Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Déficit de 3,9 millions et 150 emplois perdus à la CSDL

    27 juin 2015 |Philippe Orfali | Éducation
    La CSDL est l’une des plus grandes commissions scolaires au Québec. Elle compte plus de 45 000 élèves et 7000 employés.
    Photo: Jupiterimages La CSDL est l’une des plus grandes commissions scolaires au Québec. Elle compte plus de 45 000 élèves et 7000 employés.

    En toute discrétion, la Commission scolaire de Laval (CSDL) a procédé mardi soir à l’adoption de son budget 2015-2016, un budget déficitaire prévoyant l’abolition de près de 150 emplois.

     

    Pas d’ordre du jour ou de convocation sur le site Web, aucune mention sur la page Facebook pourtant alimentée quotidiennement, pas de communiqué de presse non plus. La présidente de la CSDL, Louise Lortie, n’avait pas encore rendu publique l’adoption d’un budget déficitaire de 3,9 millions lorsque Le Devoir l’a jointe, vendredi, trois jours plus tard.

     

    La mesure ira de l’avant malgré un vote très serré au cours duquel Mme Lortie a dû employer sa voie prépondérante pour faire adopter le plan budgétaire.

     

    Celui-ci s’accompagne de compressions de près de 2,4 millions de dollars qui toucheront de nombreux services, dont ceux destinés aux élèves à risque et aux élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA).

     

    « Tout est touché, autant les jeunes que l’administration, la formation aux adultes, les établissements, énumère la présidente de la CSDL. Chaque milieu va décider de quelle manière effectuer les coupes. »

     

    Ces mesures s’accompagnent de près de 150 pertes d’emplois, essentiellement chez les techniciens en éducation spécialisée, dont 85 postes disparaîtront, déplore le commissaire-parent François-Hugues Liberge, qui était présent mardi. « Tout budget qui coupe autant dans les ressources aux élèves, c’est inacceptable. On coupe cette année dans le budget réservé aux services aux élèves de façon abominable. Des enfants, ce ne sont pas des cobayes. Nous n’aurons pas de deuxième chance avec eux », dit-il.

     

    La semaine dernière, le comité chargé de la question des élèves en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) avait déposé une motion demandant de repousser les compressions de quelques mois, le temps d’évaluer le modèle proposé par la commission scolaire. Les élus sont toutefois allés de l’avant. Le temps pressait, selon Mme Lortie.

     

    « On donnera un certain bassin de techniciens en éducation spécialisée [à chaque établissement] et le nombre d’heures d’accompagnement de ces élèves pourrait varier,dit-elle. Un élève qui recevait autrefois huit heures d’accompagnement pourrait se retrouver avec cinq heures [par jour]. Ce sera à l’école d’évaluer les besoins des élèves. »

     

    M. Liberge parle de mesures « draconiennes ». « Des enfants avec des déficiences multiples, qui ont besoin d’accompagnement constant, vont voir celui-ci passer de 31 heures à 22 heures par semaine. C’est inquiétant. »

     

    La commission scolaire lavalloise avait obtenu le mois dernier le feu vert de Québec afin de réaliser ce déficit, mais devra élaborer au cours des prochains mois un plan de retour à l’équilibre budgétaire. Elle a déjà enregistré un déficit de près de 8 millions pour l’année financière se terminant le 30 juin.

     

    La CSDL est l’une des plus grandes commissions scolaires au Québec. Elle compte plus de 45 000 élèves et 7000 employés.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.