Rénover les maisons serait plus rentable que de rénover Gentilly-2

Hydro-Québec économiserait près de 40 % des coûts anticipés pour la réfection et l'opération de la centrale de Gentilly-2 si elle optait plutôt pour un programme de subventions destiné à changer la fenestration d'une résidence sur quatre au Québec, ce qui lui permettrait de récupérer la même quantité d'énergie annuellement. Un tel programme de rénovation des maisons offrirait en prime au Québec de faire disparaître de son territoire son unique centrale nucléaire et les risques d'accident inhérents à son opération.

C'est ce que soutient une étude réalisée par un jeune mathématicien, Denis Boyer, pour le compte d'Écohabitation, un organisme sans but lucratif qui fait la promotion d'habitations saines, peu énergivores et abordables.

Question d'isolation

Selon cette étude, si Hydro-Québec accordait 500 $ sur un coût moyen de 800 $ par fenêtre, il serait possible d'isoler la quasi-totalité de la fenestration de 900 000 foyers, soit un sur quatre.

«Suite à la nouvelle autorisation d'exploitation de la centrale, accordée le 29 juin dernier par la Commission canadienne de sûreté nucléaire, le gouvernement du Québec réfléchit actuellement à une éventuelle relance, accompagnée d'une réfection de Gentilly-2. Nous l'incitons fortement à se pencher sur les calculs effectués pour le compte d'Écohabitation [...]. Les 900 000 foyers québécois équipés de portes et fenêtres Energy Star économiseraient la même quantité d'énergie que celle produite annuellement par Gentilly-2 pendant ses 25 ans de vie utile, soit 4,5 TWh», explique la porte-parole du groupe, Emmanuelle Walter.

Des milliards


Selon l'étude, le coût de fonctionnement de Gentilly-2 durant les 25 prochaines années atteindrait 6,56 ¢ du kilowattheure, comparativement à 4 ¢/kWh avec un programme de rénovation des portes et fenêtres. Sur 25 ans, restaurer et opérer Gentilly-2 coûtera 7,8 milliards, comparativement à 4,5 milliards pour le programme de rénovation des portes et fenêtres.

Selon Denis Boyer, le projet de réfection de Gentilly-2 est officiellement fixé à 2 milliards. Alors que certaines évaluations anticipent une hausse des coûts de 200 % à la lumière de la spirale des coûts encourus à Pointe-Lepreau, au Nouveau-Brunswick, il a plutôt un coût de réfection de 3 milliards.

Si SNC-Lavalin, désormais propriétaire d'Énergie atomique du Canada, arrivait à contenir le coût de la réfection à 2 milliards, précise le jeune chercheur, le coût du kilowattheure de Gentilly serait néanmoins de 5,7 ¢, ce qui demeure supérieur à la restauration du quart du patrimoine bâti du Québec. Mais l'avantage décisif d'un programme de remplacement des portes et fenêtres réside, dit-il, dans la valeur et le confort accrus de ces résidences rénovées, dans la dispersion des emplois dans toute la province, en plus de faire disparaître au Québec les risques inhérents au nucléaire.
44 commentaires
  • Claude Boucher - Abonné 7 septembre 2011 01 h 54

    Tiré par les cheveux!



    Technosim a publié en juin dernier son étude de potentiel technico-économique pour les mesures d'efficacité énergétique dans le secteur résidentiel et l'étude mentionnée dans cet article est bien trop optimiste. Le PTE du remplacement des fenêtres est estimé à 60 GWh, soit 75 fois moins que les propos de ce monsieur (est-ce que cette étude a été révisée par des pairs?)

    L'étude de Technosim est disponible dans le site de la Régie de l'énergie:
    http://www.regie-energie.qc.ca/audiences/Suivis/Su

  • Godfax - Inscrit 7 septembre 2011 02 h 12

    Analyse erronéerroné

    L’analyse peut sembler crédible, mais dans les faits tout le raisonnement présenté ici est irrationnelle dans sa propre logique écologique et économique. Premièrement cette analyse purement mathématique de type monétariste prend pour acquis que l’argent a une valeur en soi et en fait le socle de sa politique. C’est typique des idéologues de la gestion budgétaire néolibéral. On peut réorrienté completement l’analyse en prenant simplement l’idée que le nucléaire peut être financé par du crédit publique (avec une Banque d’État) sans avoir recours aux impôts donc avec une planche à billet comme la France l’a fait sous De Gaule sans créer d’inflation notable.

