Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Jeunesse au Soleil devra se chercher un nouveau toit

    La CSDM, en manque d’écoles, va récupérer l’édifice qu’elle loue à l’organisme

    13 décembre 2017 |Marco Fortier | Éducation
    Jeunesse au Soleil devra quitter l’édifice qu’elle occupe depuis 1981, à l’angle des rues Rachel et Saint-Urbain.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Jeunesse au Soleil devra quitter l’édifice qu’elle occupe depuis 1981, à l’angle des rues Rachel et Saint-Urbain.

    L’organisme Jeunesse au Soleil, véritable institution pour les personnes démunies, est sur le point de perdre le bâtiment qu’il occupe depuis plus de trois décennies sur le Plateau Mont-Royal.

     

    La Commission scolaire de Montréal (CSDM), propriétaire de l’édifice, compte reprendre le bâtiment dans le but de reloger temporairement les élèves de l’école FACE, qui a besoin de rénovations de plus de 100 millions de dollars. Selon ce que Le Devoir a appris, les commissaires de la CSDM doivent entériner la semaine prochaine, le 20 décembre, la décision de mettre fin au bail de Jeunesse au Soleil.

     

    Il s’agit d’un coup dur pour cette organisation ayant pignon sur rue depuis 1954 (et depuis 1981 à l’adresse actuelle), qui offre une multitude de services à des milliers de familles. Paniers de nourriture, fournitures scolaires, équipes sportives, camps de jour, aide au logement, distribution de vêtements d’hiver : le bâtiment situé à l’angle des rues Rachel et Saint-Urbain est un véritable havre pour les familles démunies, souvent immigrantes, de l’île de Montréal.

     

    L’organisme cherche une nouvelle adresse dans le même secteur du Plateau Mont-Royal, confirme Ernie Rosa, directeur de la gestion immobilière chez Jeunesse au Soleil. « C’est un défi pour nous de trouver un nouveau bâtiment, mais on est sûrs qu’on va réussir avec nos partenaires », dit-il au Devoir.

     

    Pour le moment, Jeunesse au Soleil est bien embêté, car les locaux de cette ampleur — 100 000 pieds carrés sur trois étages — sont rares dans le coin. Surtout les bâtiments où il y a un gymnase, incontournable pour les activités sportives.

     

    Les écoles débordent

     

    La présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, confirme que la commission scolaire a besoin de reprendre le bâtiment pour y aménager des classes. Le relogement temporaire d’élèves de l’école FACE est un des scénarios envisagés, mais la décision définitive n’est pas prise, indique-t-elle.

     

    « On est encore en période de consultation. Le plan triennal [de répartition et de destination des immeubles] sera adopté le 20 décembre », dit Mme Harel Bourdon.

     

    « C’est sûr que nos besoins en locaux pour des classes sont très grands dans tous les quartiers. C’est un bâtiment bien situé qui va pouvoir nous aider », explique-t-elle.

     

    La CSDM prévoit d’accueillir au moins 1000 élèves de plus par année pour les cinq prochaines années. Pour cette raison, la commission scolaire a décidé de reprendre une série de bâtiments qu’elle louait à des groupes communautaires pour les reconvertir en écoles.

     

    Catherine Harel Bourdon dit être consciente de la mission essentielle de Jeunesse au Soleil, mais rappelle que la CSDM joue aussi un rôle crucial — éduquer les enfants. Et pour ça, il faut des écoles.

     

    « Nous devons reprendre des bâtiments qui nous appartiennent pour loger des classes, on ne peut plus agrandir nos écoles par en dedans. Nos partenaires, la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, doivent aussi faire leur part. Il y a des besoins en développement communautaire et social à Montréal », dit-elle.

     

    Catherine Harel Bourdon estime que le bail de Jeunesse au Soleil est susceptible de prendre fin au cours des 18 à 36 prochains mois, si les commissaires de la CSDM décident la semaine prochaine de reprendre le bâtiment — ce qui semble probable étant donné que le parti de la présidente détient la majorité des sièges au conseil.

     

    Locaux recherchés

     

    Jeunesse au Soleil compte proposer à la CSDM de partager ses locaux actuels avec les élèves. Le gymnase, par exemple, pourrait servir aux élèves le jour et aux clients de Jeunesse au Soleil le soir et les fins de semaine, estime Ernie Rosa.

     

    Catherine Harel Bourdon exclut cette possibilité, parce que la CSDM a besoin d’occuper tout le bâtiment. L’école FACE, par exemple, accueille 1400 élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire. Il faudra recaser une bonne partie de ces élèves durant les importants travaux de rénovation prévus au cours des prochains mois (dont l’échéancier reste à déterminer), explique-t-elle.

     

    « On ne pourra pas faire tous les travaux en cohabitation avec les 1400 élèves, dit-elle. Ça ne nécessitera pas nécessairement un relogement complet des élèves, ça peut être partiel aussi. »

     

    Jeunesse au Soleil lorgne aussi l’Hôtel-Dieu, situé à deux pas du bâtiment actuel, qui vient de fermer ses portes pour déménager dans le nouveau CHUM. Des groupes communautaires se mobilisent pour aménager dans l’ancien hôpital. « On pourrait travailler avec les groupes communautaires. Il y a de l’espace pour construire un gymnase dans le stationnement. Il n’y aurait rien à démolir, ça serait l’idéal », dit Ernie Rosa.

     

    Le cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, dit être « en réflexion » au sujet du déménagement à l’Hôtel-Dieu souhaité par Jeunesse au Soleil et d’autres groupes communautaires. « L’avenir de l’Hôtel-Dieu n’est pas encore déterminé », souligne Catherine W. Audet, attachée de presse du ministre.

    Interpellé par Le Devoir, le cabinet de la mairesse, Valérie Plante, n'a pas été en mesure de réagir au déménagement possible de Jeunesse au Soleil, mardi. 













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.