Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Éthique et culture religieuse - La pédagogie de l'accommodement

    17 décembre 2009 |Joëlle Quérin - Doctorante en sociologie et chercheuse associée à l'Institut de recherche sur le Québec | Éthique et religion
    Éthique et culture religieuse
    Photo: Agence France-Presse (photo) Éthique et culture religieuse
    Les défenseurs du cours Éthique et culture religieuse (ECR), dont plusieurs figurent parmi ses concepteurs, n'ont pas tardé à réagir à la parution de mon étude Le cours Éthique et culture religieuse: transmission de con-naissances ou endoctrinement? Comme je l'ai déjà indiqué, je ne répondrai pas aux nombreuses attaques ad hominem, mais je me permets néanmoins de souligner que ceux qui ont recours à ce genre d'attaques se présentent paradoxalement comme des apôtres du dialogue.

    Allons-y d'abord sur les questions de méthode. Certains universitaires qui ont participé à l'élaboration du programme ont remis en question la qualité de la recherche, affirmant qu'il s'agissait d'un texte militant. Aucun d'entre eux n'a toutefois pu trouver une seule erreur de méthode qui justifierait cette critique, la plupart se contentant d'en mettre en doute la provenance, en croyant faire là l'économie d'une discussion serrée des arguments que j'ai avancés.

    Pas du multiculturalisme?

    Je résume ma thèse en quelques mots: j'ai démontré dans mon étude en quoi le cours ECR travaillait à la promotion du multiculturalisme. On m'a reproché d'avoir confondu le multiculturalisme, l'interculturalisme et le pluralisme. J'explique pourtant dans mon étude que tous ces termes renvoient à une seule et même philosophie, selon laquelle le Québec n'est qu'une somme de communautés unies par la seule Charte des droits et libertés.

    Gérard Bouchard a d'ailleurs reconnu que si l'on appréhende le multiculturalisme comme une «formule générale d'agencement de la diversité ethnique», celui-ci «se confond pratiquement avec plusieurs éléments fondamentaux de l'interculturalisme québécois». À la suite de la parution du rapport Bouchard-Taylor, Daniel Weinstock a lui aussi admis que l'interculturalisme prôné dans le rapport était pratiquement identique au multiculturalisme canadien.

    Cette analyse est partagée par l'un des principaux théoriciens du multiculturalisme canadien, Will Kymlicka, selon lequel «dans son essence et dans les limites qui la circonscrivent, la politique québécoise est pratiquement identique à celle du fédéral». Et puisqu'il est question de l'école, soulignons que pour Fasal Kanouté, spécialiste de l'éducation interculturelle, «en recherche, la distinction entre multiculturalisme et interculturalisme est dépassée».

    Multiculturalisme à la Trudeau

    Dans son livre sur le cours ECR, Georges Leroux affirme que le cours doit permettre d'inculquer aux enfants le pluralisme, qu'il oppose au multiculturalisme. Or, ce qu'il appelle «multiculturalisme», un modèle de gestion de la diversité favorisant la création d'institutions séparées pour chaque groupe ethnique ou religieux, n'a jamais existé au Canada. C'est en fait le modèle hollandais.

    Le multiculturalisme de Trudeau encourage quant à lui non pas la création d'institutions séparées, mais l'adaptation des institutions communes aux demandes des minorités, notamment par les accommodements religieux. Le pluralisme prôné par Leroux, qui se trouve au fondement du cours ECR, s'oppose donc à une forme de communautarisme qui n'a jamais été pratiquée au Canada, mais qui correspond en tous points au multiculturalisme de Trudeau.

    Les défenseurs du cours ECR utilisent des termes comme «pluralisme» et «interculturalisme» pour se dissocier de la politique fédérale du multiculturalisme qu'ils savent impopulaire au Québec, mais peuvent-ils repérer un seul article de cette politique avec lequel ils sont en désaccord?

    Où sont les connaissances?

    Revenons maintenant au vrai débat: ce cours vise-t-il à transmettre des connaissances aux élèves, ou à leur dire comment agir en présence de diversité ethnique et religieuse? À cet effet, le programme est très clair: la pratique du dialogue, qui est la compétence centrale du programme, doit mener à «l'adoption d'attitudes et de comportements» de la part des élèves.

