Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Libre opinion

    Face à la ségrégation scolaire: oser choisir le bien commun

    9 septembre 2017 | Anne-Marie Boucher - Parente de Montréal | Éducation
    «L’arrivée au secondaire sera l’occasion d’un grand tri entre les élèves, entre ceux qui ne peuvent pas et ceux qui peuvent», raconte l'auteure.
    Photo: Martin Bureau Agence France-Presse «L’arrivée au secondaire sera l’occasion d’un grand tri entre les élèves, entre ceux qui ne peuvent pas et ceux qui peuvent», raconte l'auteure.

    Septembre 2017, avenue Pie-IX, 7 h 35. Le chemin vers l’école se fait avec mon plus grand, qui s’en va sur ses 10 ans. Léon, qu’il s’appelle, la casquette vissée sur la tête, le sac à dos deux fois plus gros que son corps pas pressé de grandir. Chemin faisant, les yeux pleins du soleil du matin, je demande à Léon : « Dis-moi donc, Léon, s’il existait un système avec deux écoles, la première, ben ordinaire, avec des profs un peu fatigués, pas beaucoup de sorties, et qu’on y mettait les enfants plus pauvres, et la seconde, avec des profs très passionnés, des sorties, des cours spéciaux, et qu’on y mettait les enfants les plus riches… qu’est-ce que t’en dirais ? » Léon réagit prestement : « Ce serait pas juste, maman, que les enfants les plus pauvres n’aient pas une aussi bonne école ! » Je marque une pause et le relance : « Bon d’accord, c’est peut-être injuste… mais disons qu’on changerait le modèle, la première école accueillerait les élèves qui ont, disons, plus de difficulté, et l’autre, les élèves qui ont de la facilité et qui… » Léon m’arrête avant que j’aie le temps de finir : « Même chose, maman, c’est injuste ! » […]

     

    Mon fils fréquente une école publique « normale » d’Hochelaga-Maisonneuve, partageant sa classe avec des filles d’universitaires, des fils de comptables, de coiffeuses, de serveuses. Bientôt, ces enfants qui partagent leurs jeux, leurs histoires et leurs bancs de classe migreront vers un univers que Léon n’imagine pas encore. L’arrivée au secondaire sera l’occasion d’un grand tri entre les élèves, entre ceux qui ne peuvent pas et ceux qui peuvent, peuvent réussir des tests de classement, peuvent payer les frais d’inscription, peuvent débourser ce qu’il faut pour un iPad, etc. Et le Léon, comprendra-t-il ? Lui qui n’a pas lu, comme l’a fait sa mère lors de sa maîtrise en sociologie, d’innombrables études afin de comprendre comment on en était collectivement arrivés à voir la ségrégation scolaire comme faisant école…

     

    Inégalités de naissance

     

    Or, la sociologie scolaire a démontré que, plutôt que de favoriser l’égalité des chances, l’école québécoise ne fait que cautionner et blanchir les inégalités de naissance. La montée en douce de la ségrégation scolaire, phénomène bien documenté, vient accélérer ce creusement des inégalités entre les enfants. Dans ce contexte de différenciation croissante entre les établissements, les parents se heurtent au monde de la compétition : soit ils optent pour le cheminement « régulier », qui n’a plus rien à voir avec la classe ordinaire des années 80, soit ils contournent l’école ordinaire et envoient leurs enfants dans un projet particulier sélectif ou dans une école privée subventionnée.

     

    Dans quelques années, la question se posera chez moi. Mais vais-je sacrifier Léon ? Vais-je l’abandonner dans les affres du parcours scolaire « normal » ? Parce que c’est bien la question que l’inertie collective nous oblige à poser, désormais… Ton fils est « doué », tu vas l’envoyer où ? Et la voilà, l’école du libre-choix. Les parents ont certes le choix, mais ils n’ont jamais vraiment choisi. Jamais choisi un système scolaire caractérisé par une ségrégation croissante, jamais choisi que les écoles publiques soient délaissées par les parents de classe moyenne, jamais choisi ce déni de solidarité, jamais choisi la loi du plus fort. Et même si on n’a pas choisi, on choisit de sacrifier le bien commun au nom du meilleur pour notre enfant.

     

    Alors que le Conseil supérieur de l’éducation ou le rapport définitif des derniers États généraux de l’éducation ont fait état de fortes préoccupations quant à l’impact de la ségrégation scolaire sur la réussite globale et la persévérance des élèves québécois, ce glissement se poursuit sans que notre ministère de l’Éducation agisse, alors que cette situation ne peut avoir comme dénouement qu’une décision politique, raisonnable et courageuse. À ce propos, le mouvement L’école ensemble, mené par des parents québécois, fait état d’une proposition viable, claire et intelligible sur laquelle le gouvernement actuel devra tôt ou tard se prononcer.

     

    Et Léon, qui aura bientôt 12 ans, les atteindra sans savoir que des gouvernements successifs auraient pu enrayer ce phénomène mortifère pour nos écoles, sans se rappeler peut-être son réflexe originel à ma question, soit celui de trouver cette situation injuste… Se retrouvera-t-il lui aussi dans ce système à deux vitesses ? J’ose espérer que notre gouvernement agira d’ici là.

     

    Ou alors, comme les autres parents, je rentrerai les épaules, me pincerai le nez et inscrirai mon fils dans un programme particulier qui n’est pas si élitiste, puis je remarquerai peut-être que les petits Hayden et Kelly-Ann ne fréquentent plus la même classe que mon fils. Je m’adapterai, parce que c’est ce que nous tentons de faire. Je me dirai que c’est comme ça, que je ne peux pas sacrifier mon fils, peut-être même en me réjouissant que mon fils ait de si charmants camarades de classe. Je cultiverai cet art discret auquel semble nous inviter l’actuel gouvernement, soit celui de baisser les bras et de détourner le regard.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.