Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Lettre

    Le mythe des devoirs à la maison

    6 mai 2015 | Henri Marineau Québec, le 5 mai 2015 | Éducation

    Pendant toute la durée de ma carrière de 32 ans dans le monde de l’éducation, la pertinence des devoirs à la maison a soulevé des interrogations autant des parents que des enseignants. À cet effet, une récente étude menée par Thierry Karsenti, professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal, soulève l’argument que « le bon sens fait en sorte que quand on travaille, on ne fait que s’améliorer ».

     

    À mes yeux, quoique le mode de vie ait passablement changé au cours des dernières décennies, l’allégation des parents qui arguent qu’ils n’ont plus le temps de superviser les devoirs à la maison relève d’un abandon injustifiable de la part de ceux-ci, qui ont le « devoir » de suivre l’évolution pédagogique de leurs enfants.

     

    En 2003, lorsque je me suis retiré de l’enseignement au secondaire, je faisais valoir aux parents que leurs enfants avaient suivi quatre cours de 75 minutes durant la journée et que leur premier « devoir » consistait en une lecture des notes de cours qu’ils avaient prises au cours de ces 300 minutes pour assimiler les données qu’ils avaient notées.

     

    À mon sens, il est essentiel qu’un suivi soit établi entre l’école et la maison pour assurer une participation de tous les intervenants, y compris les parents, et cela, dans l’esprit d’une école coéducative, la seule solution valable aux succès scolaires des élèves.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.