Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Réseau d’incubateurs

    L’entrepreneuriat, facteur de rapprochement

    15 octobre 2016 | Réginald Harvey - Collaboration spéciale | Éducation
    Les incubateurs servent de levier d’insertion économique pour les étudiants.
    Photo: IStock Les incubateurs servent de levier d’insertion économique pour les étudiants.
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial. 

    Le temps serait venu de tisser un réseau élargi d’incubateurs au sein de la Francophonie afin d’assurer une présence accrue des universités francophones dans le développement économique. Deux des participants à une table ronde du Colloque de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) apportent un éclairage à ce sujet.


    Carole Robert préside le C. A. de la Fondation biotechnologique pour le développement durable en Afrique (Fondation BDA) et elle a cofondé cet organisme qui veille à la coopération scientifique, à la formation des individus et à la réalisation de projets d’écoentreprises sur le continent africain. Au mois d’août dernier, la fondation signait un accord-cadre avec l’AUF.

     

    Cette entente « s’inscrit dans une volonté très claire du recteur de l’Association, Jean-Paul de Gaudemar, de mobiliser les universités dans le développement économique. On est tous placés devant le même constat : celles-ci travaillent dans une cage de verre et sont complètement déconnectées du milieu économique ».

     

    Elle en veut comme preuve l’incubateur mis sur pied par sa fondation au Congo : « À l’origine, j’aurais voulu prendre des professeurs congolais pour les amener dans mon programme, mais il était impossible de le faire, parce qu’ils ne comprenaient rien de ce que nous enseignons ; il faut qu’on les forme avant qu’ils arrivent à former nos étudiants, ce qui n’a pas d’allure. »

     

    Au fil de discussions avec l’AUF, « on a donc décidé de créer ce partenariat afin qu’à travers les opérations de la Fondation BDA, on puisse former un groupement de sept universités canadiennes et congolaises qui créent ensemble une communauté de pratiques, un transfert de compétences et un renforcement de capacités dans notre secteur spécifique d’activités ».

     

    Voilà à quoi ressemble déjà un réseau d’incubateurs servant de « levier d’insertion économique des étudiants et de création de richesses pour les territoires ».


    L’expérience française

     

    Pour sa part, Alain Asquin, premier vice-président de l’Université Jean Moulin Lyon 3, explique la nature du réseau mis en place en France : « Aujourd’hui, nous avons 29 pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat [PEPITE]. Ce sont des structures interétablissements réparties sur l’ensemble des sites d’enseignement supérieur, dont la mission est de sensibiliser les étudiants à l’entrepreneuriat et de soutenir la mise en place de modules de formation et un accompagnement des projets. »

     

    Une telle démarche a porté ses fruits : « Le succès est tel que nous proposons de la transférer à nos partenaires à l’international, notamment en prenant comme objet central les programmes d’incubation. »

     

    Dans ce but, il résume le programme à l’ordre du jour : « Nous allons en premier lieu développer un ensemble d’actions auprès des décideurs politiques de différents pays réunis au sein de la Francophonie pour leur présenter le modèle PEPITE et leur proposer un plan d’action sur la scène nationale afin de créer des conditions favorables à la diffusion de l’entrepreneuriat dans leur enseignement. »

     

    Les résultats escomptés

     

    M. Asquin mesure par la suite les retombées qu’un tel réseau serait susceptible de générer, en posant de prime abord ce constat : « Au cours de 30 dernières années, un nombre croissant d’étudiants a bénéficié d’un enseignement supérieur de qualité, mais beaucoup de jeunes diplômés ne parviennent pas à s’insérer dans le monde du travail, faute de débouchés réels. »

     

    Une fenêtre s’ouvre à eux : « Ces jeunes diplômés disposent de talents et d’un potentiel de création de valeur qui ne demandent qu’à s’exprimer. Il faut penser à de nouvelles voies d’insertion professionnelle, et l’entrepreneuriat en est une majeure. Cela correspond de surcroît à l’attente qu’ont beaucoup de ces jeunes parfois déçus de ce que les entreprises en place leur proposent et qui veulent prendre leur destin en main. »

     

    Carole Robert mesure ainsi les impacts de ce réseau : « Si les universités peuvent prendre la balle au bond, en modifiant et en adaptant leurs cours à la réalité économique actuelle, celles-ci vont préparer adéquatement les étudiants au marché de l’emploi. »

     

    Dans le domaine de la culture des plantes à valeur ajoutée, qui est celui de sa fondation, elle constate les résultats de la méconnaissance de cette réalité. « Lorsque je m’adresse à mes partenaires universitaires africains pour leur expliquer qu’il y a des règles strictes à respecter pour commercialiser des plantes ou des ingrédients actifs, ils me regardent comme si je tombais de la planète Lune. »

     

    Le rapprochement

     

    À titre de cadre universitaire, le vice-président Asquin évalue qu’un réseau d’incubateurs s’avère déjà un facteur d’évolution dans les rapports tissés entre les universités et le monde socioéconomique : « Au travers de l’entrepreneuriat, la relation entre l’université et le monde socioéconomique est naturelle. C’est ce que nous avons vécu à Lyon et Saint-Étienne, et c’est ce qui se passera ailleurs. Lorsque nous avons lancé des appels au mentorat, nous avons eu plus d’entrepreneurs que de besoins en aide pour nos étudiants, alors même que nous sommes le plus important PEPITE de France. »

     

    À son avis, « c’est un signe de l’envie qu’ont les professionnels de transmettre leur expérience et d’aider les plus jeunes, comme peut-être ils auraient eux-mêmes aimé être aidés. Les relations sont intenses avec les étudiants, mais aussi avec les universitaires. Nous avons tissé des relations personnelles et amicales au travers des soirées passées à échanger intensément avec les porteurs de projets ».

     

    Il en conclut que « l’entrepreneuriat est un vecteur très puissant pour rapprocher les universités et le monde socioéconomique, car chacun comprend mieux l’autre et lui accorde une plus grande confiance en l’ayant vu concrètement s’engager auprès des jeunes entrepreneurs ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.