Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Éducation: déshabiller Jean pour mieux vêtir John

    11 janvier 2016 | Éric Bouchard - Directeur général du Mouvement Québec français | Éducation
    Si les effectifs des institutions universitaires anglophones étaient de 11 % comme au primaire/secondaire, c’est plus d’un milliard de dollars par année qui iraient aux institutions universitaires francophones. 
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Si les effectifs des institutions universitaires anglophones étaient de 11 % comme au primaire/secondaire, c’est plus d’un milliard de dollars par année qui iraient aux institutions universitaires francophones. 

    Depuis le rapport Chambers de 1992 sur le réseau scolaire anglophone, les représentants des groupes de pression anglophones ne cessent d’intervenir dans les médias pour nous expliquer la décroissance de leurs effectifs et la mort imminente de leurs institutions. Dernièrement, le maire de Montréal, Denis Coderre, la ministre de l’Immigration, Kathleen Weil, et Susan Stein, présidente de la Commission scolaire Lester B. Pearson, voulaient une dérogation à la loi 101 pour que les jeunes réfugiés syriens aillent à l’école anglaise, et ce, sans aucune justification valable. Comme disent les Anglais, « The squeaky wheel always get the grease ».

     

    Dans un article du 5 janvier («Les “écoles passerelles” n’ont pas la cote»), Philippe Orfali cite plusieurs représentants de la majorité canadienne-anglaise qui reviennent encore à la charge sur les effectifs des institutions anglophones d’enseignement. Qu’en est-il vraiment ?

     

    Au Québec, il y a 8 % de gens dont la langue maternelle est l’anglais, et 11 % de tous les élèves du primaire et du secondaire étudient dans une institution anglophone (+3 %, donc). Au collégial, 16 % des étudiants fréquentent un cégep anglophone, soit le double du poids démographique des anglophones (8 %). Chez ceux qui font des études préuniversitaires, 23 % le font dans des collèges anglophones, soit près du triple du poids relatif des anglophones (+15 %). À l’université, le quart des étudiants font leurs études supérieures dans une institution anglophone et 29 % de tout le financement va à McGill, Concordia et Bishop (+21 %). Plus le niveau d’éducation est important, plus les effectifs des institutions anglophones sont, de façon relative, beaucoup plus importants que les effectifs des institutions francophones. Cela a un impact direct sur la langue de travail puisque 50 % des francophones et 75 % des allophones qui font leurs études supérieures en anglais vont faire usage de cette langue toute leur vie au travail.

     

    Milliard manquant

     

    Si les effectifs des institutions universitaires anglophones étaient de 11 % comme au primaire/secondaire, c’est plus d’un milliard de dollars par année qui iraient aux institutions universitaires francophones. Avec ce milliard de dollars supplémentaire annuel investi, nous aurions, au bas mot, deux des trois meilleures universités francophones de la planète, ce qui nous permettrait d’avoir un avantage comparatif pour attirer, et surtout garder, beaucoup des 230 millions de cerveaux francophones. Cependant, le Quebec Community Groups Network, qui reçoit 5 millions de dollars par année de Patrimoine Canada, donc de nos poches, ne parle jamais de rétablir l’équilibre dans le financement des institutions d’enseignement supérieur. Ce qui est plus grave, c’est qu’aucun recteur d’université ou directeur de cégep francophones n’en parle non plus. Pire, aucun professeur d’université ou représentant d’association étudiante n’en souffle mot.

     

    Pour qu’une langue soit en santé, elle a besoin de deux choses, soit le poids du nombre et des institutions publiques qui fonctionnent dans cette langue. Malgré le fait que le français soit la sixième langue parmi celles les plus parlées au monde et probablement la deuxième d’ici trente ans, les francophones ne font pas le poids en Amérique. Au Canada anglais, où il y a très peu d’institutions publiques francophones, les taux d’assimilation sont effarants. Au Québec, il faut donc nous prévaloir d’institutions publiques puissantes qui utiliseront et feront vivre le français. Bien que majoritaires, les anglophones l’ont compris depuis longtemps. C’est pourquoi ils financent goulûment les groupes qui combattent la loi 101 et qui font pression pour convaincre les politiciens de prendre les effectifs de Jean pour habiller John.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.