Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Les filles parlent le langage de la programmation

    19 décembre 2015 | Isabelle Porter à Québec | Éducation
    Un cours de programmation donné par la stagiaire Viviane Vallerand, à l’école Anne-Hébert de Québec.<br />
    Photo: Francis Vachon Le Devoir Un cours de programmation donné par la stagiaire Viviane Vallerand, à l’école Anne-Hébert de Québec.

    C’est connu, le monde de la programmation informatique est dominé par les garçons. Or, l’art du code suscite un engouement prometteur chez les filles. Certains y voient d’ailleurs un argument de plus pour l’imposer à l’école.

     

    Le chercheur Thierry Karsenti en est convaincu. « Avant, la programmation, c’était un monde de garçons, mais là, avec les applications sur tablettes qui rendent ça amusant, on voit que les filles deviennent meilleures en informatique et on enlève certains de nos préjugés », remarque le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) en éducation.

     

    Une campagne Web

     

    Aux États-Unis, l’équipe du site « L'Heure de code » met tout en oeuvre pour mobiliser les filles et les minorités. Grâce à une association avec Lucas Film et Disney, l’équipe a conçu une activité de code gratuite basée sur les héroïnes de Star Wars (la princesse Leia et le nouveau personnage Rey).

     

    L’an dernier, on avait fait la même chose avec les deux soeurs du film La reine des neiges.

     

    Dans le cadre d’une récente campagne Web, différentes personnalités féminines encouragent les jeunes filles à coder, dont la jeune lauréate du prix Nobel Malala Yousafzaï. « Je lance le défi aux filles de tous les pays de faire une heure de code. »

     

    On peut y voir l’actrice Jessica Alba, qui a également fondé une entreprise techno, ainsi que des dirigeantes de YouTube ou Facebook.

     

    Elles disent aux jeunes filles que tout est possible. « La technologie touche tous les aspects de la vie. Si vous pouvez changer la technologie, vous pouvez changer le monde », lance la p.-d.g. de YouTube, Susan Wojcicki.

     

    Les filles manquent tout simplement de modèles, plaide la professeure Margarida Romero. « Souvent, elles n’ont pas énormément de références féminines, donc la programmation n’est pas perçue comme s’adressant à elles. Il y a vraiment un travail d’image à faire. »

     

    Mais, dans les classes, les professeurs s’étonnent de l’intérêt manifesté par les filles pour les nouveaux outils.

     

    « Évidemment, les garçons embarquent beaucoup, mais j’ai même des filles qui ont plus ou moins d’intérêt pour l’informatique et qui embarquent vraiment », explique Cédrick Fortin, de l’école Notre-Dame-du-Rosaire, à Chibougamau.

     

    Sur ses 26 élèves de 4e année, 18 sont des filles. « J’en ai peut-être deux qui semblent avoir moins d’intérêt pour la chose, mais sinon, la majorité est très heureuse d’en faire, dit-il. Une fois que tu as compris la manière de donner des commandes, tu peux faire n’importe quoi ! Les élèves capables de percevoir le potentiel de ça voient comment ça peut les mener loin. » À l’intérieur de sa classe, à Québec, la stagiaire Viviane Vallerand a observé la même chose.

     

    Mais elle a aussi remarqué des différences dans leur façon de coder. « Les garçons étaient vraiment plus intéressés que les filles. J’ai aussi trouvé que les filles avaient plus tendance à appliquer [les lignes de code] comme une recette. Les garçons faisaient beaucoup d’hypothèses, s’essayaient vraiment beaucoup. Bien sûr, je parle en général. Ce n’est pas le cas de toutes les filles. »

     

    La créativité

     

    Chose certaine, les outils laissent assez de place à la créativité pour cibler les filles aux intérêts les plus typés, remarque la professeure Margarida Romero. « Quand on fait de la programmation créative, on peut aussi faire des histoires de princesses. Chacun peut faire son histoire. »

     

    Tout est dans la manière, plaide Kate Arthur, de KidsCodeJeunesse. « Si l’enseignant dit : “ On va faire de la programmation ”, les filles vont hausser les épaules. Mais si on leur dit qu’on va créer un projet qui inclut des images, des vidéos et de la couleur, elles sont aussi intéressées. »

     

    Un sujet chaud

     

    L’an dernier, seulement 15 % des diplômés en génie informatique de la Polytechnique étaient des femmes, déplore Cédric Orvoine, responsable des ressources humaines chez Ubisoft Montréal. « Ce n’est un secret pour personne que, dans le milieu de la programmation, c’est assez débalancé dans l’équilibre hommes-femmes. C’est un sujet assez chaud. »

     

    Pour y remédier, il croit qu’il faut « attaquer le problème à la racine ». Les formations en programmation ne vont pas « nous permettre de régler le problème à court terme », dit-il. « Mais c’est probablement la meilleure approche pour intéresser les filles et les jeunes femmes au langage de la programmation. Il faut augmenter le bassin des femmes dans les facultés informatiques. »













    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel