sphère du temps libre, des valeurs, de l’incalculable, et le negotium celle de la subsistance, de l’utilitarisme, du calcul, l’action véritable du capitalisme serait de nous faire percevoir les choses par la seule perspective du négoce. Ne pouvant alors évoluer au sein du capitalisme qu’en endossant, de gré ou de force, cette vision étroite des choses, laquelle ne nous concède qu’un accès de plus en plus restreint à l’otium, le capitalisme révèle ici l’ampleur de son hégémonie sur la condition humaine.
 

Quelles seraient, en définitive, les conséquences de cela ? Poussant l’analyse critique un peu plus loin, nous soutenons que les deux phénomènes rapidement décrits, soit l’avènement d’une société d’hyperconsommation et l’hégémonie grandissante du negotium, eux-mêmes produits du système-monde capitaliste, semblent être les causes structurelles profondes de ce qui peut être décrit comme un aplatissement et un rétrécissement de nos vies, et ce, selon au moins trois volets.

D’abord, rétrécissement de nos horizons sociaux : en accordant une place de plus en plus grande au marché, l’être humain doit apprendre, selon Pierre Dardot, à se considérer « comme une entreprise en concurrence avec les autres », placée dans des « situations de concurrence et [d’]évaluation de la performance » (« Construire des institutions qui libèrent », revue Liberté, printemps 2016).

Pensons à la fameuse cote R au collégial ou, inversement, au Je ne suis pas une PME de l’essayiste Normand Baillargeon. Malgré nos tentatives de protéger l’être du régime de l’avoir, sans surprise, nos liens et solidarités éclatent. Il y a glissement du sain processus d’individuation, au coeur du projet humaniste, à l’émergence d’un individualisme égoïste. Atomisés, concentrés sur notre propre foyer, nous nous retirons des questions et espaces publics, et ce, au moment même où, en pleine crise écologique, nous n’avons jamais eu autant besoin de les investir. Fini la quête du triple idéal platonicien et de la paix universelle des Lumières. Que des cultures et même des espèces disparaissent en masse est sans importance… Ce qui importe désormais est d’avoir un bon emploi, le plus de plaisirs possible, le moins de tracas possible et un dividende maximisé pour les actionnaires.

Comme le souligne André Comte-Sponville, le capitalisme « n’a pas besoin de sens pour fonctionner. Mais les individus, si. Mais les civilisations, si ». Pourtant, comment traite-t-on collectivement la question du sens aujourd’hui ? Elle est d’emblée évacuée, dénigrée ou même niée — « pelleteux de nuages » ! Les expériences existentielles prennent même le nom de « crises », tant elles menacent notre capacité à jouer un rôle social productif souvent prédéterminé. C’est justement parce qu’il occulte la question du sens, fondamentale à l’expérience humaine, que le capitalisme, « quasi-monopole idéologique », est un obscurantisme.

Notre intuition critique de départ ouvre ainsi l’espace à une autre exploration de la condition humaine. Car ce que démontre notre brève analyse est qu’il y a effectivement autre chose que le capitalisme — au départ un simple système économique — parvient à obscurcir.

En dernière analyse, l’existence ne se réduit pas à ses fonctions utilitaires. Au contraire, nous jugeons que le fait de penser ainsi est symptomatique de cet obscurcissement aux graves conséquences. Si, au cours des derniers siècles, le capitalisme a effectivement permis un incroyable progrès technique et matériel, la saturation de ses logiques est à présent délétère et humanicide, nous appelant plus que jamais à leur dépassement. Celui-ci, pour être bien compris, devrait surmonter non seulement les logiques économiques actuelles, mais aussi l’ensemble des structures idéologiques et symboliques qui les sous-tendent. C’est la découverte en nous-mêmes de sa perspective qui nous permet de percer une brèche dans ce nouveau totalitarisme et, ainsi, de réinvestir des mondes oubliés, voire à venir !

Décolonisons notre esprit et recommençons à aimer, à rêver, à philosopher, parce que même un palais est sans cela cruellement insipide… Surtout lorsqu’on en connaît le prix.

 


Des commentaires ? Écrivez à Antoine Robitaille : arobitaille@ledevoir.com. Pour lire ou relire les anciens textes du Devoir de philo ou du Devoir d’histoire : www.ledevoir.com/societe/le-devoir-de-philo

5 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 26 novembre 2016 05 h 28

    Arrêtons de commercialiser chaque aspect de notre vie.

