Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Zambito vide son sac

    L’ex-entrepreneur lève le voile sur des pratiques soupçonnées depuis longtemps: collusion, fausse facturation, ristournes à la mafia

    28 septembre 2012 |Kathleen Lévesque | Justice
    <div>
	« Il y avait des règles du jeu bien établies et les entrepreneurs devaient les suivre s’ils voulaient travailler à Montréal », a déclaré jeudi Lino Zambito devant la commission Charbonneau.</div>
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir
    « Il y avait des règles du jeu bien établies et les entrepreneurs devaient les suivre s’ils voulaient travailler à Montréal », a déclaré jeudi Lino Zambito devant la commission Charbonneau.
    Dans les égouts de Montréal grouille une faune inhabituelle. Une poignée d’entrepreneurs se partage les contrats représentant des millions dollars, dont une part atterrit directement dans les mains de la mafia, a déclaré sous serment, jeudi devant la commission Charbonneau, l’ex-entrepreneur Lino Zambito.

    En une heure de témoignage, M. Zambito a levé le voile sur des pratiques soupçonnées depuis plusieurs années. « Ou tu t’adaptes ou tu ne travailles pas à Montréal », a affirmé M. Zambito, qui a admis avoir participé au cartel des égouts.


    L’entreprise Infrabec, qu’il a dirigée avec son père jusqu’à sa faillite l’année dernière, faisait partie de ce groupe sélect qui se distribuait à tour de rôle les contrats. M. Zambito, qui est par ailleurs accusé de fraude dans le dossier de la construction de l’usine d’épuration des eaux à Boisbriand, a identifié les autres membres du cartel : Construction F. Catania, Construction Garnier, Catcan, Construction Mirabeau, Construction Super, Construction TGA, Construction ATA et Bentech Construction.


    Pour obtenir sa part du gâteau, M. Zambito a reconnu avoir versé 2,5 % de la valeur de chacun des contrats obtenus à l’entrepreneur Nicolo Milioto, de Construction Mirabeau. Or, le chiffre d’affaires d’Infrabec avec la Ville de Montréal avoisinait les 10 millions par année, selon son témoignage. Cela signifierait qu’il remettait au moins 250 000 $ par année au clan Rizzuto.


    Quatre des firmes du groupe obtenaient la part du lion. Il s’agirait de Catania et Garnier, avec chacune 18 % des contrats, Catcan (16 %) et Infrabec (14 %), selon M. Zambito. En 2008, Le Devoir notait que les deux entreprises de la famille Catania avaient obtenu 180 millions en contrats depuis l’arrivée au pouvoir de Gérald Tremblay à la mairie de Montréal et l’installation de son bras droit, Frank Zampino, dans le siège de la présidence du comité exécutif. Il s’agissait alors d’une véritable explosion de contrats par rapport aux cinq années précédant le règne du tandem Tremblay-Zampino.


    Jeux de coulisses


    Selon le témoignage de Lino Zambito, le système de collusion fonctionnait de façon relativement simple. Celui qui avait été désigné pour obtenir le contrat montréalais, selon une règle d’alternance, avait la responsabilité de signifier aux autres soumissionnaires que c’est lui qui gagnerait la mise.


    « Il y avait des règles du jeu bien établies et les entrepreneurs devaient les suivre s’ils voulaient travailler à Montréal » qui était un « marché fermé hermétiquement », a témoigné M. Zambito.


    Une fois le contrat obtenu, M. Zambito a raconté qu’il rencontrait régulièrement Nicolo Milioto pour lui remettre l’argent comptant. Les sommes étant importantes, il a admis avoir fait appel à des entreprises « accommodantes » qui faisaient de la fausse facturation. Par exemple, l’entreprise lavalloise Gilles Transport (inculpée pour fraude fiscale) lui facturait la location de camions supplémentaires à ses besoins réels. M. Zambito payait en chèque et l’entreprise lui remettait la différence en argent comptant. Ainsi, pour obtenir 50 000 $ comptant, M. Zambito a relaté qu’il devait payer une commission de 10 %, soit 5000 $.


    Nicolo Milioto a été décrit mercredi devant la commission Charbonneau comme l’intermédiaire entre le monde de la construction et les têtes dirigeantes de la mafia montréalaise. De nombreuses vidéos captées par la GRC montrent d’ailleurs l’entrepreneur donner des liasses et des liasses d’argent comptant à Rocco Sollecito, qui les remet ensuite à Nicolo Rizzuto, le parrain présumé de la mafia sicilienne.


    Pour Lino Zambito, cet argent n’avait rien d’une police d’assurance. « C’était une business. Les entrepreneurs faisaient de l’argent et un montant était dû à la mafia », a-t-il indiqué, lui qui a admis connaître Nicolo Rizzuto et ses lieutenants et s’être rendu jusqu’à cinq fois à leur quartier général, le club social Consenza.


    Le père de Lino Zambito, Giuseppe, est originaire du même petit village italien que Nicolo Rizzuto et fréquentait le Consenza. « Pour nous [dans la communauté italienne] c’est bien important les liens, le respect », a affirmé l’entrepreneur déchu.


    D’ailleurs, une vidéo incriminante issue de l’enquête antimafia Colisée le montre fraternisant avec des membres connus de la mafia italienne le 24 décembre 2005, au Consenza.

     

    Un premier pas dans les égouts


    Lino Zambito a raconté avoir obtenu son premier contrat d’égout à Montréal en 2002 ou 2003 presque au prix coûtant. Il a expliqué qu’il était alors difficile de faire sa place sur le marché de Montréal, qui « était réservé à une clique ». Sur le chantier, un ingénieur de la Ville, Luc Leclerc, lui avait signifié que « les gens de la mafia » n’étaient pas heureux qu’il se soit faufilé.


    Joint à sa résidence jeudi soir, M. Leclerc, à la retraite depuis trois ans, a confirmé au Devoir avoir travaillé sur ce dossier. Il avait d’ailleurs écouté les déclarations de M. Zambito devant la commission Charbonneau. « Je n’ai pas souvenir de lui avoir dit ça. L’implication de la mafia, c’était des ouï-dire. Il y avait souvent des exagérations, vous savez », a-t-il affirmé. D’ailleurs, M. Leclerc estime normal que ce soit toujours les mêmes entreprises qui décrochent les contrats d’égouts compte tenu de leurs connaissances des spécificités du sous-sol montréalais et de leur expertise acquise au fil des ans. Selon lui, il n’y a aucun « facilitateur » au sein de la Ville de Montréal.


    Selon M. Zambito, le système de collusion qu’il a décrit ne se limiterait pas aux égouts. Dans le secteur de la réfection des trottoirs, un cartel semblable existe, a-t-il affirmé. De plus, les marchés publics de Laval, de la Rive-Sud et des Laurentides seraient sous le contrôle de regroupement d’entrepreneurs qui se concerteraient. « Je veux que ce soit compris. C’est pareil ailleurs », a ajouté M. Zambito.


    ***

    Mme Milioto précise

    La fille de Nicolo Milioto, Caterina, a été pointée jeudi par l’enquêteur de la commission Charbonneau Éric Vecchio, qui a rappelé qu’elle avait travaillé à la Ville de Montréal de 2006 à 2010 (elle est aujourd’hui ingénieure au Groupe SM) au cours de la période où son père agissait comme « middle man ». Mme Milioto a apporté des précisions sur son rôle de fonctionnaire. « On m’a confié la gestion de la circulation là où il y avait des chantiers de construction, un poste où je ne pouvais avoir aucune influence sur l’attribution des contrats de projets de construction », a-t-elle indiqué par voie de communiqué.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.