Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Visite guidée dans des écoles surpeuplées de la CSDM

    «Agrandir par en dedans» n’est pas sans conséquences. C’est ainsi qu’à l’école Marc-Favreau, la bibliothèque s’est retrouvée dans le corridor !

    2 septembre 2017 |Marco Fortier | Éducation
    La bibliothèque de l’école Marc-Favreau, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, a déménagé dans un couloir.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La bibliothèque de l’école Marc-Favreau, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, a déménagé dans un couloir.

    L’école Marc-Favreau est tellement bondée qu’elle a sacrifié sa bibliothèque, son local de musique et son grand local de service de garde pour y aménager des salles de classe. Elle doit maintenant éliminer la moitié de son stationnement pour agrandir la cour de récréation.

     

    Une ancienne douche transformée en local de rangement sert de lieu de rencontre pour l’orthopédagogue, l’orthophoniste et la psychoéducatrice de l’école. Quand la douche n’est pas disponible, le directeur prête son bureau pour les rencontres avec les élèves.

     

    Comble de l’ironie, cette école du quartier Notre-Dame-de-Grâce a perdu l’accès à un vaste terrain voisin qui servait de cour de récréation informelle : la Commission scolaire English Montreal, qui possède le terrain, l’a repris pour construire… une école. En plus du manque d’espace, les élèves et le personnel de l’école Marc-Favreau doivent endurer les bruits et la poussière du chantier de construction situé juste à côté.

     

    Comme si ce n’était pas assez, la Ville de Montréal a entrepris, en cette semaine de rentrée scolaire, de reconstruire la rue — juste devant l’école — qui est partiellement bloquée par une rangée de cônes orange.

     

    « J’ai étudié en histoire. Ça me fait penser au siège de l’île de Malte par les Turcs en 1565 », dit Éric Dion, directeur de l’école Marc-Favreau, en nous faisant une visite guidée de l’établissement de 525 élèves. Un bruit de marteaux-piqueurs, venu des chantiers à l’avant et à l’arrière du bâtiment, se mêle à ses paroles.

     

    Cette école n’est pas une exception : les établissements de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) sont bondés. Le taux d’occupation des écoles s’élève entre 100 % et 200 % dans certains quartiers, notamment dans l’ouest de Montréal, dans le nord (Ahuntsic) et dans le centre (Rosemont), a confirmé la présidente Catherine Harel Bourdon. Ce sont de bonnes écoles. Le personnel est dévoué. Les élèves sont heureux. Ils réussissent bien. Mais dans des conditions parfois pénibles.

     

    La CSDM a accueilli cette semaine 1200 élèves de plus que l’an dernier. Les prévisions sont de 1000 élèves supplémentaires par année jusqu’en 2021-2022.

     

    Le ministère de l’Éducation a donné le feu vert au réaménagement ou à l’agrandissement de sept écoles de la CSDM cette année, dont l’école secondaire La Voie. La plus grande commission scolaire du Québec vient d’envoyer une nouvelle liste d’une douzaine de projets jugés cruciaux pour l’an prochain.

     

    Dur pour le moral

     

    Ces grands projets ne changeront rien à l’école Marc-Favreau : il n’y a pas de place pour agrandir. Impossible non plus d’ajouter un étage ; le bâtiment de 1956 n’est pas conçu pour ça. La population du quartier augmente quand même. Cette semaine, l’école Marc-Favreau accueille 50 élèves de plus qu’en juin dernier.

    La fondation de l'école nous a fourni 15 djembés, mais on ne pourra pas les utiliser, il faut respecter le travail des autres classes
    Catherine Ouellet, professeire de musique
    Le directeur n’a pas eu le choix : il a « agrandi par en dedans », pour reprendre les mots de Catherine Harel Bourdon. Il a transformé le local de musique en salle de classe. Ça veut dire que les cours de musique se donnent désormais dans les classes ordinaires. Ça fait du bruit, 20 élèves qui jouent de la flûte, du xylophone ou du djembé en même temps…
     

    « La fondation de l’école nous a fourni 15 djembés, mais on ne pourra pas les utiliser, il faut respecter le travail des autres classes autour », dit Catherine Ouellet, professeure de musique. Faute de local, le piano, lui, a été placé dans le salon des professeurs. Aucun élève ne peut l’utiliser.

     

    La « bibliothèque » se trouve désormais dans un couloir. Les enfants n’ont plus de place pour s’asseoir tranquilles et lire un livre. Ils passent parfois la journée complète dans leur classe, du matin au soir, y compris pour le dîner et le temps passé en service de garde — les jours de mauvais temps, du moins.

     

    « Je commence à entendre des parents qui croient à l’école publique mais qui disent : jusqu’où je vais accepter cette situation-là ? Si je payais 4000 $ pour aller au privé, il n’y en aurait pas, de problème d’espace. Il y aurait une bibliothèque. Chaque spécialiste aurait son local pour rencontrer les enfants », dit Éric Dion.

     

    « Des fois, j’ai aussi peur de perdre des profs. Ils ont une école surpeuplée, ils perdent de l’espace de stationnement. Le moral est bon en ce moment, mais à quel prix ? »

     

    Deux écoles côte à côte

     

    À l’autre bout de la ville, rue Parthenais, le directeur de l’école Saints-Martyrs-Canadiens vit le même dilemme. Cette école primaire du quartier Ahuntsic est tellement bondée que le ministère de l’Éducation a autorisé la construction d’une autre école juste à côté, dans la cour de récréation ! Le chantier a débuté en janvier dernier.

     

    En attendant l’inauguration du nouvel édifice, prévue dans un an, une annexe préfabriquée héberge six classes (quatre maternelles et deux de sixième année) dans la cour d’une ancienne école, à un coin de rue du bâtiment principal.

    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Une annexe préfabriquée héberge six classes de l’école Saints-Martyrs-Canadiens, dans le quartier Ahuntsic.
     

    Comme dans bien des écoles surpeuplées, il n’y a plus ici de local de musique ou de bibliothèque. Les livres de la bibliothèque ont été distribués dans toutes les salles de classe. Avant d’être éliminée, la bibliothèque a déménagé six fois en six ans, entre l’annexe et l’édifice principal.

     

    « Le nouveau bâtiment va nous permettre de respirer. On aura enfin une bibliothèque, un deuxième gymnase, un local de musique, un local double pour le service de garde et 14 salles de classe », dit Christian Lacombe, directeur de l’école Saints-Martyrs-Canadiens.

     

    Il ne se fait quand même pas d’illusions : le nord de Montréal connaît une telle croissance démographique que la vocation des nouveaux locaux risque d’être de courte durée, selon lui. Deux écoles d’Ahuntsic, Louis-Colin et La Visitation, ont été agrandies au cours des dernières années. Elles avaient de magnifiques locaux pour le service de garde, les cours d’anglais ou d’arts plastiques… qui ont été démantelés pour faire place à des salles de classe.

     

    « On s’en sort quand même bien, dit Christian Lacombe. On réussit à donner les services essentiels aux élèves. On n’a personne qui travaille dans un garde-robe. Mais l’intimité manque pour travailler. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.