    Il n'y a rien de naturel dans le capitalisme sauvage. Effectivement, le capitalisme est vide de sens. La solidarité, l'entraide, l'amour, l'amitié et l'humanité ne peuvent pas se comptabiliser. Les inégalités massives que le capitalisme a produites témoignent de son échec.

  • Daniel Clapin-Pépin - Abonné 26 novembre 2016 11 h 56

    Un gros Bravo pour Alexandre Tari !

    Toutes mes félicitations à l’étudiant collégial Alexandre Tari.

    Son brillant texte nous explique avec brio 1) en quoi le capitalisme n’a rien de « naturel », 2) pourquoi il nous faut le « dépasser », et enfin 3) pour quelles raisons il nous plonge dans l’obscurantisme.

    À sa place, je lui aurais substitué le titre suivant plus branché sur l’actualité => « Ce capitalisme par lequel Donald Trump nous plonge dans une ère de « negotium » obscurantiste ! »

    Écolonomiquement ***,

    Daniel Clapin-Pépin
    Écologiste humaniste altermondialiste coopérativiste postcapitaliste
    Professeur de gestion + éthique + comptabilité environnementales
    Département des sciences comptables
    École des sciences de la gestion
    UQAM

    ---------------
    *** Cette expression est un néologisme de mon cru qui provient du livre de Emmanuel Druon, « Écolonomie – Entreprendre sans détruire » (Actes Sud, 2016), un ouvrage qui démontre qu’il est plus économique de produire de façon écologique.

  • Chantal Grenier - Abonnée 26 novembre 2016 14 h 57

    Capitalisme et croissance

    Félicitations, Alexandre, pour cet excellent article. La réflexion est nourrie, équilibrée, nuancée : des qualités qui ne se trouvent pas toujours réunies chez un même cégépien ! J'apprécie votre façon d'envisager l'évolution du système capitaliste à travers le temps (ce qui explique bien des choses), de ne pas le diaboliser a priori mais d'en exposer, avec mesure, les aspects critiquables, et d'ouvrir la question de l'avenir en relation avec les aspirations humanistes dont se targue l'Occident.

    C'est une très belle synthèse, qui témoigne d'une rare maturité. Continuez à intervenir dans le débat social, il en a bien besoin. Je vous souhaite le plus grand succès. Votre génération promet beaucoup. J'ai hâte qu'elle prenne les commandes !

    • Jean Roy - Abonné 28 novembre 2016 16 h 55

      Je vais me montrer paresseux et simplement indiquer mon accord total avec votre appréciation de ce texte!

      Une petite surenchère: si je me fie à mes antiques études de sciences humaines, je dirais même que les qualités réunies dans ce texte ne se trouvent pas toujours réunies chez un même étudiant universitaire...

      Bravo monsieur Tari!

  • Marc Therrien - Abonné 26 novembre 2016 20 h 44

    Quitter la poursuite du bonheur à l'américaine

    Très bel exercice de pensée dans un monde où la plupart des gens la plupart du temps n'ont pas besoin de penser dans la "poursuite du bonheur" à l'américaine. Désirer-agir-jouir-s'ennuyer-désirer à nouveau-agir, etc. suffit à occuper pleinement le temps que l'on ne veut pas perdre dans une vie qui passe.

    "Comme le souligne André Comte-Sponville, le capitalisme « n’a pas besoin de sens pour fonctionner. Mais les individus, si. Mais les civilisations, si", malheureusement pour les idéalistes qui pensent un monde meilleur, il semble bien que pour la plupart des individus le sens soit dans le capitalisme lui-même avec ses infinies possibilités. La grande force du capitalisme a été jusqu'à maintenant de pouvoir anesthésier toute possibilité de révolte radicale subversisve en récupérant les symboles des mouvements de contestation pour en faire des produits de consommation culturels. Aussi, il semble qu'il ait pénétré les esprits au point que chaque individu qui trouve sa situation misérable, parce qu'il est libre, nourrit encore l'espoir de s'en sortir seul, avec un peu de chance et d'intelligence, compte tenu des multiples possibilités ou opportunités qu'offre le système. Enfin, pour la plupart des personnes engagées dans "la poursuite du bonheur" qui jouissent des plaisirs et du confort, se libérer de l'emprise du capitalisme pour reconstruire un sens équivaudrait à une véritable cure de désintoxication. On comprendra qu'ils ne veuillent pas le faire "à froid". Si le capitalisme est une prison, il semble tout de même qu'elle soit suffisamment grande pour que l'on n'en preçoive pas encore les barreaux.

    Marc Therrien