Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Des policiers impliqués dans une fusillade à Montréal: un mort et un blessé grave

    7 juin 2011 12h12 |Brian Myles | Justice
    Le drame s'est joué à l'angle des rues Christin et Saint-Denis, peu après 6h30. Un homme est mort d'une balle dans la tête et un cycliste a été blessé par un tir mal cadré.
    Photo: Jacques Nadeau – Le Devoir Le drame s'est joué à l'angle des rues Christin et Saint-Denis, peu après 6h30. Un homme est mort d'une balle dans la tête et un cycliste a été blessé par un tir mal cadré.
    Quatre patrouilleurs du Service de police de Montréal (SPVM) ont été impliqués ce matin dans une fusillade qui a fait un mort et un blessé grave atteint par une balle perdue.

    Le drame s'est joué à l'angle des rues Christin et Saint-Denis, peu après 6h30. Un homme, prénommé Mario, est mort d'une balle dans la tête. Aux dires d'un témoin qui s'est confié à Claude Poirier, sur les ondes de LCN, cet homme d'une quarantaine d'années était armé d'un couteau et il s'apprêtait à charger les patrouilleurs.

    Deux ou trois coups de feu auraient été tirés. Selon des informations non confirmées par la police, un cycliste a été blessé par un tir mal cadré.

    Des témoins confirment que la victime n'avait pas toute sa tête depuis environ trois semaines. «Il était plutôt dément, il voulait tuer tout le monde. Il voulait tuer sa mère. Il disait qu'elle l'avait vendu pour de la viande à chien», a dit un certain Patrick, un des amis de la victime.

    «Je l'ai vu hier. Il avait l'air perdu dans l'espace et il parlait tout seul. Il ne m'a même pas reconnu», a renchéri Kelly. Ces voisins soupçonnent que Mario éprouvait de sérieux problèmes de santé mentale non traités. «J'ai su qu'il devait prendre des médicaments et qu'il ne les prenait pas, dit Patrick. Il a pété les plombs, et les policiers ont paniqué.»

    Selon la version de plusieurs voisins, le forcéné a disjoncté après qu'un ami eut refusé de lui prêter son camion pour qu'il puisse rendre visite à ses enfants, à Mont-Orford. Armé d'un couteau avec une lame d'une douzaine de pouces  — de «style Rambo», selon un témoin qui préfère garder l'anonymat —, Mario a crevé les pneus du camion de son ami. Il s'est ensuite dirigé sur la rue Sainte-Catherine, où il a éventré tous les sacs à ordures entre les rues Hôtel-de-Ville et Sanguinet.

    Selon le témoin interrogé sur les ondes de LCN, les patrouilleurs auraient tenté de raisonner l'homme, en l'appelant par son prénom, pour qu'il lâche son couteau.

    Après la fusillade, certains policiers impliqués ont été conduit à l'hôpital pour un choc nerveux.  

    L'enquête a été confiée à la Sûreté du Québec en vertu de la politique ministérielle régissant les interventions policières avec mort d'hommes ou blessés graves.

    Deux importants périmètres de sécurité ont été érigés sur la rue Sainte-Catherine et sur la rue Saint-Denis.














    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.