Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Écoles à vocation particulière

    Les nouvelles règles d'admission jugées encore trop restrictives

    5 mai 2017 |Jessica Nadeau | Éducation
    Les trois commissaires indépendants avaient proposé, l’automne dernier, une vaste consultation sur les critères d’admission dans les écoles à vocation particulière.
    Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Les trois commissaires indépendants avaient proposé, l’automne dernier, une vaste consultation sur les critères d’admission dans les écoles à vocation particulière.

    Les changements apportés aux critères de sélection des écoles à vocation particulière à la Commission scolaire de Montréal ne sont que « cosmétiques », dénoncent trois commissaires indépendants.

     

    « On tente de donner l’impression qu’on offre plus d’inclusion, notamment pour les élèves HDAA [handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage], mais dans les faits, ça ne change rien, dénonce la commissaire Violaine Cousineau en entrevue au Devoir. Ce sont des modifications très mineures, je m’attendais à ce qu’on aille beaucoup plus loin que ça. »

     

    Selon la commissaire, qui parle au nom de ses deux autres collègues indépendants, le coeur du problème réside dans le fait que les écoles à vocation particulière maintiennent le droit de faire passer des examens d’admission.

     

    Selon elle, les méthodes de sélection par tirage au sort ou sur la base de la motivation des élèves — méthodes utilisées dans plusieurs écoles à vocation particulière — sont beaucoup plus justes et inclusives.

     

    « Je me réjouis de voir que les enfants HDAA vont pouvoir utiliser les mesures d’adaptation dont ils ont besoin pour passer les examens, ça me semble quand même la moindre des choses. Mais dans les faits, je ne vois pas ce que ça va changer. On va continuer à faire passer des examens d’admission créés par des firmes externes et on va aller chercher les meilleurs. C’est là tout le problème qui était dénoncé par le Conseil supérieur de l’éducation, et le fait de maintenir ces examens [fait en sorte qu’]on conserve un système à deux vitesses. »

     

    Consultation

     

    Les trois commissaires indépendants avaient proposé, l’automne dernier, une vaste consultation sur les critères d’admission dans les écoles. Le conseil des commissaires, présidé par Catherine Harel Bourdon, avait plutôt décidé de renvoyer cette réflexion au comité d’admission, qui a fait des propositions au comité exécutif.

     

    C’est donc en lisant Le Devoir que les commissaires ont appris jeudi matin que les règles avaient été adoptées au conseil exécutif le 2 mai.

     

    « On avait demandé une vaste consultation, on voulait une vraie réflexion pour aller en profondeur, et là, on apprend qu’ils ont adopté de nouvelles règles, comme ça, à huis clos, sans jamais même nous consulter ! » déplore Mme Cousineau.

     

    Les commissaires entendent bien revenir à la charge au prochain conseil des commissaires.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.