Un autre changement de ton sur Anticosti

Cinq études portant sur Anticosti et réalisées dans le cadre de l’Évaluation environnementale stratégique manquent toujours à l’appel.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Cinq études portant sur Anticosti et réalisées dans le cadre de l’Évaluation environnementale stratégique manquent toujours à l’appel.

Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, a affirmé mercredi que l’exploitation des éventuelles réserves de gaz de schiste de l’île d’Anticosti soulève des questions environnementales « très sérieuses », surtout dans un contexte de lutte contre les changements climatiques. Il a d’ailleurs répété que le gouvernement Couillard est peu enthousiaste à l’idée d’aller forer le sous-sol de l’île.

 

Le changement de ton a de quoi surprendre. Après avoir défendu ardemment l’idée d’exploiter le gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent, malgré la vive controverse, voilà que le Parti libéral du Québec semble s’interroger sur la pertinence de lancer le Québec dans une telle filière énergétique.

 

Même s’il injecte des millions de dollars de fonds publics dans des travaux d’exploration sur Anticosti, le gouvernement Couillard exprime de sérieux doutes sur la suite des choses. Selon ce qu’a déclaré le ministre Heurtel à la sortie du conseil des ministres, mercredi, l’exploitation de gaz de schiste sur Anticosti soulève « des questions environnementales très, très, très sérieuses ».

 

« On parle de fracturation hydraulique en milieu insulaire, ce qui soulève des questions très sérieuses », a-t-il ajouté. Selon M. Heurtel, il faut également prendre en compte les « impacts » de l’exploitation « de ce type de gaz » au Québec, notamment en ce qui a trait à la production de gaz à effet de serre (GES).

 

« Il faut une cohérence entre un tel projet, où on parlerait d’exploiter du gaz de schiste, par rapport à ce qu’on veut essayer de faire pour réduire nos gaz à effet de serre », a précisé le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements climatiques.

 

Gaz à effet de serre

 

Toute exploitation d’énergies fossiles sur Anticosti serait évidemment productrice de gaz à effet de serre. L’étude du ministère de l’Environnement réalisée dans le cadre de l’évaluation environnementale stratégique (EES), qui admet une grande incertitude dans ses prévisions, estime que la production de GES pourrait atteindre 1,4 million de tonnes par année, en supposant que le gaz de schiste serait récupéré dès le début de l’exploitation du pétrole. Cela représente une hausse de 2 % des émissions du Québec.

 

Si le gaz devait être brûlé sur place, comme cela se fait dans d’autres exploitations de pétrole de schiste, les émissions annuelles de GES « seraient beaucoup plus élevées » et pourraient atteindre de 6 à 10 millions de tonnes. Cela représenterait de 9 % à 15 % des émissions du Québec en 2020.

 

Aucun enthousiasme

 

David Heurtel a par ailleurs réitéré les récents propos de Philippe Couillard en soulignant que le gouvernement libéral n’a « aucun enthousiasme pour ce projet » d’exploitation des hypothétiques ressources énergétiques fossiles d’Anticosti.

 

L’EES sera néanmoins complétée, a-t-il indiqué. « On veut être rigoureux. On veut faire le travail au complet et on s’assure d’avoir le résultat des études avant de prendre une décision finale. »

 

Pendant le sommet de Paris sur le climat, le premier ministre a toutefois pris ses distances par rapport à la décision de financer des travaux d’exploration sur Anticosti, travaux dans lesquels l’État a injecté 56,7 millions de dollars. « Anticosti, moi je n’ai rien à voir avec ce projet-là, a-t-il déclaré. Je l’ai trouvé à mon arrivée. J’aurais préféré ne pas le trouver parce que je m’étais opposé à ce projet quand j’étais dans l’opposition. […] S’il y a le moindre risque, le moindre risque, pour ce milieu naturel extraordinaire qu’est Anticosti, le projet n’aura pas lieu. »
 

Forages en 2016

 

Le gouvernement affirme cependant être « pris » avec un contrat signé par le gouvernement péquiste en 2014. Reste que l’État est le premier actionnaire de Pétrolia, maître-d’oeuvre des travaux d’exploration sur l’île. Des travaux qui doivent se poursuivre en 2016. Les sites où seront menés trois forages avec fracturation sur l’île d’Anticosti ont été choisis, révélait d’ailleurs récemment Le Devoir.

 

Ces travaux, les premiers du genre dans l’histoire du Québec pour la recherche de pétrole, doivent servir à confirmer le potentiel commercial d’exploitation d’énergies fossiles sur l’île. L’EES, qui doit être complétée sous peu, ne tiendra pas compte des impacts environnementaux de ces forages.

 

Mercredi en fin de journée, cinq études portant sur Anticosti et réalisées dans le cadre de l’EES n’étaient toujours pas disponibles, plus de trois semaines après la fin des consultations publiques sur l’EES. Parmi celles-ci, on retrouve une étude qui doit permettre de qualifier et de quantifier « les principaux effets sociaux, économiques et environnementaux qui résulteraient d’activités d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures sur Anticosti ». Une autre porte « sur les principaux avantages et les principaux coûts pour la société [québécoise et anticostienne] qui pourraient résulter d’une éventuelle exploitation des hydrocarbures ».

