Le caribou de la Gaspésie pourrait disparaître d’ici quelques années

Ces cervidés sont particulièrement affectés par la prédation des coyotes et de l’ours noir, selon ce qui se dégage des travaux menés notamment par le spécialiste Martin-Hugues St-Laurent et son équipe.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Ces cervidés sont particulièrement affectés par la prédation des coyotes et de l’ours noir, selon ce qui se dégage des travaux menés notamment par le spécialiste Martin-Hugues St-Laurent et son équipe.

Si rien n’est fait pour stopper le déclin des caribous de la Gaspésie, le cheptel de cette espèce emblématique pourrait avoir complètement disparu d’ici quelques années. Le plus récent inventaire fait d’ailleurs état d’un recul de près de 60 % de la population depuis 10 ans.

Spécialiste de l’espèce, le biologiste Martin-Hugues St-Laurent est catégorique : « Nous sommes dans une situation qui est intenable. On ne peut pas maintenir le statu quo, ce qui reviendrait à admettre que nous allons perdre cette population d’ici 15 à 25 ans », explique-t-il, en entrevue au Devoir.

Le plus récent inventaire aérien du caribou de la Gaspésie, réalisé à l’automne 2017 par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), démontre en effet que la situation de la dernière population de caribou des bois située au sud du Saint-Laurent est extrêmement précaire.

Les données, qui viennent d’être publiées, indiquent ainsi que le cheptel se limite aujourd’hui à 75 individus au coeur de la péninsule gaspésienne, essentiellement dans les limites du parc national de la Gaspésie. Et même si les différents inventaires démontrent que la population évolue en dents de scie depuis plus de 30 ans, la tendance au déclin est indéniable, selon M. St-Laurent, un scientifique qui connaît bien cette population. « La population s’érode sans cesse depuis plusieurs années », résume-t-il.

Prédation destructrice

À titre de comparaison, le MFFP estimait le cheptel à environ 189 caribous en 2007, un chiffre qui ne cesse de diminuer depuis 10 ans. Sur une décennie, le recul avoisine donc les 60 %, si on compare l’inventaire de 2017 à celui de 2007.

Ces cervidés, classés « en voie de disparition » en vertu de la Loi sur les espèces en péril, sont particulièrement affectés par la prédation des coyotes et de l’ours noir, selon ce qui se dégage des travaux menés notamment par Martin-Hugues St-Laurent et son équipe.

« L’aménagement forestier a drastiquement rajeuni les forêts autour du parc national de la Gaspésie au cours des dernières décennies. Tout cela a pour effet de créer des habitats favorables aux prédateurs, comme le coyote et l’ours noir », explique le biologiste.

Les jeunes caribous seraient les principales victimes de cette prédation facilitée par l’activité humaine. Une situation d’autant plus problématique que les faons sont déjà présents en nombre insuffisant pour assurer le maintien de la population. Selon les plus récentes données du MFFP, la proportion de faons dans la population est estimée à 14 %, alors qu’« en 2006, la proportion minimale de faons ciblée pour maintenir la population de la Gaspésie était établie à 17 % ».

Le rapport de l’inventaire 2017 du gouvernement du Québec conclut donc que « des efforts supplémentaires de contrôle de prédateurs devraient être entrepris pour tenter d’accroître et de stabiliser le taux de survie des faons et maintenir les nouveaux individus au sein de la population ».

« Parallèlement au contrôle de prédateurs, des actions concrètes visant à réduire l’attrait des habitats soutenant les populations de prédateurs doivent être mises en oeuvre », ajoutent les auteurs du rapport.

Pour M. St-Laurent, il est impératif de bonifier les mesures de contrôle des prédateurs, mais aussi de réduire l’activité forestière autour du parc national de la Gaspésie.

Dérangement humain

Il estime également nécessaire de tenir compte des impacts du « dérangement » dont sont victimes les caribous, notamment en raison de la forte présence de randonneurs, mais aussi de skieurs.

Ces activités auraient pour effet de forcer les animaux à se déplacer davantage, ce qui exige une plus grande dépense d’énergie. Certains cervidés auraient aussi tendance à quitter les plus hautes altitudes, ce qui les exposerait davantage à la prédation.

« On connaît très bien la situation du caribou de la Gaspésie. On sait ce qu’il faut faire pour éviter son extinction », conclut le chercheur. Qui plus est, une « analyse de viabilité » de l’espèce faite l’an dernier souligne que cet animal est « une bonne espèce parapluie ». Dans ce contexte, « sa conservation est encore plus importante puisqu’elle pourrait aider à conserver une panoplie d’autres espèces animales et végétales associée aux mêmes types d’habitats ».

Le problème, c’est que la protection de cette espèce soulève aussi des critiques de la part de certains élus de la Gaspésie, qui dénoncent de possibles impacts économiques liés aux mesures prises.

Les constats du MFFP surviennent par ailleurs dans le contexte où le prochain plan de rétablissement de l’espèce doit être déposé au gouvernement du Québec au cours des prochaines semaines.