COP23: les émissions de CO2 en hausse après 3 ans de stabilité

Après trois années stables, les émissions liées à l’industrie et à la combustion d’énergies fossiles devraient croître de 2 % cette année par rapport à 2016. 
Photo: Pius Utomi Ekpei Agence France-Presse Après trois années stables, les émissions liées à l’industrie et à la combustion d’énergies fossiles devraient croître de 2 % cette année par rapport à 2016. 

Les émissions mondiales de CO2 sont reparties à la hausse en 2017, une très mauvaise nouvelle, alors que la communauté internationale entame lundi la seconde semaine de négociations climatiques à Bonn pour avancer dans la mise en oeuvre de l’accord de Paris.

 

Après trois années stables, les émissions liées à l’industrie et à la combustion d’énergies fossiles devraient croître de 2 % (entre 0,8 et 2,9 %) cette année par rapport à 2016 et atteindre un niveau record, soulignent les 80 chercheurs du Global Carbon Project.

 

Leur étude vient confirmer les sombres conclusions du dernier rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), qui relevait que le monde ne faisait pas assez pour tenir les objectifs de l’accord de Paris visant à garder le réchauffement planétaire sous 2 °C, voire 1,5 °C.

 

Pour y arriver, « il faudrait que les émissions atteignent leur “pic” ces prochaines années puis diminuent rapidement », rappelle une des auteurs, Corinne Le Quéré, de l’université britannique d’East Anglia, pour qui ces résultats sont « une grande déception ».

 

À l’origine du boom des émissions, la Chine, qui a vu sa production industrielle bondir. Mais pas seulement. Les États-Unis (où la consommation du charbon a crû pour la première fois en cinq ans face à la cherté du gaz) et l’UE font moins bien que les années précédentes.

 

Il faut expliquer comment on change les choses – notre système électrique, les transports en ville, etc. Il y a beaucoup d’initiatives locales, mais les dirigeants, on ne les entend pas.

 

« Cette nouvelle est un recul pour le genre humain », a réagi Amy Luers, directrice de Future Earth, plateforme de recherche soutenant le Global Carbon Project. « Nous devons renverser cette tendance. Ce qui signifie en priorité fournir un accès à une énergie propre aux centaines de millions de personnes encore privées d’électricité », ajoute-t-elle.

 

Sites naturels menacés

 

Illustration d’impacts croissants, le dérèglement menace presque deux fois plus de sites naturels du Patrimoine de l’UNESCO qu’il y a trois ans, soit un quart d’entre eux (récifs coralliens, glaciers, forêts…), a alerté lundi l’Union internationale pour la conservation de la nature.

 

À Bonn, les délégués de chaque pays négocient les règles d’application de l’accord de Paris (notamment sur la transparence des actions nationales), qui ne seront pas finalisées avant fin 2018 et la COP24. Ils doivent aussi lancer un « dialogue » d’un an pour préparer la révision des engagements climatiques nationaux, présentés par chaque pays avant la COP21.

 

« Côté négociations, il y a du progrès », a estimé la responsable climat de l’ONU Patricia Espinosa, à mi-parcours d’une COP23 entamée le 6 novembre. « Côté action, on voit des signaux positifs, mais nous sommes aussi conscients qu’il y a un fossé à combler. Nous devons agir vite ».

 

Discours politiques

 

Mercredi et jeudi la COP sera plus politique. S’exprimeront notamment l’Allemande Angela Merkel, le Français Emmanuel Macron, les président gabonais Ali Bongo, guinéen et de l’Union africaine Alpha Condé, tchadien Idriss Deby, sénégalais Macky Sall, des Premiers ministres, nombre de ministres de l’Environnement et le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. Qu’en attendre ?

 

L’« effrayant » bilan des émissions 2017 « montre qu’il faut plus que des discours chaleureux », dit Mohamed Adow, dont l’ONG Christian Aid défend les pays vulnérables. « Le charbon doit être abandonné, les [énergies] renouvelables accélérées ».

 

« Dire qu’on reste dans l’accord de Paris, cela ne suffit pas », insiste Teresa Ribera, de l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI). « Il faut expliquer comment on change les choses – notre système électrique, les transports en ville, etc. Il y a beaucoup d’initiatives locales, mais les dirigeants, on ne les entend pas. »

 

Le cas des États-Unis

 

Des gouverneurs d’États américains sont venus présenter à Bonn leur politique volontariste. Mais selon un rapport publié samedi, cela ne compensera pas entièrement le désengagement fédéral décidé par Donald Trump.

 

Avant l’arrivée de l’ambassadeur Thomas Shannon, des responsables de l’administration Trump tiendront lundi soir à Bonn, en marge des négociations, une conférence pour faire valoir le rôle des énergies fossiles et du nucléaire. George David Banks, conseiller énergie de président, sera présent.

 

« Nous voulons nous assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons pour soutenir le déploiement de centrales à charbon “propres” » a expliqué un responsable de la Maison-Blanche lors d’un briefing téléphonique.

 

Interrogé sur cette initiative, Frank Bainimarama, premier ministre de Fidji, président de la COP23, l’a accueillie fraîchement. « Je ne veux pas me lancer dans un débat avec les États-Unis. Mais nous connaissons tous les effets du charbon, de son extraction et bien sûr de sa combustion, sur le climat. »

  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 13 novembre 2017 08 h 48

    « Trop tard, la fin d'un monde et le début d'un nouveau »

    « Trop tard, la fin d'un monde et le début d'un nouveau » de Harvey Mead sort cette semaine en librairie (éditions Écosociété). J'ai eu la chance d'en lire une première version et je vous en conseille fortement la lecture si vous désirez vous doter d'une vision globale des causes de la crise que se profile à l'horizon.

    Harvey Mead est un acteur et un leader des milieux de l’environnement et du développement depuis près de 50 ans au Québec, au Canada et à l’échelle internationale. Il a servi comme premier sous-ministre adjoint au Développement durable du Québec en 1990-1991 et comme premier Commissaire au développement durable du Québec (2007-2008).

    voir http://ecosociete.org/livres/trop-tard