    Cette compétence est particulièrement importante parce qu'elle doit obligatoirement être mobilisée dans l'ensemble des «situations d'apprentissage et d'évaluation». Ainsi, un professeur qui respecte le programme ne peut pas fournir d'informations factuelles sur les doctrines morales ou les religions sans lier cet enseignement à la promotion de certaines «attitudes» et de certains «comportements».

    Et puisque l'approche par compétences, pierre angulaire de la réforme scolaire, implique que non seulement l'enseignement, mais aussi l'évaluation soit effectuée en fonction des compétences, l'évaluation de la pratique du dialogue consistera à déterminer dans quelle mesure les enfants se conforment aux «attitudes» et aux «comportements» qui sont attendus de leur part.

    Les deux autres compétences, qui correspondent respectivement aux volets «éthique» et «culture religieuse» du cours, sont elles aussi idéologiques.

    La grammaire du religieux

    Selon Pierre Lucier, l'un des concepteurs du cours, la compétence en éthique ne vise pas à offrir aux élèves un «parcours de type encyclopédique des doctrines et des systèmes philosophiques en matière de moralité». Quant à la compétence en culture religieuse, elle ne doit surtout pas prendre la forme d'un «enseignement de type encyclopédique sur le contenu ou l'histoire des doctrines et des traditions religieuses» puisque la transmission de telles connaissances ne permettrait pas d'atteindre les «objectifs sociaux» du cours.

    Cette lecture est partagée par plusieurs autres défenseurs du cours. Selon Nancy Bouchard, la compétence en culture religieuse doit servir à fournir aux enfants une «grammaire» pour aborder le phénomène religieux, plutôt qu'un «répertoire de croyances et de coutumes religieuses». Même Denis Watters, qui déclarait en entrevue la semaine dernière que le cours portait sur l'histoire des religions, affirme pourtant dans son petit guide ECR-101 que «dans le cours, la culture religieuse n'est pas: 1) un accompagnement spirituel 2) un cours d'histoire des religions ou des doctrines religieuses».

    Pédagogie de l'accommodement

    C'est toutefois Georges Leroux qui est encore une fois le plus explicite, lorsqu'il affirme que «dans l'univers très riche des programmes formulés selon des compétences, nous ne travaillons pas à partir de contenus prédéterminés: les jeunes ne recevront pas dans ce programme des connaissances encyclopédiques sur telle ou telle religion, ou [sur telle ou telle] doctrine morale». Le cours ECR est donc tellement «riche»... qu'il n'a pas de contenu! Il a plutôt des «finalités sociales», c'est-à-dire des objectifs de transformation sociale.

    Leroux précise d'ailleurs quels sont ces objectifs: «On doit surtout faire l'effort de concevoir une éducation où les droits qui légitiment la décision de la Cour suprême [sur le port du kirpan à l'école], tout autant que la culture religieuse qui en exprime la requête, sont compris de tous et font partie de leur conception de la vie en commun. Car ces droits sont la base de notre démocratie, et l'enjeu actuel est d'en faire le fondement d'une éthique sociale fondée sur la reconnaissance et la mutualité. C'est à cette tâche qu'est appelé le nouveau programme d'éthique et de culture religieuse dans l'école publique du Québec.»

    La «tâche» du cours ECR est donc d'expliquer aux enfants pourquoi la Cour Suprême a raison d'autoriser les enfants sikhs à porter un couteau à l'école. Et le terme «endoctrinement» serait excessif? Je n'en connais pourtant pas d'autre pour décrire l'imposition d'une doctrine.

    J'en reviens donc à la conclusion de mon étude: les défenseurs de ce cours n'ont jamais hésité à expliquer qu'il visait à transformer l'identité québécoise pour la reprogrammer dans un «pluralisme normatif» qui n'est qu'un nom de code pour faire la promotion du multiculturalisme. On peut s'en réjouir ou s'en désoler, selon les préférences de chacun. Mais il faut reconnaître que le cours ECR se présente comme une pédagogie systématique de l'accommodement.

    ***

    Joëlle Quérin - Doctorante en sociologie et chercheuse associée à l'Institut de recherche sur le Québec












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.