TransCanada aurait négligé les impacts environnementaux

La plupart des études soulignent que TransCanada n’a pas suffisamment étudié les impacts du projet dans la région et particulièrement du passage du pipeline dans le fleuve entre Lévis et Saint-Augustin.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir La plupart des études soulignent que TransCanada n’a pas suffisamment étudié les impacts du projet dans la région et particulièrement du passage du pipeline dans le fleuve entre Lévis et Saint-Augustin.

Le projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada ne tient pas assez compte de la vulnérabilité du fleuve Saint-Laurent et souffre d’un manque criant d’information sur les mesures d’urgence dans la région métropolitaine de Québec, concluent des chercheurs.

 

« Le fleuve Saint-Laurent ne fait pas l’objet d’une analyse même minimale », déplore le chercheur de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) Yves Secretan dans une étude produite pour le compte de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ).

 

La CMQ, qui regroupe Québec, Lévis, L’Ancienne-Lorette, Saint-Augustin et les MRC de Jacques-Cartier, de l’Île-d’Orléans et de la Côte-de-Beaupré, avait commandé huit études sur le projet d’oléoduc. Les documents ont été mis en ligne sur le site de la CMQ en fin de journée mercredi.

 

Des milieux humides aux enjeux de sécurité publique, la plupart des études soulignent que TransCanada n’a pas suffisamment étudié les impacts du projet dans la région et particulièrement du passage du pipeline dans le fleuve entre Lévis et Saint-Augustin.

 

« Aucune donnée précise n’est fournie par rapport à l’inventaire des vulnérabilités potentiellement exposées à un déversement dans le fleuve Saint-Laurent ou l’un de ses nombreux tributaires », fait valoir le chercheur Michel Leclerc de l’INRS dans une étude sur la pérennité des ressources d’eau dans l’éventualité d’un déversement accidentel.

 

Dans un autre document, la professeure Monique Poulin de l’Université Laval écrit que « TransCanada ne fait pas clairement état de la valeur écologique des milieux humides ». Elle recommande d’ailleurs que le tracé soit revu pour protéger divers milieux humides « d’importance ».

 

Concernant la sécurité publique, une autre recherche de la firme CPCS déplore le manque d’informations dans le projet sur la station de pompage que projette de construire la compagnie à Lévis. Ses auteurs rappellent que le tiers des « incidents » liés aux oléoducs aux États-Unis se sont produits à des stations de pompage.

 

En ce qui concerne l’impact financier du projet dans la région, un évaluateur estime à 2,6 millions par année les revenus de taxe foncière découlant du projet.

 

Préoccupations

 

Dans un communiqué, la CMQ avance que les rapports soulèvent « d’importantes préoccupations » et signale que son mémoire au BAPE se concentrera sur les enjeux de sécurité publique et la traversée du fleuve. « Que prévoit TransCanada pour prévenir les fuites en milieu fluvial ? écrit la CMQ. Le promoteur doit également démontrer qu’il est en mesure de garantir, s’il y avait déversement, qu’il dispose des fonds suffisants pour couvrir l’ensemble des coûts engendrés par l’intervention, le nettoyage et le rétablissement des conditions présentes sur le territoire avant le déversement. »

  • Brigitte Garneau - Abonnée 24 mars 2016 10 h 48

    TRANSCANADA=MÉPRIS

    TransCanada méprise totalement les notions de base du civisme et du respect! Les citoyens québécois sont méprisés, l'environnement est méprisé. Le fleuve Saint-Laurent, unique au monde, joyau environnemental et source d'eau potable d'une grande partie des Québécois, est méprisé! Cela représente carrément une atteinte à notre dignité! NOUS NE BAISSERONS PAS LES BRAS!

  • André Champagne - Abonné 24 mars 2016 20 h 47

    Confirmation après confirmation, TransCanada n'obtient pas la note de passage.

    C'est vraiment désolant de voir le peu de sérieux de cette entreprise. Pourquoi le gouvernement du Québec ne ferme-t-il pas le robinet dès maintenant? Est-il déjà trop engagé dans le projet? Manque-t-il de courage ou de vision?

  • Sylvain Dionne - Inscrit 25 mars 2016 10 h 42

    Oh, quelle surprise!

    Le contraire aurait été vraiment étonnant...