Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un procès d’au moins quatre mois à prévoir pour Nathalie Normandeau

    13 septembre 2017 | Marie-Michèle Sioui - à Québec | Justice
    Nathalie Normandeau
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Nathalie Normandeau

    Le procès de l’ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau et de ses cinq coaccusés durera au moins quatre mois, a estimé mardi la Couronne, qui s’est aussi dite prête à aller de l’avant avec les procédures.

     

    Devant les médias, le procureur de la poursuite, Claude Dussault, a révélé avoir en main une liste de 139 témoins, qui pourraient être appelés à la barre pendant le procès pour fraude, complot et corruption de fonctionnaires des six coaccusés, parmi lesquels figure aussi l’ex-organisateur libéral et ministre Marc-Yvan Côté.

     

    « Selon nous, la durée tourne autour de quatre mois, pour présenter notre preuve au moins », a déclaré Me Dussault, en ajoutant qu’il ne peut pas présumer du temps qui sera requis par la défense. La poursuite, a-t-il aussi confirmé, n’entend pas en appeler de la décision du juge Richard Grenier, qui a accédé la semaine dernière à la demande de la défense, qui souhaitait que les accusés soient jugés devant un juge seul, et non un jury.

     

    « Nous prenons acte de la décision. On aurait trouvé souhaitable qu’ils soient jugés par leurs pairs. Cependant, selon leur volonté, ils désirent aller à la Cour du Québec, alors nous serons prêts, nous sommes déjà prêts à aller devant la Cour », a dit Me Dussault.

     

    Les 139 témoins que la poursuite a sélectionnés ne seront pas nécessairement entendus à la barre. La preuve peut contenir des « admissions », si la poursuite et la défense s’entendent sur certains faits, qui n’auraient alors pas à être débattus en Cour.

     

    Nathalie Normandeau, Marc-Yvan Côté et leurs coaccusés Bruno Lortie, François Roussy, France Michaud, Mario Martel et Ernest Murray ont été arrêtés en mars 2016 et accusés de divers chefs de complot, corruption de fonctionnaires et abus de confiance. Ernest Murray, un ancien attaché politique de Pauline Marois, a plaidé coupable au mois d’août d’avoir conseillé à une personne de commettre un acte criminel, sans toutefois que ce geste soit commis. Il a obtenu une absolution conditionnelle et une probation de six mois. Il devrait vraisemblablement s’en tirer sans casier judiciaire.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.