L’ASSE est au bord de l’implosion

Cette association considérée comme la plus radicale du mouvement étudiant a été aux premières loges des manifestations du printemps 2012.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Cette association considérée comme la plus radicale du mouvement étudiant a été aux premières loges des manifestations du printemps 2012.

Le regroupement étudiant le plus militant du Québec est au bord de l’éclatement. L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE), qui a connu son heure de gloire au printemps 2012, fait face à une tentative de dissolution pure et simple qui sera débattue en congrès le mois prochain.

Selon ce que Le Devoir a appris, la crise interne qui déchire l’ASSE depuis au moins trois ans a atteint un point critique. Sept des huit postes de l’exécutif sont vacants, les associations étudiantes locales sont démobilisées — certaines ont cessé de payer leurs cotisations — et de « graves questionnements » planent sur l’état des finances du mouvement.

« L’ASSE est sur un respirateur artificiel », dit un membre influent de l’association étudiante, qui a demandé à ce qu’on préserve son anonymat. « Le navire flotte toujours, mais il est à la dérive. »

La fronde visant à dissoudre l’ASSE vient de l’Association étudiante du cégep de Sherbrooke (AECS), qui avait tenté en vain de mettre ce point à l’ordre du jour au dernier congrès, en avril 2017. L’avis de motion était arrivé trop tard pour faire partie des discussions. Cette fois, le démembrement figure bel et bien au menu du congrès prévu à la fin du mois de février, confirme François Desroches, seul membre de l’exécutif de l’ASSE toujours en poste.

« Si les délégués votent pour la dissolution, on devra dissoudre l’ASSE », dit-il sans détour. Les membres devraient alors décider s’ils gardent les bases de leur mouvement et repartent sous un autre nom, s’ils fondent une tout autre organisation ou s’ils rejoignent une association existante.

« L’ASSE est une structure en perpétuel changement, dit François Desroches. Il est vrai que, comparativement à l’année 2012, l’ASSE n’est pas au meilleur de sa forme. Mais il y a déjà eu pire. »

Lent déclin

Cette association considérée comme la plus radicale du mouvement étudiant a été aux premières loges des manifestations du printemps 2012 contre la hausse des droits de scolarité. Gabriel Nadeau-Dubois, député de Québec solidaire, était alors porte-parole de l’ASSE (qui s’appelait la CLASSE — Coalition large de l’ASSE).

Depuis ce printemps chaud d’il y a six ans, l’ASSE n’a fait que péricliter. Le mouvement cherche en vain une cause rassembleuse. Il a échoué au printemps 2015 à lancer une lutte contre l’austérité. Et ses appels à la mobilisation contre les violences faites aux femmes sont venus bien tardivement, selon des membres.

L’ASSE a déjà compté 80 000 membres issus de 43 associations locales dans les cégeps et les universités. Elle affirme avoir à l’heure actuelle entre 60 000 et 70 000 membres dans 35 associations étudiantes. Une autre source a estimé le nombre de membres à 40 000. Chose certaine, la tendance est à la baisse. Ou même à l’hémorragie.

« On avait l’impression que les élections provinciales qui s’en viennent rapidement motiveraient les membres, mais il y a un désinvestissement général des associations locales. Il n’y a pas beaucoup de mobilisation », dit Fannie Achard, coordonnatrice de l’Association des étudiants en philosophie de l’Université de Montréal (ADEPUM), affiliée à l’ASSE.

Électrochoc

Les 35 associations locales membres de l’ASSE votent ces jours-ci sur le maintien ou le rejet de leur lien avec le regroupement. L’ADEPUM a voté la semaine dernière pour rester affiliée à l’ASSE. D’autres, dont le nombre reste à préciser, ont voté pour rompre leur lien avec elle.

« Le véhicule politique de l’ASSE ne correspond plus à nos attentes. Il faut donner un électrochoc pour repartir du bon pied », dit une source au sein de l’Association étudiante du cégep de Sherbrooke.

La liste des insatisfactions envers l’ASSE s’allonge sans cesse, selon cette source. Manque de dynamisme, démobilisation, gestion opaque, rivalités entre Montréal et les régions, puis entre les associations issues des cégeps et celles des universités…

On dénonce aussi la « lourdeur des prises de décision », qui nécessitent des débats à n’en plus finir sur des questions obscures. La démocratie si chère au mouvement peut mener à une forme de paralysie.

Le cégep de Sherbrooke et son association étudiante ont ainsi conçu le programme Ni viande ni objet, pour lutter contre les violences sexuelles, bien avant la prise de position officielle de l’ASSE à ce sujet, note un étudiant.

Contester ou proposer

« À quoi sert l’ASSE ? Est-ce qu’on doit se confiner à la rue ? Les autres associations font de la recherche et prennent position rapidement sur des questions de fond, comme l’endettement étudiant ou le financement de l’enseignement supérieur et de la recherche », dit une source.

Au cours des dernières années, des membres dissidents de l’ASSE ont ainsi mis en place un autre type de mouvement : les comités unitaires pour le travail étudiant (CUTE), qui militent pour la rémunération des stages et réfléchissent à l’endettement étudiant. Sans faire de bruit, ces comités donnent des résultats sur le terrain, indique-t-on.

François Desroches, de l’ASSE, affirme que lui et son équipe ont pris bonne note des lacunes : « Les critiques ne sont pas tombées dans l’oreille de sourds. » L’ASSE prépare une manifestation contre les violences sexuelles pour la Journée des femmes, le 8 mars ; des rapports financiers seront produits chaque mois ; et le site Web, abandonné depuis près d’un an, sera relancé.

Fait à noter, l’ASSE croit tellement à la démocratie et à la souveraineté de ses associations membres qu’elle ne mène même pas campagne pour sa survie. « Ça peut paraître bizarre, mais l’ASSE n’a pas de point de vue sur sa propre dissolution, dit François Desroches. Les associations étudiantes vont en débattre sur le terrain. Je ne peux pas dire aux associations : “Votez de telle ou telle manière.” »

Composition du mouvement étudiant au Québec

Union étudiante du Québec 79 000 membres

Fédération étudiante collégiale du Québec 68 000 membres

Association pour une solidarité syndicale étudiante Entre 60 000 et 70 000 membres

Coalition régionale des associations étudiantes de la Capitale-Nationale 20 000 membres