Changements climatiques - Stephen Harper se contentera de changements mineurs

Port of Spain, Trinité-et-Tobago — À quelques jours d'un important sommet des Nations unies, le premier ministre fédéral Stephen Harper affirme que l'objectif du Canada en matière de réduction des gaz à effet de serre est «virtuellement identique» aux cibles proposées par l'administration du président américain, Barack Obama.

D'importantes modifications à la position du Canada sur le changement climatique désavantageraient le pays par rapport à son plus important partenaire commercial, selon M. Harper, qui n'exclut cependant pas de procéder à des changements mineurs.

En présence de journalistes à Port of Spain, à Trinité-et-Tobago, où il se trouvait à l'occasion de la réunion des chefs des pays membres du Commonwealth, le premier ministre a dit croire essentiel, compte tenu de l'intégration des économies canadienne et américaine, que les objectifs d'Ottawa demeurent les mêmes.

Le changement climatique a été la question dominante du sommet du Commonwealth, qui prenait fin hier.

Le Canada et d'autres pays ont tenté de donner un nouveau souffle aux négociations sur le changement climatique du mois prochain en appuyant une entente globale sur la réduction des gaz à effet de serre.

Toutefois, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a cependant déploré le manque de volonté politique à quelques jours du début à Copenhague, au Danemark, d'une série clé de négociations sur le changement climatique.

La veille, le dirigeant de l'ONU avait tenté d'inciter Ottawa à agir davantage dans le dossier du changement climatique, affirmant que le gouvernement canadien avait besoin d'un ambitieux objectif de réduction des gaz à effet de serre, et se devait de l'établir plus rapidement. Le Canada, hôte des prochains sommets du G8 et du G20, doit donner l'exemple, a-t-il également estimé.

Le gouvernement de Stephen Harper entend réduire les émissions canadiennes de gaz à effet de serre de 20 % par rapport à leur niveau de 2006, et ce, d'ici à 2020. Les conservateurs comptent aussi diminuer les émissions de 60 % à 70 % comparativement au niveau qu'elles atteignaient en 2006, avant 2050.
8 commentaires
  • Dominic Pageau - Inscrit 30 novembre 2009 02 h 32

    quand est-ce que les journalistes vont s'intéressant à la "science" derrière tout ca?

    Les sommités dans le domaine climatique ont été pris à manipuler les données pour créer une fausse impression de réchauffement et ce, c'est un exemple parmi tant d'autres de falsification, et on a laisser les auteurs de ces falsifications donner UNE explication tirée par les cheveux. Le truc de Nature n'a rien d'une manipulation légitime des données pour les assemblées, c'est plutôt une modification à la hausse des températures moyennes récentes pour créer une fausse impression de l'accélération de la hausse de la température moyenne alors que c'est l'inverse qui s'est produit, vers 1999, la hausse avait ralenti, et après ça, elle s'est arrêtée.

    Voici le email en question

    "Question de mettre les choses dans leur contexte, vous avez tous entendu parler du fameux "Nature's trick" utilisé par Michael Mann dans sa fameuse reconstruction climatique en forme de crosse de hockey? Phil Jones, un autre climatologue qui y a fait allusion dans un courriel explique cette allusion au Mike's Nature's Trick, comme une manipulation statistique tout à fait rigoureuse afin d'agencer deux groupes de données de natures différentes, c'est à dire des mesures de températures à partir d'anneau de croissance des arbres et celles, plus récentes à partir d'instrument de mesures comme les températures au sol avec des thermomètres ou par satellites. Dans les faits, Phil a fait comme Mike, il a modifié à la hausse la température moyenne des dernières années pour effacer le déclin récent de cette hausse(depuis 1981), ce qui est à mon avis, pas très rigoureux, voire même du plagiat, de la falsification. Tenez, je vous cite le message en question

    "
    Dear Ray, Mike and Malcolm,
    Once Tim's got a diagram here we'll send that either later today or
    first thing tomorrow.
    I've just completed Mike's Nature trick of adding in the real temps
    to each series for the last 20 years (ie from 1981 onwards) amd from
    1961 for Keith's to hide the decline. Mike's series got the annual
    land and marine values while the other two got April-Sept for NH land
    N of 20N. The latter two are real for 1999, while the estimate for 1999
    for NH combined is 0.44C wrt 61-90. The Global estimate for 1999 with
    data through Oct is 0.35C cf. 0.57 for 1998.
    Thanks for the comments, Ray.

    Cheers
    Phil

    "
    http://www.di2.nu/foia/0942777075.txt

    Ça, ce n'est pas de la science.

