Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    McGill et Potter: le symptôme du déclin des universités

    28 mars 2017 | Yves Gingras - Professeur au Département d’histoire à l’UQAM | Éducation
    «On peut sérieusement s’interroger sur la qualité de la formation universitaire qu’un tel
    Photo: TravelingOtter / CC «On peut sérieusement s’interroger sur la qualité de la formation universitaire qu’un tel "professeur" peut prodiguer à ses étudiants et ses étudiantes», écrit l'auteur. 

    Au cours des derniers jours, chroniqueurs et autres commentateurs de l’air du temps se sont dépêchés de commenter la dernière actualité : le scandale provoqué par le texte d’Andrew Potter paru dans Maclean’s. La plupart ont pontifié sur la notion de « liberté universitaire » et de « liberté de parole », mais peu semblent avoir perçu que cette affaire est peut-être le symptôme d’une maladie plus grave qui commence à envahir les universités. Il faut rappeler en effet que ces institutions sont censées être des lieux de haut savoir et de recherche, et non pas des officines pour commentateurs inspirés par l’actualité fluctuante. On s’attend donc à ce que les têtes dirigeantes d’instituts de recherche soient bien des chercheurs et non des commentateurs.

     

    Malheureusement, de plus en plus à court de subventions gouvernementales permettant d’assurer une recherche rigoureuse et indépendante, les universités sont forcées de se tourner vers des bailleurs de fonds privés, « philanthropes » courtisés qui ne sont pas toujours exempts d’idéologies personnelles à propager sous un couvert universitaire.

     

    Pour les attirer, les universités cherchent donc à accroître leur « visibilité médiatique » en imitant les médias. Suite logique de cette tendance : embaucher les gens reconnus par les médias, sans se demander si leurs discours sont bien de niveau universitaire ! Un nouveau « club des ex » parvient ainsi à se doter d’un strapontin universitaire tout en continuant à faire le même métier qu’avant : commenter ab lib la politique ou la société canadienne ou étrangère.

     

    Ainsi, lors de la nomination de M. Potter à titre de directeur du McGill Institute for the Study of Canada (MISC) en janvier 2016, le communiqué de presse insistait sur le fait qu’il avait « une visibilité à l’échelle nationale comme commentateur politique et culturel », et que « sa réputation d’intellectuel en vue au Canada et son expérience de rédacteur en chef d’un grand journal sont des atouts indéniables pour diriger l’Institut ».

     

    Or, rien dans cette trajectoire, par ailleurs respectable de journaliste et « d’intellectuel », ne correspond aux habitus attendus d’un chercheur universitaire qui veut analyser avec méthode et précision un phénomène social. Tout au contraire, les habiletés de M. Potter sont bien celles d’un journaliste qui commente l’actualité au gré de ses sentiments et impressions plus ou moins fugaces.

     

    Le problème que soulève son intervention délirante n’est pas celui de la liberté d’expression — car il peut bien écrire ce qu’il veut dans les feuilles de chou de son choix —, mais bien celui que ses propos sont incompatibles avec le poste qu’il occupait : il n’était plus commentateur politique dans un journal anglophone qui doit bien faire plaisir à ses lecteurs, mais directeur d’un centre universitaire censé étudier la société canadienne, ce qui est tout à fait différent. L’erreur de jugement aura consisté à le nommer à ce poste, oubliant au passage la spécificité de la recherche universitaire, transformée en simple production « d’essais » pseudo-savants qui cachent mal des ressentiments qui relèvent davantage du domaine de la consultation psychologique que de celui de l’analyse sociologique d’une société.

     

    À ceux qui insistent sur le fait qu’il s’est « excusé », comme si cela effaçait la faute, rappelons qu’il faut plutôt expliquer un tel dérapage de la part d’un soi-disant expert de la société canadienne.

     

    Dans sa lettre de démission, publiée seulement en anglais, M. Potter affirme curieusement regretter son usage de « sloppy anecdotes, its tone, and the way it comes across as deeply critical of the entire province ». Il ajoute que cela n’était pas son intention et ne reflète pas ses opinions sur le Québec et il se dit avoir le coeur brisé (heartbroken) que la situation ait évolué de cette façon.

     

    À la lecture d’une telle lettre, on peut se demander si c’est bien lui ou son inconscient social qui a rédigé le texte paru dans Maclean’s. Quoi qu’il en soit, on peut sérieusement s’interroger sur la qualité de la formation universitaire qu’un tel « professeur » peut prodiguer à ses étudiants et ses étudiantes, alors qu’il admet lui-même ne pas contrôler sa propre écriture. Qu’aurait-on pu entendre dans une salle de classe si le tout avait été seulement oral, sachant que ce qui sort spontanément de la bouche dépasse souvent la « pensée » ?













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.