La nouvelle école Saint-Gérard attendra à 2017

L’école Saint-Gérard, dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, a fermé ses portes en janvier 2012 en raison de la présence importante de moisissures.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir L’école Saint-Gérard, dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, a fermé ses portes en janvier 2012 en raison de la présence importante de moisissures.

Fermée depuis 2012, l’école Saint-Gérard ne rouvrira finalement pas avant 2017, soit une année plus tard que prévu, a annoncé jeudi la Commission scolaire de Montréal (CSDM), confirmant une subvention de l’ordre de 19 millions de dollars du gouvernement du Québec, une somme attendue depuis des lustres.

 

L’école Saint-Gérard, dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, a fermé ses portes en janvier 2012 en raison de la présence importante de moisissures. La démolition du bâtiment a commencé en novembre 2014, et le nouvel édifice devait ouvrir ses portes en septembre prochain.

 

Ce ne sera pas possible, confirme le commissaire scolaire du secteur, Kenneth George, bien que la CSDM se soit, après d’intenses négociations — et maintes confrontations sur la place publique — finalement entendue avec le ministre de l’Éducation, François Blais, au cours des dernières semaines.

 

Alors que la commission scolaire réclamait 20 millions à l’origine pour la construction de la nouvelle école du quartier Villeray, les libéraux refusaient d’avancer plus de 16 millions pour l’édifice. En raison de l’inflation, la facture avait été revue à la hausse, à 21,8 millions. La subvention s’élèvera à 18,7 millions.

 

Les plans ont été revus et modifiés pour cadrer avec l’enveloppe allouée : retrait de l’atrium central, de la toiture verte, des exigences LEED Argent et de la géothermie. « La superficie globale a aussi été réduite, précise la CSDM. L’école compterait 5300 m2 au lieu de 6090 m2 pour répondre aux demandes du ministère. »

 

Des parents désabusés

 

Si elle avait accueilli avec joie la première, puis la seconde annonce de l’aide de Québec, la porte-parole du regroupement des parents de Saint-Gérard refuse de s’enthousiasmer cette fois-ci. « On tourne en rond avec ce projet. On nous présente encore des plans, encore des projets, encore des échéanciers. C’est le jour de la marmotte et nous sommes désabusés par tout ça », a indiqué Chantal Laperrière, rappelant que les écoles de Villeray peinent à fournir à la demande en raison d’une hausse du nombre d’élèves. « Ça fait six ans qu’on attend. C’est le parcours scolaire d’un enfant », illustre-t-elle.

 

Le commissaire scolaire Kenneth George voit quant à lui dans ce projet un ensemble d’occasions ratées. « Il n’y aura pas de climatisation, mais de la ventilation. Pas de lumières DEL, mais des néons. Pas d’atrium, qui aurait été un espace remarquable pour les élèves. Et pas d’ascenseurs pour cet édifice de trois étages », énumère-t-il.

 

De nombreuses étapes doivent maintenant être franchies. L’arrondissement doit donner son feu vert aux modifications prévues au projet, et le Conseil du trésor doit lui aussi donner son aval. Quoi qu’il en soit, Mme Laperrière a surtout hâte que ses enfants puissent quitter les locaux temporaires de l’école secondaire Georges-Vanier pour le nouvel édifice flambant neuf.

  • François Dugal - Inscrit 3 septembre 2015 21 h 59

    L'éducation nationale

    N'investissons pas dans l'éducation, car les enfants éduqués aujourd'hui seront les contestataires de demain.