Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Tony Accurso arrêté

    Le plus grand coup de l'escouade Marteau

    17 avril 2012 15h09 |Brian Myles | Justice
    Tony Accurso à sa sortie des bureaux de la Sûreté du Québec (SQ).<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Tony Accurso à sa sortie des bureaux de la Sûreté du Québec (SQ).
    Entrepreneurs en construction, ingénieurs, élus, collecteurs de fonds: tous au banc des accusés. L’Escouade Marteau a frappé son plus grand coup ce matin en accusant de fraude, corruption et abus de confiance les entrepreneurs Tony Accurso et Normand Trudel, le maire de Mascouche, Richard Marcotte, et 14 autres présumés complices qui auraient comploté ensemble pour fausser l’octroi de contrats publics.

    Pour la première fois, les enquêteurs ont éventé un stratagème de financement illégal des partis politiques municipaux élaboré reposant sur le blanchiment d’argent dans les paradis fiscaux.

    L’Opération Gravier est le résultat d’une enquête initiée en octobre 2010 après que la Sûreté du Québec (SQ) eut reçu des informations de deux citoyens sur le favoritisme dans l’octroi des contrats municipaux à Mascouche, notamment pour la gestion des eaux. Les enquêteurs ont rencontré 120 témoins et ils ont mené huit perquisitions avant de procéder finalement aux arrestations dès 6h ce matin.

    «Pour nous, c’est un beau coup. Plusieurs l’attendaient», s’est réjoui Robert Lafrenière, le commissaire à la lutte contre la corruption.

    Quinze individus et deux compagnies (BPR Triax et Transport et Excavation Mascouche) font face à 47 accusations de fraude, fraude envers le gouvernement, abus de confiance par un fonctionnaire, actes de corruption dans les affaires municipales, influence d’un fonctionnaire municipal, complot et utilisation de documents contrefaits.

    C’est littéralement un écosystème de collusion et de corruption sur la couronne nord que l’Unité permanente anticorruption (UPAC) a déstabilisé. On retrouve au banc des accusés deux entrepreneurs (Tony Accurso et Normand Trudel), un élu (le maire Richard Marcotte), un fonctionnaire de la ville (l’ex directeur-général Luc Tremblay), six ingénieurs (Jean Leroux, André De Maisonneuve, Serge Duplessis, Pierre Lamarche, Pierre Raymond et Rosaire Fontaine), un dirigeant de firme d’urbanisme (Gaétan Biancamano), deux collecteurs de fonds (Louis-Georges Boudreault et Claude Duchesne) et un avocat (Jacques Audette).

    Selon M. Lafrenière, l’ampleur de l’opération démontre que «personne n’est à l’abri» dans la lutte à la corruption.

    Quatorze des accusés ont été relâchés sous promesse de comparaître après avoir été conduits au quartier général de la SQ, rue Parthenais à Montréal. Le maire Marcotte est présentement en vacances à Cuba, et il sera arrêté dès son retour.

    M. Marcotte, Tony Accurso et Normand Trudel seraient les têtes dirigeantes de ce réseau qui est demeuré en place de 2005 à ce jour. «Un système avait été mis en place il y a plusieurs années afin de favoriser certaines entreprises pour le partage de contrats municipaux lucratifs. Ce système visait aussi à offrir des avantages à un élu et à un fonctionnaire de la ville de Mascouche en échange de décisions favorables», a expliqué l’inspecteur Denis Morin, responsable de l’escouade Marteau.

    Le maire Marcotte et Luc Tremblay, directeur général de la ville de 1995 à 2011 auraient été les bénéficiaires des largesses des entrepreneurs et des ingénieurs.

    L’inspecteur Morin a confirmé l’existence d’un stratagème de financement illicite du parti du maire Marcotte qui reposait sur le blanchiment d’argent dans des paradis fiscaux. «Il y avait beaucoup de financement politique municipal dans le dossier», a-t-il dit.

    «Si les enquêtes prennent tant de temps, c’est parce qu’il faut retracer le chemin de cet argent qui dans certains cas transigent dans d’autres pays», a-t-il ajouté.

    Les liens entre le maire et Normand Trudel ont été mis à jour par l’équipe d’Enquête, à Radio-Canada, en novembre 2010. Transport et Excavation Mascouche, propriété de M. Trudel, a reçu des contrats municipaux d’une valeur de 40 millions de dollars entre 2000 et 2009. En échange, l’entrepreneur a effectué des travaux de plusieurs milliers de dollars sur la résidence du maire.

    M. Trudel, dont l’épouse Sylvie Chassé est aussi accusée, est un associé de Tony Accurso. Les deux hommes exploitent ensemble Écolosol, une entreprise de décontamination des sols.

    La frappe est encore plus importante que celle menée à Boisbriand, en février 2011.

    L’ex-mairesse Sylvie Saint-Jean, les entrepreneurs Lino et Guiseppe Zambito, des ingénieurs de Roche (France Michaud et Gaétan Morin) et de BPR (Rosaire Fontaine et Claude Brière) ont été accusés d’infractions similaires. La piste du financement illicite des partis n’avait pas été aussi bien suivie à Boisbriand qu’à Mascouche.

    Fait à souligner, l’ingénieur Rosaire Fontaine est accusé dans les deux dossiers, ce qui accrédite la thèse de l’existence d’un système sophistiqué de collusion et corruption dans l’octroi des contrats municipaux au sein duquel les firmes de génie conseil jouent un rôle de premier plan.

    Le commissaire Lafrenière a insisté sur l’importance «du temps et de la rigueur» pour ficeler des dossiers qui résisteront à l’épreuve d’un procès au criminel, ce pourquoi l’UPAC a connu de lents débuts.  L’Unité prépare d’autres frappes. «On a d’autres enquêtes qui touchent d’autres municipalités», a dit l’inspecteur Morin sans plus de précisions.

    Tony Accurso à sa sortie des bureaux de la Sûreté du Québec (SQ).<br />
«Pour nous, c’est un beau coup. Plusieurs l’attendaient», s’est réjoui Robert Lafrenière, le commissaire à la lutte contre la corruption. Depuis 6h, les policiers procèdent à une série de perquisitions  dans les villes de Mascouche, Laval et Terrebonne ainsi qu'à des arrestations. Tony Accurso a été arrêté ce matin à sa résidence de Deux-Montagnes dans le cadre d'une vaste opération policière.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel