Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Congrès missionnaire de l’Amérique

    En route vers le Congrès 2018

    15 avril 2017 | Émilie Corriveau - Collaboration spéciale | Éthique et religion
    Les premiers à avoir accueilli la Croix de l’Évangélisation au Canada sont les paroissiens de Notre-Dame-de-Guadalupe (Mission latino-américaine), dans l’archidiocèse de Montréal, en septembre 2016.
    Photo: OPM Canada José I. Sierra Les premiers à avoir accueilli la Croix de l’Évangélisation au Canada sont les paroissiens de Notre-Dame-de-Guadalupe (Mission latino-américaine), dans l’archidiocèse de Montréal, en septembre 2016.
    Ce texte fait partie d’un cahier spécial.

    Du 10 au 14 juillet 2018, la ville de Santa Cruz de la Sierra, qui est située au sud-est de la Bolivie, accueillera la cinquième édition du Congrès missionnaire de l’Amérique (CAM). De très grande envergure, celui-ci réunira près de 10 000 croyants. Pour discuter de cet événement majeur, Le Devoir s’est entretenu avec M. José Sierra, chargé des communications pour les Œuvres pontificales missionnaires (OPM) du Canada et rédacteur en chef de la revue Univers.


    Tenu environ tous les quatre ans, le CAM est un congrès organisé par les OPM d’Amérique. Son objectif est triple : réunir des croyants — qu’ils soient laïques ou religieux — engagés dans la Mission, discuter des enjeux et des défis relatifs à cette dernière et mettre en lumière les valeurs missionnaires.

     

    « C’est d’abord un rassemblement pour toutes les personnes qui souhaitent célébrer la mission, indique M. Sierra. Mais c’est aussi un lieu de formation, parce qu’on y tient des conférences, des forums et des ateliers. C’est un peu comme les Journées mondiales de la jeunesse, sauf que le contexte est missionnaire. Il y a des gens de tous âges qui y participent. En Amérique du Sud, les jeunes sont sensibilisés très tôt à la mission, donc il y en a beaucoup qui prennent part au Congrès. »

     

    À chaque édition du CAM, un thème et un slogan sont choisis par les directeurs nationaux des OPM d’Amérique en collaboration avec l’épiscopat du pays où est tenu l’événement. Pour ce cinquième congrès, ils ont opté pour un thème inspiré de l’exhortation apostolique du pape François Evangelii Gaudium, soit La joie de l’Évangile : coeur de la mission prophétique, source de réconciliation et de communion. Dans le même esprit, ils ont adopté le slogan Amérique en mission, l’Évangile est joie !

     

    Un symbole a aussi été défini pour représenter l’édition 2018 du CAM : la Croix de l’Évangélisation. Contenant les reliques de la bienheureuse Nazaria Ignacia March Mesa, laquelle fut la première personne à fonder une communauté missionnaire en Bolivie, cette dernière est faite de bois et n’est pas surmontée d’un corpus. Elle reproduit la croix originelle que les Jésuites ont plantée au XVIIe siècle à San Javier, un petit village situé dans la région de Chiquitos, dans le département de Santa Cruz.

     

    Une quarantaine de répliques ont été confectionnées par des artisans locaux afin de permettre aux 18 diocèses boliviens et aux 22 pays d’Amérique qui participeront au prochain CAM d’en obtenir une. Ces dernières ont toutes été bénies par le pape François le 9 juillet 2015 lors de son passage en Bolivie. Le tout a eu lieu devant plus d’un million de personnes lors d’une messe présidée par le Saint-Père.

     

    « C’est ce qui a marqué officiellement le début du parcours vers le CAM », résume M. Sierra.

     

    En voyage au Canada

     

    Depuis, les 40 Croix de l’Évangélisation ont parcouru beaucoup de chemin ; elles sont toutes parties en pèlerinage dans les diocèses des différents pays d’Amérique.

     

    Celle qui était destinée au Canada a été officiellement accueillie au pays le 27 octobre 2015 lors du Conseil national des OPM au Canada francophone. Elle a ensuite passé quelques mois au bureau montréalais de l’organisation. Puis, en septembre 2016, elle a entamé sa tournée des diocèses francophones canadiens. C’est la Mission catholique latino-américaine (Notre-Dame-de-Guadaloupe) de l’archidiocèse de Montréal qui a eu la joie d’amorcer ce grand pèlerinage.

     

    « Les gens de la communauté latino-américaine étaient vraiment très émus d’être les premiers à accueillir cette croix bénie par le pape », souligne M. Sierra.

     

    La croix a ensuite poursuivi sa tournée dans l’archidiocèse de Montréal, faisant son passage dans divers milieux, notamment à l’oratoire Saint-Joseph, où elle a été exposée pendant trois jours.

     

    Puis, elle a entamé sa route vers d’autres diocèses québécois. Elle s’est arrêtée à Saint-Jean-Longueuil, Saint-Hyacinthe, Sherbrooke, Nicolet, Québec et Sainte-Anne-de-la-Pocatière.

     

    « Partout où la croix est passée, les gens se sont montrés très émus, commente M. Sierra. Les réactions étaient variées. Certaines personnes n’ont fait que s’approcher de la croix, d’autres sont allées la baiser ou la toucher du bout des doigts. Certains se sont inclinés, ont pleuré, prié. Il y en a aussi beaucoup qui ont utilisé leur téléphone pour prendre un selfie avec elle ! Ils étaient fiers que cette croix bénie par le pape se retrouve chez eux. »

     

    Loin d’être terminé, le pèlerinage canadien de la Croix de l’Évangélisation prendra fin en septembre 2019, soit plus d’un an après la tenue du CAM en Bolivie. Au cours de l’été 2017, elle s’arrêtera notamment dans les Maritimes, puis elle reprendra son parcours en sol québécois. Elle y restera plusieurs mois avant de prendre la route de l’Ontario.

     

    Un parcours documenté

     

    Désirant documenter le parcours de la Croix de l’Évangélisation en sol canadien ainsi que les préparatifs du CAM, les OPM du Canada se sont associées à l’équipe de Télévision Sel + Lumière pour concocter un documentaire sur le sujet. Ce dernier illustrera tout ce qui a précédé la tenue du Congrès, ainsi que l’événement lui-même. On pourra non seulement y suivre les membres de la délégation canadienne qui prendront part au CAM, mais également de nombreux protagonistes ayant participé de près ou de loin à la préparation de ce dernier.

     

    « Depuis la bénédiction des croix par le pape, nous avons recueilli de nombreux témoignages, relate M. Sierra. Par exemple, en Bolivie, on a obtenu le témoignage du maître ébéniste qui travaillait dans l’atelier où on a construit les croix. Il était très ému ; il avait presque les larmes aux yeux. Il était aussi très fier d’avoir travaillé sur ces croix qui iraient jusqu’au Canada ! À Québec, nous avons discuté avec une femme qui était chargée de transporter la croix dans sa voiture. Ce qu’elle avait à dire était vraiment touchant. »

     

    La diffusion du documentaire est prévue pour octobre 2018, soit le mois de la Mission.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.