Les scientifiques se questionnent sur les liens entre Sandy et le réchauffement climatique

Paris — La super-tempête qui touche le nord-est des États-Unis est-elle un phénomène lié au réchauffement climatique mondial? Est-elle annonciatrice des changements à venir? Ces questions ont surgi ces derniers jours aux États-Unis, alors que s'achève une campagne présidentielle qui a fait l'impasse sur l'enjeu climatique. Du côté scientifique, le lien entre le réchauffement et l'évolution des ouragans fait débat.

«Depuis quelques années, des études suggèrent que les ouragans de forte intensité sont en augmentation», explique Fabrice Chauvin, du Centre national de recherches météorologiques de Toulouse, en France.

Des chercheurs américains, comme Kerry Emanuel, du Massachusetts Institute of Technology (MIT), ou Kevin Trenberth, du Centre national de recherches atmosphériques (NCAR), estiment que le réchauffement de la planète, en particulier la hausse des températures à la surface des océans, est responsable d'une augmentation des ouragans meurtriers, comme Katrina en 2005.

«Pour savoir s'il y a eu un changement ces dernières décennies, il faut pouvoir comparer les chiffres avec les observations du passé», explique Fabrice Chauvin. «Or il y a un débat sur l'utilisation de ces données: les ouragans sont recensés depuis les années 1870, mais au cours du temps, les méthodes d'observation se sont améliorées.»

Les avions ont été utilisés à partir des années 1940 aux États-Unis, et les satellites permettent de recenser avec certitude toutes les tempêtes tropicales en formation depuis les années 1970. «Le risque est de constater une augmentation entre 1930 et 2012 qui soit en partie attribuable au fait qu'en 1930, toutes les tempêtes n'ont pas été enregistrées», explique le chercheur.

«Nous n'avons pas assez de données quantifiées pour faire la différence entre une variabilité naturelle du climat et un effet du réchauffement lié aux activités humaines», estime de son côté Anne Leclerc, du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement à Gif-sur-Yvette, dans la région parisienne. «Nous manquons de recul pour dire qu'un phénomène comme Sandy est lié au réchauffement climatique.»

S'il est difficile de tirer des conclusions sur les événements en cours, les modèles des climatologues permettent d'envisager des tendances pour l'avenir.

«Il y a un consensus, d'après les modélisations, sur le fait que le réchauffement global entraînerait plutôt une baisse du nombre de cyclones, mais que ces phénomènes risquent d'être plus forts avec davantage de précipitations», explique Fabrice Chauvin. C'est en effet la différence de température entre la surface de l'océan et le haut de la troposphère qui est décisive pour leur fréquence, tandis qu'une eau plus chaude leur fournit plus d'énergie.

«On peut dire que les événements extrêmes vont être plus fréquents et on s'arrête là!», lance Anne Leclerc. «Il faut rester prudent.»
  • France Marcotte - Abonnée 30 octobre 2012 19 h 21

    Dis-moi qui tu frappes

    Plus les victimes de ces ouragans seront riches, plus les probabilités en faveur de cette théorie seront grandes...

  • Éric Cyr - Inscrit 31 octobre 2012 11 h 55

    La seule façon? Vraiment?!

    Une simple recherche dans les journaux du XXème siècle confirmerait la fréquence accélérée des évènements climatiques extrêmes.

    Avec le nucléaire et les armes bio-chimiques, l'homme a désormais le pouvoir de s'auto-détruire. Avec la révolution industrielle, il a acquis aussi le pouvoir de détruire son environnement. Avant, il pouvait magouiller, accumuler et guerroyer jusqu'à plus soif, sans grand incidences sur la biosphère.

    L'atmosphère terrestre est ultra mince, à comparé avec son diamètre. Ultra mince et ultra-fragile. Elle a pris des milliards d'année pour arrivé à cet équilibre propice au développement de la vie "intelligente".

