Pétrolia se concentrera sur la Gaspésie

Les forages du projet Haldimand de Pétrolia sont situés à environ 350 mètres d’un secteur résidentiel de Gaspé.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Les forages du projet Haldimand de Pétrolia sont situés à environ 350 mètres d’un secteur résidentiel de Gaspé.

Malgré l’échec de l’aventure pétrolière sur l’île d’Anticosti, Pétrolia mise toujours sur le développement de deux projets situés en Gaspésie. La partie est toutefois loin d’être gagnée, puisque l’un d’eux fait face à l’opposition de la Ville de Gaspé. Des écologistes craignent pour leur part que la pétrolière utilise les millions de dollars obtenus avec la fin du contrat d’Hydrocarbures Anticosti pour développer d’autres forages controversés.

 

Selon ce qu’a précisé au Devoir le directeur des affaires publiques de Pétrolia, Jean-François Belleau, « le projet Bourque fait partie des priorités de l’entreprise pour 2017 ». Ce site d’exploration, situé à l’est de Murdochville, pourrait renfermer un important potentiel en gaz naturel, mais aussi possiblement en pétrole.

 

Premier actionnaire de l’entreprise, le gouvernement du Québec a d’ailleurs investi plus de 12 millions de dollars dans le projet Bourque. Des forages exploratoires ont déjà été réalisés, dont deux forages horizontaux achevés en 2016. Pétrolia, qui dit avoir installé des « instruments de mesure » dans les puits « afin de poursuivre la collecte de données », doit retourner sur le site au printemps. On décidera par la suite des « prochaines étapes de travaux », a expliqué M. Belleau.

 

Pour le moment, donc, le potentiel d’exploitation commerciale d’énergies fossiles reste à préciser. Une situation qui a forcé son partenaire, Tugliq, à retirer temporairement, plus tôt cette année, sa demande pour un permis d’exportation de gaz naturel, déposée à l’Office national de l’énergie. Si le projet de Bourque va de l’avant, il est en effet prévu de construire une usine flottante de liquéfaction de gaz naturel dans la baie de Gaspé, en vue de l’exportation de la ressource.

 

Gaspé dit non

 

Toujours à Gaspé, Pétrolia a réaffirmé qu’elle compte bel et bien « développer » le projet pétrolier Haldimand, mais sans le mentionner comme une priorité pour cette année. Dans ce cas, un « test de production » réalisé l’an dernier a permis d’extraire 1200 barils de pétrole, peut-on lire dans le rapport annuel de l’entreprise. Mais pour la suite, Pétrolia travaille sur un programme de « stimulation » qui pourrait inclure des opérations de fracturation.

 

Le hic, c’est que la Ville de Gaspé s’oppose désormais clairement au projet Haldimand. Selon ce qu’a expliqué au Devoir le maire de la Ville de Gaspé, Daniel Côté, « le projet Haldimand est trop près des habitations ». Le site de forage est en effet situé à environ 350 mètres d’un secteur résidentiel de la municipalité.

 

« Il n’a l’appui ni de la Ville, ni de la MRC, ni de la communauté autochtone de Gespeg, et c’est un projet qui divise encore la population, surtout en raison de sa proximité des résidences », a ajouté M. Côté. Selon lui, l’opposition est encore plus forte pour les projets de fracturation envisagés par l’entreprise. Une telle option pourrait également signifier qu’il faille mettre en place plusieurs sites de forage.

 

Fonds publics

 

Plusieurs éléments restent donc à préciser pour la suite des choses en ce qui concerne les projets pétroliers et gaziers de Pétrolia en Gaspésie. En plus des sites d’exploration déjà identifiés, l’entreprise possède plusieurs permis d’exploration qui couvrent une bonne partie du territoire de la péninsule. D’autres zones pourraient donc à l’avenir être ciblées pour des travaux pétroliers ou gaziers.

 

C’est dans ce contexte que des écologistes et Québec solidaire ont demandé cette semaine une rencontre avec le ministre des Finances, Carlos Leitão. Concrètement, ils s’opposent au versement d’une compensation à Pétrolia, dans le cadre des négociations entamées afin de mettre un terme au contrat d’exploration sur l’île d’Anticosti.

 

Selon ce qu’ils ont affirmé par voie de communiqué mardi, « le versement de plusieurs dizaines de millions de dollars stimulera les opérations de forage de Pétrolia en Gaspésie ». Pour le moment, Pétrolia et Corridor Resources (qui détient des permis d’exploration dans le golfe du Saint-Laurent) demanderaient 200 millions de dollars.

 

Québec solidaire propose du même souffle de racheter les actions de Pétrolia, une entreprise dont la valeur en Bourse, « à la cote », s’élevait à 15,2 millions de dollars mercredi en fin de journée. La Caisse de dépôt et placement du Québec s’est départie de ses actions dans Pétrolia l’an dernier.

 

Le cabinet du ministre Leitão, qui a confirmé avoir reçu la demande de rencontre, a indiqué qu’il allait « prendre connaissance de leurs demandes ».

4 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 27 avril 2017 07 h 46

    Attendre que ca passe

    oui, peut-être, sommes-nous, dans un cycle d'auto destruction, et par des gens qui se croient rationels, que faire quand la folie devient collective, attendre que ca passe, que je suis content d'etre vieux

  • Danielle Houle - Abonnée 27 avril 2017 10 h 09

    Quelle partie du NON Pétrolia ne comprend pas?

    Gaspé dit non et j'appui Gaspé en disant NON haut et fort!

  • Brigitte Garneau - Abonnée 27 avril 2017 13 h 31

    C'est vraiment le comble de l'absurdité!

    Ceux qui nous gouvernent sont-ils sourds, muets et aveugles? Et nous, citoyens, que faisons-nous pour faire entendre raison à ce gouvernement et à sa complice Pétrolia?

    • Odette Sarrazin - Abonnée 29 avril 2017 08 h 54

      Menons l'Opération #VousNePaserezPas lancée le 23 avril 2017 par le Regroupement vigilance hydrocarbures Québec(RVHQ). Affichons macarons, affiches, pancartes. Les compagnies et nos élu.e.s doivent comprendre que les citoyen.ne.s ne les laisseront pas passer.