Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Agressions sexuelles par des membres du clergé

    Les victimes exigent la démission de Mgr Ouellet

    17 février 2010 |Brian Myles | Éthique et religion
    Selon l’Association des victimes de prêtres, Mgr Ouellet est l’ultime responsable du silence et de l’indifférence de l’Église catholique à l’égard des victimes d’agressions sexuelles en son sein.
    Photo: Agence France-Presse (photo) Philippe Desmazes Selon l’Association des victimes de prêtres, Mgr Ouellet est l’ultime responsable du silence et de l’indifférence de l’Église catholique à l’égard des victimes d’agressions sexuelles en son sein.
    Selon France Bédard, présidente de l'Association des victimes de prêtres, Mgr Ouellet est l'ultime responsable du silence et de l'indifférence de l'Église catholique à l'égard des victimes d'agressions sexuelles en son sein, puisqu'il est le primat de l'Église — «son grand patron» — au Canada.

    Elle sera accompagnée de plusieurs victimes, parmi lesquelles des anciens étudiants du collège Notre-Dame. Depuis que le quotidien The Gazette a publié une enquête au sujet des frères de Sainte-Croix, fin 2008, les révélations s'accumulent au sujet des sévices subis par les pensionnaires du collège privé.

    René Cornellier père cherche à obtenir l'autorisation des tribunaux pour intenter un recours collectif au nom des anciens étudiants du collège Notre-Dame victimes de sévices sexuels aux mains des frères et du personnel, entre 1972 et 2001. Il a intenté ce recours au nom de son fils, René fils, qui a gardé le secret des agressions jusqu'à sa mort en 1994.

    C'est en lisant le dossier de la Gazette que la famille Cornellier a appris l'étendue du désarroi de René fils. Un an avant sa mort, il a écrit trois lettres aux autorités de la congrégation de Sainte-Croix et du collège Notre-Dame pour dénoncer les sévices qu'ils avaient subis, ses amis et lui, et pour demander que des mesures soient prises contre les quatre responsables. Ses appels n'ont pas été entendus. Son frère, Robert Cornellier, porte-parole de la famille, demande aussi la démission de Mgr Ouellet.

    Pierre (nom fictif) a fréquenté le collège Notre-Dame au milieu des années 1970. L'histoire de feu René Cornellier ne l'étonne guère. Un frère de Sainte-Croix a aussi tenté de l'agresser sexuellement. Il s'est tellement débattu qu'il a réussi à lui échapper. Il en a été quitte pour une frousse et des attouchements sexuels. «J'ai enfoui ça en dedans de moi jusqu'à aujourd'hui», dit l'homme, qui évolue dans le domaine des médias.

    Pierre a choisi de parler parce que c'est la seule façon de forcer l'Église à répondre de ses actes. «Il faut la mettre au pied du mur pour qu'elle réagisse. Il faut la poursuivre pour obtenir justice. [...] Il faut la forcer à reconnaître le problème et à se débarrasser de ses pédophiles», dit-il.

    Une preuve accablante

    Violée par le vicaire Armand Therrien à l'âge de 17 ans, en 1965, la présidente de l'Association des victimes de prêtres, France Bédard, a porté plainte au criminel 40 ans après les faits. Elle détenait une preuve accablante: un test d'ADN attestait que Therrien était le père de l'enfant né de ce viol.

    Therrien est mort le 2 février 2008, avant de subir son procès. France Bédard a intenté une poursuite de 325 000 $ contre l'archevêché de Québec (les agressions se sont déroulées à Saint-Marc-des-Carrières). «Je vais aller jusqu'au bout. Je veux un verdict», dit-elle, déterminée à briser la loi du silence qui règne au sein de l'Église catholique.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.