    Depuis plus de 150 ans qu'on y évacue exponentiellement des variétées croissantes de produits chimiques en quantités... industrielles. Et on persisterait à dire que ça n'a aucun effet?!? N'importe quel chimiste vous dira que c'est absurde.

    L'homme doit d'urgence changer sa mentalité et ses vieilles habitudes instinctives de domination absolue, s'il veut survivre. Avec le néo-libéralisme, on s'en va dans le sens contraire.

    Et pourtant en lisant les médias et à en croire certains commentateurs accrochés au statut quo destructeur, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, c'est : business as usual pour ce 1% dominant qui exploite et râfle tout sur son passage.

  • Sébastien Chabot - Inscrit 31 octobre 2012 13 h 47

    Question niaiseuse

    Ca c'est une question naiseuse, on sait bien que c'est à cause des mariages gais qu'il y a eu la tempete.... Car selon le parti conservatuer, les changements climatiques n'existent pas!

  • Patrice Hildgen - Abonné 1 novembre 2012 08 h 43

    prudence ou mauvaise fois ?

    Certains scientifiques disent qu'il faut être prudent, il n'y a pas assez de données sur les évennement extrêmes. Ce qu'on sait parcontre c'est l'augmentation de température moyenne, la fonte de la banquise et du glacier du Groenland, la montée des eaux dans certaines régions...Peu importe que ce soit l'activité humaine ou pas, (mais c'est très probable) , le réchauffement est bien présent et observable. Qu'on ne puisse pas prédire numériquement , certes mais de à interpréter dans le sens d'une non relation entre réchauffement et catastrophe , c'est un peu facile.

    • Djosef Bouteu - Inscrit 2 novembre 2012 22 h 08

      Petite précision. Cette énorme tempête peut difficilement être mise sur le compte du réchauffement climatique.

      Comme il n'est facile de mettre sur le compte du tabagisme le cancer de monsieur ou madame X.

      Donc les scientifiques ont raison de dire qu'il faut être prudent dans l'attribution d'un évènement isolé au réchauffement climatique.

      Il y a des gens prétendant que le tabac ne cause pas de cancer. Il y en a d'autre qui prétendent que le réchauffement climatique n'existe pas ou n'est pas causé par les GES émis par les activités humaines.

      Ah et les chloro-fluoro-carbones seraient sans danger pour la couche d'ozone selon d'autres.

      Dans les trois cas on a tendance à retrouver les même noms et firmes bien payés par des corporations ayant des intérêts financiers à défendre.

      Pour prêcher le déni des résultats scientifiques ou produires des études bancales ou frauduleuses et semer assez de doute dans l'opinion publique pour paraliser toute action significative qui s'attaquerait au problème pendant des années ou des décennies.

      Ça donne des beaux slogans bien démagogiques comme :
      Smoking is good for you. (Fumer c'est bon pour vous.)
      CO2 is plant food. (Le dioxyde de carbone, c'est de la nourriture pour les végétaux.)

  • André Michaud - Inscrit 5 novembre 2012 08 h 55

    Cycles normaux?

    On sait qu'à travers son histoire la terre a connu des périodes très très chaudes et des périodes glaciales. Et sans absolument aucune influence de la pollution industrielle humaine. Ceci est une certitude scientifique .

    Il est évident que la pollution nuit à la santé humaine, et pour cette raison il faut la réduire. La science porte les solutions. Ceux qui ont à coeur cette cause devrait logiquement aller en sciences et nous apporter des technologies moins polluantes , et surtout à bon prix. Ce ne sont pas les grands discours idéologiques qui changeront quoi que ce soi.

    Mais de là à avoir une influence colossale sur le climat, j'en doute. Les humains sont toujours porté à se donner plus d'importance que dans la réalité.

    La terre était là bien avant les humains et restera bien après le dernier humain. Penser que l'on met en péril la planète est d'une immense prétention , voir complètement ridicule.