Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Ordre professionnel des enseignants

    Une proposition possiblement contraire à l’intérêt des élèves

    12 août 2017 | Antoine Baby - Sociologue et professeur émérite de l’Université Laval | Éducation
    «Le jour où l’éducation sera une véritable priorité nationale au Québec, les enseignants auront enfin la considération qu’ils méritent», écrit Antoine Baby.
    Photo: iStock «Le jour où l’éducation sera une véritable priorité nationale au Québec, les enseignants auront enfin la considération qu’ils méritent», écrit Antoine Baby.

    La Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec se propose de relancer le débat sur l’institution d’un ordre professionnel pour les enseignants. C’est à croire que les jeunes libéraux ont reçu le mandat de créer des écrans de fumée et d’effectuer des manoeuvres de diversion pour occulter le désengagement du Parti libéral des « vraies affaires » en éducation.

     

    Leur position est que l’ordre professionnel permettrait de « valoriser la profession enseignante » et de la faire reconnaître comme « une profession noble ». Ils tiennent aussi pour acquis qu’à la différence du syndicat, l’ordre a pour mission « d’assurer la protection du public », en l’occurrence les élèves, dont ils mettent, a priori et sans argumentation, les intérêts en opposition avec ceux des enseignants et des enseignantes, ce qui reste à démontrer.

     

    Cette façon simpliste de présenter les présumés avantages d’un ordre professionnel témoigne d’une méconnaissance injustifiable aussi bien du dossier des ordres professionnels que de la condition enseignante au Québec.

     

    Il est, par exemple, à la fois faux et naïf de croire et de prétendre que l’accès d’une profession au statut d’ordre professionnel lui octroie automatiquement prestige et considération sociale. Il suffit pour s’en convaincre de parcourir attentivement la liste complète des ordres au Québec ; on constate que des professions comme les acupuncteurs, les denturologistes, les ergothérapeutes, les inhalothérapeutes, les techniciens dentaires et les technologistes médicaux ont le statut d’ordre depuis des années et qu’elles ne jouissent pas pour autant de plus de prestige social.

     

    Appréciation

     

    La reconnaissance que la société est prête à accorder aux différents métiers et professions dont elle a besoin répond à des considérations beaucoup plus complexes que le simple fait de faire l’objet d’un décret gouvernemental sur recommandation d’un ordre professionnel. Elle vient de l’appréciation que la population a de l’utilité sociale estimée et du degré d’expertise nécessaire à l’exercice d’un métier.

     

    Des facteurs comme la rareté, la pénurie ou un accès très sélectif à la pratique peuvent aussi entrer en ligne de compte. Si les enseignants de la Finlande ont un statut social aussi élevé que les avocats et les médecins, ce n’est pas parce qu’ils ont un ordre professionnel, ni même parce qu’ils sont très bien rémunérés, puisque ce n’est pas le cas. C’est parce que les conditions d’accès et les exigences de formation à la pratique du métier sont si élevées qu’elles témoignent de l’importance, de l’utilité et de la considération sociales que la population est prête à accorder à celles et ceux qui ont pour mission de former la relève. Il y a là tout un contexte qui en fait une profession très recherchée. Le jour où l’éducation sera une véritable priorité nationale au Québec, les enseignants auront enfin la considération qu’ils méritent.

     

    Même chose en ce qui concerne la protection du public que l’ordre est présumé pouvoir assurer. L’affirmer sans réserve, comme le fait la Commission-Jeunesse des libéraux, c’est méconnaître dangereusement les racines historiques de l’organisation des professions chez nous et le croire relève de la pensée magique.

     

    Sur cette question, ma thèse est donc relativement simple : dans l’état actuel des choses, on n’a pas le droit de tenir pour acquis que la constitution d’un groupe professionnel en ordre est la forme d’organisation qui assure le mieux la protection du public. Il ne faut pas perdre de vue que l’origine de cette forme d’organisation des divers corps sociaux puise dans la tradition du corporatisme social, celui-là même qui a inspiré le fascisme de Mussolini.

     

    L’État s’y déleste d’une de ses prérogatives essentielles, celle de fiduciaire de l’intérêt public. Ce n’est pas par hasard que les ordres se sont d’abord appelés des « corporations professionnelles ».

     

    Dérapages

     

    Parmi les exemples récents de dérapages remettant radicalement en question la capacité d’un ordre à assurer la protection du public, on pense aux difficultés qu’éprouvent nombre de professionnels immigrants à obtenir un droit de pratique au Québec dans le cadre d’une pénurie durable, ou encore à celui qu’on a baptisé « le roi des pharmaciens », qui percevait des ristournes illégales dans une quarantaine de pharmacies dont il était actionnaire, ou même le fait que l’ordre a dû imposer des amendes de 1,6 million de dollars à 326 pharmaciens propriétaires qui avaient accepté de tels avantages. Dans tous les cas, le mal était fait quand l’ordre est intervenu !

     

    On peut aussi rappeler le cas de nombreux cabinets de dentistes de la région de Montréal qui ont été rappelés à l’ordre pour avoir confié à des gens sans formation appropriée, donc à coût moindre, des fonctions qui relevaient de leur compétence exclusive.

     

    Enfin, toujours au chapitre des difficultés d’un ordre à assurer la protection du public, on a encore en mémoire les très nombreux cas de collusion pour l’instant alléguée impliquant des membres de l’ordre des ingénieurs qui ont été portés à la connaissance du public dans le cadre de la commission Charbonneau. Aux dernières nouvelles, rien ne laissait présager de tels dérapages, de telles menaces à l’intérêt des élèves dans le système actuel de régulation de la pratique enseignante.

     

    Syndicalisme

     

    Enfin, prétendre que le syndicalisme enseignant québécois s’en tient strictement à la défense des intérêts de ses membres au détriment des intérêts du public, en l’occurrence les élèves, c’est faire preuve d’une ignorance crasse de son histoire au Québec. Il y a déjà longtemps que les syndicats en éducation incluent dans leurs revendications des éléments qui concernent autant l’amélioration des conditions de la vie scolaire des élèves que leurs propres conditions de travail. Ce qu’ils font quand ils réclament, par exemple, des ressources additionnelles, des spécialistes et des ratios moins élevés.

     

    Par ailleurs, en dehors du cadre des négociations, le syndicalisme enseignant québécois fait constamment la preuve qu’il déborde la stricte défense des intérêts de ses membres par des engagements de toutes sortes en faveur des élèves. En témoignent des initiatives comme les Cahiers de pédagogie progressiste de la CEQ, les écoles vertes Brundtland, les Centres de formation en entreprise et récupération (CFER), l’ÉcoRéussite des Hauts-Plateaux de Montmagny/l’Islet, la récente campagne de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) pour l’école publique, et quoi encore.

     

    D’où l’on voit que, dans l’état actuel des choses, il pourrait même être contraire à l’intérêt des élèves que les enseignantes et les enseignants du primaire et du secondaire se constituent en ordre professionnel.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.