Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Montréal

    Investissement de 213 millions de dollars pour la recherche

    Quatre établissements universitaires se partagent les subventions fédérales

    7 septembre 2016 |Philippe Orfali | Éducation
    La ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, a souligné l’octroi d’un financement de 213 187 000$ pour la réalisation de trois projets à l’Université de Montréal, à HEC Montréal, à Polytechnique Montréal et à l’Université McGill.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir La ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, a souligné l’octroi d’un financement de 213 187 000$ pour la réalisation de trois projets à l’Université de Montréal, à HEC Montréal, à Polytechnique Montréal et à l’Université McGill.

    Montréal dispose désormais de tous les outils pour devenir une « mini-Silicon Valley » du big data et de l’intelligence artificielle, ont soutenu mardi des chercheurs, alors que l’Université de Montréal, HEC, Polytechnique et l’Université McGill recevaient des subventions fédérales totalisant 213 millions de dollars en recherche, un record.

     

    Ottawa a dévoilé en grande pompe mardi, lors d’annonces simultanées à l’échelle du pays, le nom des établissements qui bénéficieront d’une enveloppe de près de 900 millions de dollars destinée à financer des projets dans des secteurs où le Canada est appelé à devenir un chef de file.

     

    Montréal fait bonne figure avec l’octroi d’un financement de près de 213,2 millions de dollars sur sept ans pour la réalisation de trois projets majeurs qui seront réalisés dans quatre établissements universitaires de la ville. « Des mégadonnées à la santé du cerveau, ces sphères de la recherche vont préparer la voie à des découvertes et à des pratiques novatrices », a souligné Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie, qui en a fait l’annonce à l’UdeM.

     

    Plusieurs projets

     

    L’Institut de valorisation des données (IVADO), un centre multidisciplinaire dans les domaines des statistiques, de l’intelligence d’affaires, de l’apprentissage profond et des mathématiques appliquées, qui développe des processus permettant d’extraire des tendances, des statistiques et des informations concrètes du pêle-mêle des donnéesmassives (« big data » ou mégadonnées), touche ainsi un montant de 94 millions issu du programme fédéral Apogée Canada. Rattaché à l’UdeM, à HEC Montréal et à Polytechnique Montréal, l’Institut aura pour mission d’accroître l’utilisation de l’intelligence artificielle et des mégadonnées « dans le but de doter les ordinateurs d’un rendement quasi équivalent à celui d’un humain », explique Yoshua Bengio, son directeur.

     

    Polytechnique est primée plus d’une fois, avec la création de l’Institut Montréal TransMedTech, mandaté pour développer des technologies de pointe pour le diagnostic, le pronostic, l’intervention et la réadaptation en ce qui a trait à des problèmes de santé complexes, tels que les maladies musculosquelettiques et cardiovasculaires ainsi que les cancers.

     

    Enfin, McGill se lance dans un projet majeur en neurosciences pour lequel elle touchera 84 millions. « Un cerveau sain pour une vie saine » espère faire de l’université un pôle mondial de la recherche visant à mieux comprendre les troubles neurologiques, cérébraux et la maladie mentale. « Pour traiter plus efficacement des problèmes complexes tels que l’autisme ou la douleur chronique, on doit mieux comprendre les interactions entre les gènes, les circuits neuronaux et les facteurs environnementaux, et les conséquences de ces interactions », expose le directeur du nouveau programme, Alan Evans.

     

    Subvention record

     

    Pour l’UdeM et ses établissements affiliés, il s’agit de la plus importante subvention jamais reçue, a souligné le recteur Guy Breton.

     

    Cette annonce a été applaudie par plusieurs, dont la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, qui qualifie ces investissements de « nouveau souffle » pour le milieu universitaire.

     

    Tous ne pouvaient toutefois se réjouir mardi, l’Université du Québec à Montréal et l’Institut national de la recherche scientifique, notamment, ayant vu leurs projets rejetés par le comité de sélection. « Ç’a été un processus de sélection extrêmement rigoureux, explique Dominique Bérubé, vice-présidente des programmes de recherche à Apogée Canada. Ce programme visait à […] choisir les projets où le Canada peut se distinguer à l’échelle mondiale. Il y a d’autres programmes où les autres universités vont pouvoir se qualifier. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.