 

La question de l’eau

 

Qu’il s’agisse de gaz ou de pétrole, l’exploitation sur Anticosti nécessiterait de procéder à de la fracturation. Une étude menée pour évaluer les besoins en eau estime que chaque forage consommerait près de 22 millions de litres d’eau. Or, seules deux zones de l’île pourraient répondre aux besoins en eau de l’industrie, et seulement à raison deux ou trois forages simultanés. L’étude suggère donc d’évaluer la possibilité de puiser de l’eau directement dans le golfe du Saint-Laurent.

 

Plusieurs composés jugés « toxiques » sont ajoutés à cette eau de fracturation, rappelle une étude environnementale gouvernementale. Or, « plusieurs informations sur la persistance dans les milieux aquatiques, la bioaccumulation dans les organismes aquatiques ou la toxicité quant à ces organismes sont manquantes pour de nombreux composés susceptibles d’être utilisés comme intrants de fracturation ». Et il n’existe aucune structure sur Anticosti pour traiter cette eau.

 

Pour extraire ces hypothétiques ressources, les investissements en exploitation et en infrastructures seraient majeurs. En fait, on estime que chaque forage pourrait coûter 8,8 millions de dollars. Qui plus est, les coûts de transport uniquement pour le gaz de schiste se chiffreraient en milliards de dollars. En supposant la construction d’un gazoduc pour atteindre la Gaspésie, les investissements pourraient dépasser les 10 milliards. L’entreprise Pétrolia a évoqué récemment cette dernière hypothèse. Dans le cas d’un recours à un navire-usine, les coûts dépasseraient les sept milliards.  

  • Sylvain Rivest - Inscrit 16 décembre 2015 19 h 14

    n'importe quoi....

    On peut tu fermer le parlement?
    Ils sont pathétiques.

    • Pierre Hélie - Inscrit 16 décembre 2015 21 h 16

      D'accord avec votre proposition, mais une alternative serait, comme il semble, si la tendance se maintient, qu'on aura un gouvernement PLQ au moins jusqu'à la fin du siècle (à moins qu'une fois assimilés nous soyons intégrés à l'Ontario ou aux Maritimes), pour garder la flamme de la démocratie et de la mondialisation ouverte sur le monde vivante, on pourrait aussi délocaliser les emplois des députés et ministres libéraux. Rendus où nous en sommes...

    • Jean-Yves Arès - Abonné 18 décembre 2015 09 h 17

      Pour Hertel on viens de faire le tour de ses compétences, en effet.

      Celui qui, comme ministre de l'environnement, lors de l'annonce de l'appuis du gouvernement à la cimentrie de Port Daniel n'avait aucune idée de la quantite de GES que cette entreprise émettera...

      Bref on là un exécutant qui a besoin de se faire dire quoi pensé et quoi dire.

  • André Tremblay - Abonné 16 décembre 2015 20 h 27

    Changement ministériel

    Quand est-ce qu'on va le changer celui-là et le mettre sur les banquettes arrières ?

  • Robert Godin - Abonné 16 décembre 2015 20 h 36

    Et le prix du baril continue à chuter!

    Tout à coup, les raisins sont devenus trop verts. Trouvons une excuse pour s'en sortir en se faisant du capital politique. Si l'investissement n'est plus justifiable, ayons au moins l'apparence de vouloir sauver la planète. Ils sont en effet pathétiques, ces politiciens.

    • Jean-Yves Arès - Abonné 18 décembre 2015 09 h 30

      Ce qui serait injustifiable ce serait d'arrêter les travaux qui sont les seules qui peuvent fournir un véritable début de réponse sur le potentiel de ressources exploitables, ce qui en soi a une grande valeure au niveau de la connaissance de nos potentiels en tant que société.

      Le hic c'est que l'entreprise privée elle reçoit un fort mauvais message, qui rapproche le Québec des pays aux politiques instables, donc plus risqué.

  • Marc Brullemans - Abonné 16 décembre 2015 21 h 12

    Des GES mal évalués

    Reposant sur des scénarios émanant du Ministère des Finances et sur des études choisies (Piché et Delisle, 2013 de SNC-Lavalin; Weber & Clavin, 2012 de l'Institute for Defense Analyses Science and Technology Policy Institute), et utilisant des banques de données discutables (California Air Resources Board, GHG Genius), les deux seules études traitant des émissions de gaz à effet de serre des présentes ÉES souffrent de nombreux biais. Il est question dans cet article de 6 à 10 Mt d'émissions annuellement mais qu'en est-il vraiment et surtout qu'en sera-t-il des émissions en amont et en aval de l'extraction?...

    Dans le cas des usines d'IFFCO et de Stolt, les émissions pour leur construction n'avaient pas été considérées. On ne compare que deux situations, peu recommandables par ailleurs, et l'on annonce fièrement que l'une, celle du promoteur bien entendu, est meilleure que l'autre sur le plan des émissions. Aucune considération sur les effets indirects et bien peu sur la sous-estimation du potentiel de réchauffement planétaire du méthane. Finalement, tous ces exercices apportent plus de confusion que de matériel pour une saine réflexion.

  • Jacques Boucher - Abonné 16 décembre 2015 21 h 29

    « On parle de fracturation hydraulique en milieu insulaire, ce qui soulève des questions très sérieuses »

    Est-ce que cela signifie que la fracturation hydraulique serait acceptable dans Lotbinière, où un projet pilote à grande échelle est planifié, et dans le reste des Basses-Terres du Saint-Laurent, pour lesquelles le gouvernement a fait estimer tout récemment par KPMG les besoins en main-d'oeuvre sur la base d'un scénario de 3600 puits forés (https://hydrocarbures.gouv.qc.ca/documents/etudes/GECN02.pdf)?