Pétrolia relance les travaux sur le site de Gaspé

Le projet pétrolier Haldimand, qui suscite la controverse à Gaspé, est situé à 350 mètres d'un secteur résidentiel.
Photo: Alexandre Shields Le projet pétrolier Haldimand, qui suscite la controverse à Gaspé, est situé à 350 mètres d'un secteur résidentiel.

Au lendemain de consultations publiques qui ont été l’occasion de réclamer encore une fois une évaluation indépendante du projet Haldimand, de Pétrolia, l’entreprise a annoncé jeudi qu’elle reprenait les travaux sur son site de forage situé à Gaspé.

 

Par voie de communauté, la pétrolière s’est dite « heureuse » d’annoncer le début des travaux de complétion ayant pour but de « terminer le nettoyage » du puits Pétrolia Haldimand No 4.

 

« Ce programme de complétion a été rendu nécessaire [à la suite des] analyses des premières données de production, qui révèlent qu’une partie du fluide de forage, dont la densité est élevée, est demeurée dans le puits. Avant d’entreprendre un essai de production de longue durée, la société doit s’assurer que le puits a été bien nettoyé au préalable », a précisé l’entreprise.

 

L’opération devrait se terminer « d’ici quelques jours ». Si tout se déroule comme le souhaite Pétrolia, l’entreprise pourrait lancer sous peu un « essai de production longue durée ».

 

Pétrolia avait annoncé en février dernier que des tests sur son puits situé à Gaspé ont débouché sur une « découverte significative » de pétrole. Selon ce qu’avait fait valoir la pétrolière par voie de communiqué, le « test d’évaluation » mené sur le puits Haldimand 4 aurait permis d’extraire « environ » 340 barils de pétrole brut léger, soit le même type de pétrole déjà pompé par l’entreprise dans le secteur.

 

Haldimand 4, situé à environ 350 mètres d’un secteur résidentiel, est un forage horizontal qui a atteint plus de 600 mètres de profondeur et parcouru une distance de plus de deux kilomètres. Cette trajectoire a ainsi permis de croiser des zones forées au cours des dernières années. L’un de ces puits, Haldimand 1, a déjà produit plus de 5000 barils de pétrole brut.

 

Dans le cas du projet Haldimand, de Pétrolia, le potentiel s’élèverait à 7,7 millions de barils de pétrole. Cela équivaut à 23 jours de consommation pour tout le Québec.

 

Controverse

 

Le projet soulève toutefois la controverse à Gaspé, entre partisans et opposants aux projets pétroliers sur le territoire de la municipalité.

 

Dans le cadre de la soirée de consultations publiques sur les évaluations environnementales stratégiques des hydrocarbures tenue cette semaine, la Ville a d’ailleurs réitéré sa demande d’une étude indépendante pour le projet Haldimand. Elle souhaite que le gouvernement mandate le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour qu’il étudie le dossier.

 

Le gouvernement Couillard a toujours refusé une telle option. À travers la filiale Ressources Québec, d’Investissement Québec, le gouvernement est le premier actionnaire de Pétrolia. Et le gouvernement ne prévoit aucune étude du BAPE pour les projets d’exploitation pétrolière en développement au Québec.

 

Pour le moment, tout le dossier des hydrocarbures est étudié dans le cadre d’une évaluation environnementale stratégique. Le comité qui la dirige est présidé par deux sous-ministres du gouvernement. Et les études environnementales lancées par les libéraux indiquent clairement que Québec a l’intention d’ouvrir la porte à l’exploitation pétrolière et gazière.

 

Par ailleurs, Pétrolia a annoncé jeudi qu’Isabelle Proulx, qui était vice-présidente au développement des affaires pour l’entreprise, ne travaille plus pour la société.

 

Jeudi, Pétrolia avait 11 lobbyistes inscrits au registre québécois pour faire notamment la promotion des projets pétroliers en Gaspésie et sur l’île d’Anticosti.

1 commentaire
  • Louise Gagnon - Inscrite 20 novembre 2015 09 h 06

    Il n'a pas le droit

    S'il le fait, il se détourne définitivement de la démocratie dont il se gargarise à souhait, alors même qu'il la piètine.