Face au sexisme, il faut revoir l’éducation des garçons

Les jeunes pousses masculines sont loin d’être épargnées par les clichés sexistes qui peuvent contaminer leurs relations avec le sexe opposé, mais aussi nuire à leur épanouissement.
Photo: iStock Les jeunes pousses masculines sont loin d’être épargnées par les clichés sexistes qui peuvent contaminer leurs relations avec le sexe opposé, mais aussi nuire à leur épanouissement.

Alors qu’on encourage les fillettes à tordre le cou aux préjugés, les petits garçons sont maintenus dans de vieux schémas virils. Même si, du magasin de jouets au jardin d’enfants, les pratiques commencent à changer.

Dans la récente tribune polémique de cent Françaises revendiquant le « droit d’importuner », une phrase a fait bondir les experts en « études de genre » : celle proclamant qu’il fallait « éduquer les filles […] de sorte qu’elles soient suffisamment informées et conscientes pour pouvoir vivre pleinement leur vie sans se laisser intimider ni culpabiliser ».

 

Outre le fait que bien des parents n’ont pas attendu ce texte pour lire aux fillettes Le petit chaperon rouge, qui les met en garde contre le grand méchant loup depuis des siècles, cette saillie laisse surtout « croire que le problème serait les filles, alors qu’elles sont la cible de différentes formes de sexisme », estime Caroline Dayer, sociologue des genres et experte en prévention des violences et discriminations pour le canton de Genève. Pire, selon elle, cette sentence oblitère l’enjeu majeur que représente l’éducation des garçons dans les questions d’égalité.

 

Car les jeunes pousses masculines sont loin d’être épargnées par les clichés sexistes qui peuvent contaminer leurs relations avec le sexe opposé, mais aussi nuire à leur épanouissement. Les clivages commencent même dès le berceau puisque, selon des études, l’interprétation des pleurs des bébés n’est pas toujours identique : aux larmes des nourrissons féminins sera associée la peur, à celles des bébés masculins, la colère… et donc moins tolérées.

 

Garçonnets discriminés

 

Pour s’en convaincre, les enseignants d’une école maternelle suédoise se sont filmés plusieurs jours dans leur travail. Ils ont découvert que, même au pays de la parité chevillée aux lois (la Suède est 4e au rang du classement mondial Global Gender Gap), ils n’avaient pas la même attitude envers les deux sexes, réclamant plus souvent aux fillettes la sagesse, et consolant moins les garçonnets. L’école a adopté plusieurs solutions radicales pour rétablir l’équilibre, notamment en bannissant les termes « fille » et « garçon » au profit du pronom neutre « hen », qui existe dans la langue suédoise.

 

« Nous essayons d’enlever les barrières qui empêchent les garçons et les filles de faire ce qu’ils et elles veulent, afin que les enfants aient les mêmes chances de sentir et de s’exprimer », clame la directrice, Lotta Rajalin, qui donne aussi des TED Talks sur les bienfaits de l’éducation neutre. D’autant que les enfants repèrent tôt les différences de comportements, comme le souligne Caroline Dayer : « Dès 3 ans, ils ont conscience que les adultes ont généralement des conduites différentes en fonction du sexe assigné, et les pratiques genrées vont encourager les enfants à investir certaines activités et à développer davantage certaines compétences. Par exemple, les filles sont plutôt incitées à travailler le langage, les relations et la gestion des émotions, mais aussi à être dociles. Les garçons sont davantage incités à l’exploration, à l’autonomie, à la transgression et à l’affirmation de soi, mais sont moins bien outillés pour la gestion des émotions… »

 

12 ans, l’âge des clichés

 

Et dès 10-12 ans, selon cette fois une étude codirigée par l’OMS à travers le monde, les clichés selon lesquels les filles seraient naturellement plus passives et les garçons physiquement plus forts et indépendants sont intégrés, ce qui « fait courir un grand risque aux filles de quitter l’école précocement, de subir des violences physiques ou sexuelles, et peut pousser les garçons à se montrer violents ou à consommer des drogues », conclut l’enquête.

 

L’inégale répartition des tâches domestiques et des rémunérations s’immisce même au royaume des bambins, puisque les filles de 10 à 17 ans consacrent deux heures hebdomadaires de plus que les garçons aux corvées ménagères, tandis que ceux-ci sont 15 % plus susceptibles d’être payés quand ils font ces mêmes tâches, d’après une enquête de l’Université du Michigan. Le sexisme du marché du jouet, qui n’a cessé de développer des mini-aspirateurs roses et des figurines de superhéros agressifs, n’arrange rien, même si certains distributeurs, tels les hypermarchés Super U, commencent à rétropédaler en publiant des catalogues dégenrés. Il faut dire que bien des parents, associations et mouvements ont grogné.

 

Idéal masculin

 

Mais il semble que l’encouragement à s’affranchir des clichés soit plus prégnant du côté de l’éducation des filles… En juin dernier, à l’occasion d’un article intitulé « Comment élever un fils féministe ? », le New York Times soulignait la persistance d’une construction du masculin toujours imbibée de compétition et d’intériorisation des émotions.

Nous sommes à présent plus susceptibles de dire à nos filles qu’elles peuvent être tout ce qu’elles veulent — une astronaute et une mère, un garçon manqué et une fille girly. Mais nous ne faisons pas la même chose avec nos fils […] on les décourage d’avoir des intérêts qui sont toujours considérés comme féminins. On leur dit d’être durs à tout prix, ou alors de réduire leur prétendue énergie de garçon.