    Dans les faits le nucléaire pourrait couter zéro cent aux contribuables si l’état s’empruntait l’argent à elle même(comme pour toute les infrastructure économique de base).

    Maintenant, sur le plan purement écologique, absolument rien dans les faits ne prouve qu’il est plus écologique de faire une méga- rénovation que de rénover ou construire de nouvelles centrals nucléaire.

    Imaginons les deux scénarios.
    Pour construire une centrale nucléaire on a besoin que de quelques tonnes métriques d'acier et de béton par MW. Pour rénover 900000 foyers on a besoin de millier de tonnes métrique de matériaux et d’un travail humain colosale . C'est comme déplacer une montagne au lieu d'un tas de roche.
    C’est des millier de fois plus lourd sur les dépenses énergitiques. Imaginez si on calcule tout les transports de matériaux, de personnels, le soutient énergitique pour la production des équipements... Alors on parle ici, dans les faits, d’une consommation de pétrole de plusieurs millier de fois supérieur au projet de la centrale nucléaire pour le même résultat. Il est urgent de demander plus de rigueure aux idéologues de l'économie verte; surtout quand le système monétaire mondial tombe en morceaux.

    http://www.banqueduquebec.ca/

  • ClarkeCity - Inscrit 7 septembre 2011 07 h 01

    Une idée qui fait plein de bon sens

    Je crois que le Québec serait meilleur avec ce programme de fenestration.

    Par contre, je crois que le gouvernement sera en opposition avec ce meilleur programme. La raison étant que les grosses firmes n'auraient pas accès aux contrats lucratifs du gouvernement.

    Pour une meilleure gestion de nos finances publiques, exigeons une commission d'enquête publique sur la construction et sur le financement des partis politiques.

  • Yvan Dutil - Inscrit 7 septembre 2011 07 h 27

    Une bonne stratégie

    Effectivement, l'efficacité énergétique serait une bonne stratégie dans le cas présent. Le parc immobilier résidentiel au Québec est relativement efficace du point de vue énergétique mais comportent un bon nombre de résidences dont l'efficacité énergétique est pathétique. Si le programme était dirigé spécifiquement vers ces résidences, le retour sur l'investissement serait maximal. D'autre part, le remplacement des fenêtres est une des stratégies les plus efficaces du point de vue de l'efficacité énergétique. Le nucléaire étant particulièrement coûteux, les gains en efficacité énergétique sont d'autant plus compétitifs.

    Les principaux problèmes auxquels Hydro-Québec ferait face si elle devait suivre cette voie sont principalement d'ordre financier. En effet, s'il est facile d'emprunter de l'argent pour un investissement dans des équipements de production, les choses se compliquent énormément quand on investit dans la réduction de la demande, car le capital de l'entreprise n'augmente pas. Ainsi, si du point de vu de l'énergie un négawatt a la même valeur qu'un watt, les banquiers ne voient pas les choses de la même façon.

    Yvan Dutil, Ph.D.
    Coordonnateur scientifique
    Chaire de recherche Industrielle en Technologie de l'Énergie et Efficacité Énergétique, ETS

  • B Landry - Abonné 7 septembre 2011 08 h 43

    Et l'isolation ...

    Une étude avait déjà démontré que si l'isolation du parc immobilier des vieilles maison de Mtl les économies seraient également très appréciables. imaginez également tous les emplois créés durant cette phase de rénovations et le confort qu'en bénéficierait les citoyens.

    Mais comme le dit assez justement M, Dutil , l'économie ne fonctionne pas avec des économies d'énergie mais avec de plus grande consommation... quitte à gaspiller. La croissance économique est basée sur la consommation et la surconsommation et non pas sur le bien-être des citoyens Pouvez-vous vous imaginez Jean Charest se présenter aux élections en étant satisfait d'une baisse de la consommation? Même si la population vivait mieux, il n'aura pas les co..... d'agir en tentant de changer les diktats économique qui nous empoisonnent la vie. Le grand capital le tient justement par les co......