  • Guillaume C - Inscrit 30 novembre 2009 10 h 12

    La science est intacte

    M. Pageau,

    Il ne s'agit que d'un groupe de scientifiques (Climate Research Unit, Angleterre) et d'emails pris hors contexte. Ceci n'invalide en rien le résultat des autres scientifiques et c'est loin d'être prouvé que ca invalide les résultats du CRU.

    Pour un survol de l'histoire de la science du changement climatique et du récent "débat" l'entourant, je recommande fortement The American Denial of Global Warming -
    http://www.uctv.tv/search-details.aspx?showID=1345

  • Dominic Pageau - Inscrit 30 novembre 2009 11 h 55

    Monsieur C,vous avez tort

    Les emails sont entre scientifiques de plusieurs universités, dont Virginia University aux USA avec Michael Mann, des universités australienne, en gros, les très peu nombreux climatologue du GIEC. Récemment, ils ont sorti un nouveau rapport alarmiste qui ne fait aucun sens.

    C'est vrai que de la falsification d'études, de recherches, la suppression de données, la pression sur les revues scientifiques pour qu'un point de vue soit publié et la préselection des pairs pour réviser les études n'invalident pas les dites études.

    Je me demande ce que ça vous prend?



    Vous voulez le contexte monsieur?

    http://skyfal.free.fr/?p=422

    Vous avez accès aux emails ici.

  • Etienne - Inscrit 30 novembre 2009 12 h 50

    La rapports du GIEC ne sont pas basé sur une seule recherche

    Laissez-moi vous expliquer quelque chose concernant le document rédigé par le GIEC en prévision du sommet de Copenhague. Ce document est rédigé par 26 auteurs, et est en fait un résumé de plus d’une centaine de recherches et d’études, menées par un grand nombre d’équipes scientifiques au travers le monde au cours des dernières années. Ces recherches ont toutes suivies un système de révision permettant à leurs pairs de réviser le contenu de la recherche pour assurer la qualité de la méthodologie employée, la précision des résultats et l’impartialité de la recherche. Les constatations apportées dans ce document rejoingnent la position de la majorité de la communauté scientifique (les corps de sciences et académies d'une multitute de pays), qui ont adoptée une position commune qui soutient que non seulement la planete se réchauffe, mais que ce réchauffement est causé par l’homme et ses émissions de CO2.

    Vous voulez rejeter leurs conclusion? Vous ne croyez pas que la planete se réchauffe?

    La glace de l'Arctique recule et s'amincie. Tout ca est documenté, et facile à trouver (Lindsay et al. 2009, Stroeve 2008). L'Antarctique? Des études ont aussi démontré que malgré la glace de mer qui reste stable, les glaciers terrestres de l'Antarctique reculent aussi, tout comme les glaciers du Groenland (van den Broeke et al 2009, Rignot 2008, Chen 2009). C'est sans compter que le pergérisol recule mondialement (Jin et al. 2008, Cui and Graf 2009, Åkerman and Johansson 2008; Harris et al. 2009).

    La température se refroidit selon vous? En fait, le climat est resté stable depuis 1998, malgré deux facteurs qui auraient du réduire grandement la température. Une recrudescence importante du phénomène La Nina a fait ressurgir des masses d'eau froide des profondeurs océaniques en 1999 et en 2007, et les fluctuations solaires sont en décroissance depuis 1980. Ces deux phénomènes combinés auraient du faire diminuer la température grandement, ce qui ne fut pas le cas. Ces phénomènes sont cycliques, et on peut s'attendre que d'ici la fin de l'année, la température moyenne pour 2009 dépassera 1998. Et même en comptant ces phénomènes refroidissants, TOUTES les années après 1999 furent dans le top 10 des années les plus chaudes depuis l'avènement de l'instrumentation de mesure météorologique, et ceci inclus 2005, l'année la plus chaude à date.

  • Maïte Verreault - Inscrite 30 novembre 2009 22 h 26

    Aux dignitaires qui prévoyaient se rendre aux sommets G8 et G8 2010 au Canada et à propos de la propagande

    Je crois que les dignitaires des sommets G8 et G20 devraient boycotter ces conférences pour envoyer un message clair à notre gouvernement qui a les yeux et les oreilles bien trop bouchés par son obstination à nier l'existence des changements climatiques causés par l'action humaine.

    Une propagande est généralement répandue par un groupe au pouvoir pour 1-augmenter leur revenu ou en éviter la décroissance, 2- éviter les conflits ou le mécontentement, 3-créer une cohésion et une stabilité sociale. Si l'hypothèse d'un changement climatique était vraiment une propagande, on se demande bien dans quel but elle aurait été créée. Elle ne ferait en fait que causer l'inverse de ce qu'on attend de toute bonne propagande...