 Ce que confirme une étude du Pew Research Center sur les activités enfantines. Car si 77 % des sondés se disent favorables à encourager les fillettes à s’approprier les activités « de garçon », ils ne sont que 64 % à estimer qu’il est bon de faire l’inverse.

77 %
Il s’agit du pourcentage des parents qui encouragent les fillettes à s’approprier les activités « de garçon ». Ils ne sont que 64 % à estimer qu’il est bon de faire l’inverse, selon un sondage du Pew Research Center.

« Les coûts de la transgression ne sont pas les mêmes : une fille qui joue au foot se fera moins railler qu’un garçon qui fait de la danse, en raison de la valorisation de ce qui est considéré comme masculin », confirme Caroline Dayer. Mais la sociologue du CNRS Christine Castelain Meunier, spécialiste des genres, qui termine actuellement un essai sur l’éducation des enfants (Filles, garçons, repenser la mixité dans l’éducation, à paraître en mai chez Albin Michel) constate ces temps-ci « une légère tendance à survaloriser les filles, encouragées à se dépasser, alors qu’on renvoie toujours au garçon rêveur qu’il est mou. À l’école ou dans les familles, la nature des punitions est également plus dure à l’égard des garçons, et la société peut leur infliger pas mal de clichés pas marrants : qu’ils seraient plus désordonnés, moins bons à l’école, têtes en l’air, violents, bref, que ce n’est pas drôle d’éduquer un garçon. Et cela n’encourage pas vraiment au respect de soi-même. »

 

Ou des autres. La tribune française au nom du « droit d’importuner » distillait d’ailleurs, au passage, un certain mépris des garçons en leur prêtant de fait un instinct de chasse. Auquel l’écrivaine Leïla Slimani a répondu dans sa propre tribune : « Mon fils sera, je l’espère, un homme libre. Libre non pas d’importuner, mais libre de se définir autrement que comme un prédateur habité par des pulsions incontrôlables. »

 

77 % des parents encouragent les fillettes à s’approprier les activités « de garçon », ils ne sont que 64 % à estimer qu’il est bon de faire l’inverse, selon un sondage du Pew Research Center.

« On ne naît pas sexiste, on le devient »

Sébastien Chauvin, sociologue des genres à l’Université de Lausanne, revient sur l’enjeu de l’éducation des garçons pour abolir les clichés.

En quoi l’éducation des garçons peut-elle éviter des mouvements comme #MeToo ?

Une des grandes raisons du sexisme dénoncé par #MeToo est que les hommes sont longtemps restés dans des clubs d’hommes : des univers masculins ségrégués dans lesquels on apprend à mépriser le féminin. C’est d’ailleurs ce qui vient d’arriver en Angleterre, avec la soirée caritative ne regroupant que des hommes de l’élite économique, où les participants ont harcelé les hôtesses, notamment par des attouchements. Mais on ne naît pas sexiste, on le devient. À un jeune âge, filles et garçons sont très ouverts, et une partie des comportements sexistes est le produit de l’absence de modèles masculins pluriels, avec une persistance du modèle de l’homme dominant, viril, opposé à l’homme faible ou associé au féminin. Mais dès qu’on grandit dans des univers éducatifs mixtes, avec des jeux et interactions mixtes, on est notamment moins susceptible d’acquérir une notion de la sexualité comme une prise de pouvoir asymétrique sur autrui.

L’éducation des garçons à l’égalité est-elle à la traîne par rapport à celle des filles ?

L’éducation à l’égalité de genre s’est d’abord focalisée sur l’empowerment des filles. Par exemple, la journée « Oser tous les métiers » (en Suisse), qui permet aux enfants de découvrir des métiers hors de tout cliché sexiste, fut d’abord la « journée des filles », durant laquelle on leur faisait découvrir le métier de leur père, des métiers « masculins ». La prise de conscience qu’il fallait aussi montrer aux garçons des métiers « féminins » a été plus tardive. C’est une entreprise plus difficile, car le masculin se construit encore beaucoup dans le rejet du féminin. Pour les petits garçons, le féminin est « contagieux », alors que ce n’est pas le cas pour le masculin auprès des filles.

C’est-à-dire ?

Les parents offrent par exemple plus d’albums avec des héros masculins à leur fille que l’inverse. L’éventail vestimentaire est également plus large pour les filles que pour les garçons, où certaines couleurs demeurent taboues. Les parents se montrent aussi plus réticents à offrir une poupée Wonder Woman à un fils qu’un Batman à une fille. Même quand on se croit moderne, on se demande ce que penseront les voisins, les amis… On ose toujours moins enfreindre les normes de genre pour un fils, avec la crainte confuse qu’il devienne « efféminé » ou qu’il pratique plus tard une sexualité redoutée. Et pourtant, les études démontrent une capacité des garçons à jouer avec des « jeux de fille » beaucoup plus grande que ce qui est fait. Mais là aussi, ils le font moins devant d’autres garçons, il y a une censure par les pairs. Et plus on introduit de la mixité, moins cela est vrai. Le sexisme vient aussi de la croyance qu’il n’y a pas d’autre façon possible d’être un garçon…